Chleuhs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le peuple ichelhin. Pour la langue tachelhit, voir Chleuh.
Chleuhs
Ichelḥiyen
Description de cette image, également commentée ci-après

Jeune femme chleuhe de l'Anti-Atlas avec des tatouages et des bijoux traditionnels. Début du XXe siècle.

Populations significatives par région
Drapeau du Maroc Maroc 8 millions
Le Haut Atlas
l'Anti-Atlas
le Souss
La majorité
Europe Europe 500 000
Population totale 8 millions
Autres
Régions d’origine Souss
Langues Berbère-Tachelhit (Berbère-Chleuh)
Religions Islam, Judaïsme[1],[2],[3],[4],[5],[6]
Ethnies liées Chaouis, Rifains, Kabyles, Mozabites

Les Chleuhs (Achelḥi, pluriel ichelḥiyen) sont un peuple berbère du sud-ouest du Maroc[7], habitant le Haut Atlas, l'Anti-Atlas et la vallée du Souss, jusqu'à Guelmim, porte du Sahara. Ils parlent le chleuh ou tachelhit, l'une des trois principales langues berbères marocaines.

Vocabulaire[modifier | modifier le code]

Le nom de ces populations berbères du Maroc occidental[8] viendrait, selon l'ouvrage Le Maroc inconnu d'Auguste Mouliéras, du berbère acluḥ (pluriel icelḥin), qui signifie « natte en jonc, en alfa ou en palmier », dont on tissait les tentes.

Le mot est également employé, autour de la Seconde Guerre mondiale, pour désigner les Allemands[9]. L'humoriste et résistant Pierre Dac en fait ainsi usage dans sa chanson J'vais m'faire Chleuh ! Le mot est alors synonyme de Boches. L'origine en remonte à l'installation du protectorat français au Maroc en 1912, face à la rivalité allemande. Pierre Dac reprenait un usage de l'armée française qui avait dû affronter une vive résistance des combattants marocains (cette pacification ne s'est achevée qu'en 1934).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Adam, La Maison et le village dans quelques tribus de l'Anti-Atlas : contribution à l'étude de l'habitation chez les Berbères sédentaires du groupe chleuh, Larose, Paris, 1951, 78 p.
  • Amédée Boussard, Tag honja la chleuh (histoire vécue),  éd. Baudinière, Paris, 1935, 207 p.
  • René Euloge, Silhouettes du pays Chleuh, Éditions de la Tighermt, Marrakech, 1951, 221 p.
  • Alexis Chottin et Prosper Ricard, Musique et danses berbères du pays Chleuh : études et notations musicales et chorégraphiques, Heugel, Paris, 1933.
  • Lahsen Hira, Parenté et mariage chez les Chleuh (Berbères marocains du Haut-Atlas occidental). Cas d'Idaw-Mhamud, université de Toulouse 2, 1983, 357 p. (thèse de 3e cycle).
  • Léopold-Victor Justinard, Poèmes chleuh recueillis au Sous, librairie E. Leroux, Paris (extrait de La Revue du monde musulman, vol. . LX, p. 63-112.
  • Émile Laoust, Contes berbères du Maroc : textes berbères du groupe Beraber-Chleuh (Maroc central, Haut et Anti-Atlas), Larose, Paris, 1949-1950, 2 vol. 
  • « Avec les berbères du Maroc », National Geographic, no 64, janvier 2005.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]