Meknassas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un groupe ethnique image illustrant le Maghreb
Cet article est une ébauche concernant un groupe ethnique et le Maghreb.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2008).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Meknassas ou Imknasn (en amazighe : Imknasnⵉⵎⴽⵏⴰⵙⵏ) est une tribu berbère zénète originaire de la région de Kairouan. Au Moyen Âge, elle a pris part à la conquête de l'Andalousie avec Tariq ibn Ziyad, elle a fondé la ville de Meknès et de Sijilmasa au Maroc et a établi la dynastie aftaside à Badajoz en Andalousie.

Origine et territoire[modifier | modifier le code]

Les Meknassa sont zénètes[1]. La tribu berbère des Maknassa a dominé le Maroc oriental jusqu’à la limite de Tafilalet durant le VIIIe siècle[2]. Au début VIIIe siècle, Les Banou Wassul, une confédération tribale appartenant à la tribu des Mekenessa, fondent la ville Sidjlimassa[3]. Les Beni Merdas, une branche des tribus Meknassa, fondent une dynastie au sud ouest de l'Algérie[4].

Au Moyen Âge, les habitants du Touat étaient proches de deux villes importantes au Sahara, à l'Ouest Sidjlimassa et à l'Est d'Ouargla. Les Banou Midrar des Miknassa étaient à l'Est et l'Ouest et étaient des Sufrites, ils fondent Sidjlimassa et contrôlaient les routes vers Bilad al Habech (pays des Noirs) et Bilad Soudan. Ces Miknissa avaient le contrôle de plusieurs villes dont Tiaret. Leur capitale reste Sidjlimassa, ce que A.G. P Martin et Zerouki (spécialiste de l'histoire ibadites) confirment[5]. Les liens entre Ibn Rustum, fondateur de Tiaret, étaient étroites avec les Banou Midrar.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 711, plusieurs membres de la tribu prennent part à la conquête de l'Andalousie aux côtés de Tariq ibn Ziyad [6] et s'installent au nord de Cordoue[7]. Vers le XIe siècle, ils fondent la dynastie aftaside à Badajoz.

Fondateur de Meknès et de Sijilmassa[modifier | modifier le code]

Ils ont immigré vers le Maghreb, dans le centre de l'actuel Maroc et dans l'ouest de l'actuelle Algérie, avec l'avènement de l'islam. Les Meknassa fondent Meknès en 757, la ville moderne témoigne encore de leur présence. La confédération a fondé la ville actuelle de Sijilmasa[8] et de Meknès[9].

Division en groupes[modifier | modifier le code]

Un groupe prend part au soulèvement de Maysara (739-742) et adoptent l'islam kharidjite. Ils fondent l'émirat de Sijilmassa, à la limite nord du Sahara. En s'alliant avec le califat de Cordoue, ils sont en mesure de combattre les attaques des Fatimides. Toutefois, lorsque le chef Meknassa Al-Mutazz s'allie à ces derniers, les Meknassa sont chassés de Sijilmassa par les Maghraouas, alliés des Omeyyades. Les Meknassas prennent Tiaret de la main des Fatimides en 911, par leur chef Messala[10].

Un autre groupe s'allie aux Fatimides contre les Omeyyades ; chassent les Salihids du nord du Maroc en 917. Ils ne maintiennent cependant pas leur résistance face aux Maghraouas. Après plusieurs batailles permanentes dans le nord du Maroc, les Meknassa affaiblis par la lutte sont vaincus par les Almoravides au XIe siècle.

Un dernier groupe occupent les rives de l'oued Larbaâ et l'oued Lahdar, ce qui pourrait confirmer la légende historique selon laquelle les Meknassa ont transité par la région de Taza et ont développé cette ville[réf. nécessaire]. Ils sont finalement défaits et chassés de Taza vers l'ouest par les Ghiata, puis s'installent dans la région de Meknès. D'ailleurs, le nom Taza-Meknassa a été rapporté par des historiens[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lecture de l'espace oasien, Nadir Marouf, Sindbad, 1980, p. 55, livre en ligne
  2. UNESCO
  3. Ksour et saints du Gourara: dans la tradition orale, l'hagiographie et les chroniques locales,Rachid Bellil, C.N.R.P.A.H., 2003, p. 82, livre en ligne
  4. Algérie: le passé revisité : une brève histoire de l'Algérie, Chems-Eddine Chitour, Casbah Editions, 2004, p. 197, livre en ligne
  5. Les oasis du Gourara (Sahara algérien) par Rachid Bellil, page 92
  6. Histoire de l'Espagne musulmane, Volume 1, Évariste Lévi-Provençal, G.-P. Maisonneuve et Larose, 1950, p. 98, livre en ligne
  7. Histoire de l'Espagne musulmane: Le Califat umaiyade de Cordoue (912-1031), Evariste Lévi-Provençal, G.-P. Maisonneuve, 1953, p. 320, livre en ligne
  8. Les oasis du Gourara (Sahara algérien), Rachid Bellil, {{p|92}, 1999, livre en ligne}
  9. Bab Mansour: Meknès, Bouchta Bouasria, p. 26, 1999, livre en ligne
  10. Les Berbers dans l'histoire: Les Ibadites, Mouloud Gaïd, p. 92, édition Mimouni, 1990-2000, livre en ligne

Articles connexes[modifier | modifier le code]