Marcel Mouloudji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marcel Mouloudji
Description de cette image, également commentée ci-après
Mouloudji, fête du PSU, Colombes, 1973
Informations générales
Nom de naissance Marcel André Mouloudji
Naissance
Paris Drapeau de la France France
Décès (à 71 ans)
Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) Drapeau de la France France
Activité principale Auteur-compositeur-interprète
Activités annexes Acteur
Peintre, Écrivain
Genre musical Chanson française
Années actives 1936-1994

Marcel André Mouloudji, né le à Paris et mort le (à 71 ans) à Neuilly-sur-Seine, est un chanteur, auteur-compositeur-interprète, peintre et acteur français.

Ses chansons, tour à tour engagées et sentimentales, évoquent l'amour, la guerre, la nostalgie entres tristesse et solitude. Il a notamment interprété des poètes tels que Boris Vian, Louis Aragon et Philippe Pauletto.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mouloudji, fête du PSU, Colombes, 1973.
Phrase d'une chanson de Mouloudji sur un cadran solaire à Capbreton.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Marcel Mouloudji naît en 1922 à Paris, d'un père maçon et d'une mère aide-ménagère[1]. Son père, Saïd Mouloudji est né en 1896 en Algérie française dans le village kabyle de Leflaye (tribu d'At Waghlis, daïra de Sidi-Aïch), et sa mère, Eugénie Roux est une Bretonne née à Paris en 1901[2]. La famille connaît de graves problèmes : alors que Marcel n'a que dix ans, sa mère est internée pour désordre mental et son père, analphabète, logé dans une chambre de bonne, a du mal à élever ses deux fils dont l'aîné, André, est gravement malade et le second, un doux rêveur qui trouve à se loger au hasard des rencontres.

Durant son adolescence, Marcel s'inscrit avec son frère dans un mouvement de jeunesse de gauche, les Faucons rouges, proche de la SFIO, animé par des éducateurs issus de différents courants du monde ouvrier[3].

En 1935, il fait la connaissance de Sylvain Itkine, metteur en scène membre du Groupe Octobre, organisation affiliée à la Fédération des théâtres ouvriers de France. Marcel Maillot, directeur d'une colonie de vacances du Syndicat du livre, le pousse à chanter avec son frère. Il est bientôt remarqué par Jean-Louis Barrault, qui cherche un enfant pour un spectacle. Durant cette période, Marcel est ainsi hébergé par Jean-Louis Barrault, qui l'introduit dans le milieu artistique de Paris. Il y participe à la vie artistique associée au Front populaire en 1936.

Débuts[modifier | modifier le code]

En 1936, il figure dans le film La Guerre des gosses de Jacques Daroy.

En 1937, pour le film Claudine à l'école de Serge de Poligny, le scénariste Jacques Constant, autour de Blanchette Brunoy, crée le personnage du « petit Moulou »... bientôt Mouloudji.

En 1938, Marcel interprète l'un des trois jeunes héros des Disparus de Saint-Agil de Christian-Jaque[3]. En 1942, il interprète le rôle d'Ephraïm Luska dans le film d'Henri Decoin, Les inconnus dans la maison, d'après Georges Simenon. Pendant la guerre, Marcel Mouloudji vit dans une semi-clandestinité...

Il fréquente Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir qui évoque fréquemment Mouloudji dans La Force de l'âge et dans La Force des choses I.

Il rencontre sa femme, Louise Fouquet, en 1943.

Après la guerre, il est une figure de la vie artistique de Saint-Germain-des-Prés. « C'est un de ces garçons qu'on regrette de ne pas voir plus souvent ; mais il fait tout ce qu'il fait avec un talent indiscutable et c'est pourquoi on hésite à le déranger: il travaille pour nous » écrit de lui Boris Vian dans le Manuel de St-Germain-des-Prés en 1950. Il participe au film Boule de Suif de Christian-Jaque en 1945 et tient le rôle d'un demi-fou dans le film Les Eaux troubles de Henri Calef en 1949.

Consécration[modifier | modifier le code]

Il obtient son premier grand succès dans la chanson grâce à son interprétation de La Complainte des infidèles, extraite du film La Maison Bonnadieu de Carlo Rim (1951). La même année, au cabaret La Fontaine des Quatre-Saisons, il croise, sans le savoir, Barbara qui au terme de son audition ne reçoit qu'une place de plongeuse, la programmation de l'année étant déjà bouclée. Jacques Prevert indique : « Quand j’ai rencontré Mouloudji, c’était un enfant, un petit garçon. Il n’avait pas ce qu’il est convenu d’appeler une jolie voix, mais une voix vraie, vivante, troublante, drôle et parfois déchirante, c’était la sienne, la voix des rues, la voix du cœur, il a grandi mais il chante pareil. De là son charme »[4]

En 1952, il tient un premier rôle, celui d'un jeune délinquant embrigadé dans la Résistance, dans le film d'André Cayatte, Nous sommes tous des assassins, un plaidoyer contre la peine de mort.

Jacques Canetti, agent artistique et patron du cabaret Les Trois Baudets, mène Mouloudji au succès dans la chanson. Il lui fait enregistrer Comme un p'tit coquelicot qui obtient le Grand Prix du disque 1953 et le prix Charles-Cros en 1952 et 1953. Même succès, en 1954, avec Un jour tu verras, chanson extraite du film à sketches Secrets d’alcôve (sketch Riviera express de Ralph Habib).

Le , jour de la défaite de Dien-Bien-Phu, Boris Vian crée la chanson Le Déserteur au cabaret La Fontaine des Quatre-Saisons. Interdite de diffusion durant plusieurs années, cette chanson connaît seulement un succès de scène. Dans les cabarets en vogue, Mouloudji met cette chanson à son répertoire, en modifiant un peu le texte. Il interprète également des chansons de Jacques Prévert.

En 1955, Mouloudji tient le haut de l'affiche à l'Alhambra. Plutôt interprète, il commence à écrire de plus en plus ses propres textes à la fin des années 50.

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

En 1958, il fait l'une de ses dernières apparitions au cinéma dans Rafles sur la ville de Pierre Chenal et dans un film hispano-suédois, Deux hommes sont arrivés (Llegaron dos hombres).

Mouloudji crée sa propre maison de disques, Productions Mouloudji et sa société d'éditions Musicales Editions Mouloudji en 1964. Il remporte des succès d'estime grâce à une collaboration fructueuse avec la compositrice Cris Carol : L'Adagio du Pont Caulaincourt (1968), Les Beatles de 40 (1965), Faut vivre (1973), tout en produisant de nombreux artistes comme Graeme Allwright, Pol Serge, Jean-Claude Drouot, Catherine Paysan, Hélène Martin, Jacqueline Huet, etc[5],[réf. insuffisante].

En 1970, il est sur la scène du Théâtre de la Porte-Saint-Martin dans la comédie musicale La Neige en été, aux côtés de Nicole Croisille et de Régine.

En 1975 il chante au Festival du Marais.

En 1976, il enregistre avec l'accordéoniste Marcel Azzola une anthologie du musette, Et ça tournait.

fin de carrière et mort[modifier | modifier le code]

En 1980 après la sortie de l'album Inconnus Inconnues il donne d'innombrables concerts dans tout le pays, sans que les médias y fassent beaucoup écho. Puis, fatigué, il consacre plus de temps à l'écriture et à la peinture, ses anciennes amours[6]. En 1987, on le retrouve sur scène à l'Élysée Montmartre.

Il publie ses souvenirs de jeunesse dans Le Petit Invité aux éditions Balland en 1989 et dans La Fleur de l'âge aux éditions Grasset en 1991.

Tombe de Marcel Mouloudji au cimetière du Père-Lachaise (division 42).

En 1992, une pleurésie lui enlève en partie sa voix. Cela ne l'empêche pas d'enregistrer un album qui ne verra pas le jour. Le 17 novembre 1993, il chante dans la carrière de la Sablière à Chateaubriant (Loire-Atlantique), lieu de l'exécution de 27 otages communistes, dont Guy Môquet, le 22 octobre 1941.

En mars 1994, il est invité au festival Chorus des Hauts-de-Seine en région parisienne, et donne un dernier récital près de Nancy en avril.

Il s’éteint le 14 juin 1994, alors qu’il avait encore de nombreux projets : la suite de ses mémoires, 50 ans après le premier volume (cette suite, Le Coquelicot, a été publiée à titre posthume en 1997 aux éditions de l'Archipel) et un nouvel album. Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise[3] (division 42) à Paris.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Louise Fouquet, dite Lola, est son épouse et son agent artistique de 1943 à 1969. Il a deux enfants, Grégory Mouloudji avec Lilia Lejpuner en 1960, et Annabelle Mouloudji (elle-même interprète de plusieurs chansons dont Fuis Laurence d’Arabie durant les années 1980) avec Nicolle Tessier en 1967. Lilianne Patrick est sa dernière compagne[3].

Hommages[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 1953 : Mouloudji chante ses derniers succès
  • 1954 : Mais il y aura
  • 1956 : Chansons et complaintes
  • 1957 : Mouloudji chante Mouloudji
  • 1959 : N°5
  • 1960 : Amours et ma dame aussi
  • 1964 : Si je t'avais connue
  • 1965 : La Tendresse
  • 1966 : Complainte de la Butte
  • 1966 : Les Pin Up du pauvre - Hymne à la femme...
  • 1967 : Complaintes - Ballades
  • 1969 : Envoi de fleurs
  • 1969 : Chansons pour ma mélancolie - Complaintes pour une rose noire
  • 1969 : Dîner de têtes
  • 1970 : Mouloudji chante Prévert
  • 1972 : Comme le dit ma concierge
  • 1973 : Paris est une fête
  • 1973 : Faut vivre
  • 1976 : Madame la môme
  • 1976 : Mouloudji chante Boris Vian
  • 1977 : La Bal du temps perdu
  • 1978 : Mouloudji chante Dimey : Poèmes voyous
  • 1978 : Comme une feuille en automne
  • 1980 : Inconnus... Inconnues...
  • 1985 : Jeux de dames
  • 1987 : Les Femmes

Albums en public[modifier | modifier le code]

  • 1954 : Récital public à paris volume 2

Principaux succès[modifier | modifier le code]

Principaux albums[modifier | modifier le code]

Hommages et rééditions[modifier | modifier le code]

  • 2004, Un jour tu verras : deux CD remastérisés haute définition (Mercury/Universal)
  • 2014. À l'occasion des 20 ans de sa disparition, en juin 2014, ses enfants Annabelle et Grégory initient plusieurs hommages en disque :
En souvenir des souvenirs, Hommage à Mouloudji 
album multi-artistes de reprises de chansons de Mouloudji : Louis Chedid chante Comme un p'tit coquelicot, Un jour, tu verras est repris par Annabelle Mouloudji en duo avec Alain Chamfort, Grégory Mouloudji dit le texte Je suis né à Paris. Figurent aussi Christian Olivier, Jil Caplan, Daphné, Melissmell, Baptiste W. Hamon, Frédéric Lo, Maud Lubëck.
Récital au Théâtre de la Renaissance 
réédition du triple album en public enregistré en 1975 (Sony-BMG)
Mouloudji, cœur libre (2014) 
13 CD, 300 chansons (dont 157 jamais éditées en CD et 5 inédits) reprenant les enregistrements Philips, BAM, Disc'AZ et productions Mouloudji (Universal/ Productions Mouloudji)

Liste des chansons[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Il interprète uniquement des chansons dans les films suivants

Théâtre[modifier | modifier le code]

Auteur[modifier | modifier le code]

  • Quatre Femmes
  • Les Sargasses

Comédien[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Souvenirs[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

  • Mouloudji, En souvenir de Barbarie (roman), Gallimard, 1945.
  • Mouloudji, La Grande sortie (roman), Gallimard, 1951.
  • Mouloudji, La Guerre buissonnière (roman), Gallimard, 1959.
  • Mouloudji, Le Petit Vaincu (roman), Gallimard, 1963.
  • Mouloudji, Le Jour des morts (poèmes), Jean-Jacques Sergent, 1973.
  • Mouloudji, Complaintes (recueil de textes, chansons et poèmes), Seghers, 1975.
  • Mouloudji, Le pied-à-terre, (roman) éditions Marcel Mouloudji, 1977 (ISBN 2-902588-01-1)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Louis-Jean Calvet, Cent ans de chansons française, Archipel, , 522 p. (ISBN 9782809813210, lire en ligne), p. 269
  2. Gilles Schlesser, Mouloudji : biographie, L'Archipel, 2009, p. 15
  3. a, b, c et d « Biographie », sur www.insecula.com (consulté le 12 octobre 2010)
  4. Marcel Mouloudji - Comme un "p’tit coquelicot" ! (1922-1994) France Culture
  5. « Site Encyclopédisque »
  6. « biographie condensée », sur www.evene.fr (consulté le 12 octobre 2010)
  7. a et b « Titres les plus écoutés », sur www.musicme.com (consulté le 12 octobre 2010)
  8. « Son premier film », sur cinememorial.com (consulté le 12 octobre 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]