Mâchaouach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mâchaouach
G20SAAwAASAAT14A1
Z2
mšwš.w

Les Mâchaouach, ou Machaouasch[1], Meshwesh[2],[3], ou Ma (en berbère : Mecwec) sont les membres d'une confédération libyque (berbère) ayant vécu dans la partie Est de la Libye antique. Cette confédération était connue des Égyptiens depuis fort longtemps : son nom figure sur la liste des peuples envahisseurs vaincus par Mérenptah (vers -1213 / -1202), fils et successeur de Ramsès II.

Au cours du XIe siècle avant notre ère, une partie des Machouach s'infiltre pacifiquement[4] dans le delta du Nil où règne la XXIe dynastie. Ces Mâ (diminutif de Mâchaouach) fondent une sorte de fief, de chefferie, autour de Bubastis. Leurs dirigeants, les chefs des Mâ, deviennent de plus en plus influents. L'un d'entre eux, Sheshonq, parvient même à se hisser sur le trône et fonde la XXIIe dynastie (-945 / v.-715). La XXIIIe dynastie (-818 / -715), concurrente, est issue de la même famille, et donc des Mâ. Ces dynasties berbères sont dites « dynasties libyennes »[5]. À noter qu'une autre confédération libyque, les Libou, a joué un rôle important dans l'Égypte antique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gabriel Camps, « Espaces berbères », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, vol. 48, no 1,‎ , p. 38–60 (DOI 10.3406/remmm.1988.2230, lire en ligne, consulté le 27 février 2020)
  2. (en) « Gabriel Camps - L'origine des Berbères.pdf », sur Scribd (consulté le 14 février 2018)
  3. S. Marini, Grecs et Romains face aux populations libyennes. Tome I, (lire en ligne)
  4. Damien Agut et Juan Carlos Moreno-Garcia, L'Égypte des pharaons : De Narmer à Dioclétien, Paris, Belin, coll. « Mondes anciens », , 847 p. (ISBN 978-2-7011-6491-5), chap. 11 (« Sheshonq et ses fils : la période dite "libyenne" (945 - 751) »)
  5. Bernard Lugan, Histoire de l'Afrique du Nord : Des origines à nos jours, Éditions du Rocher, , 736 p. (ISBN 978-2-268-08535-7, lire en ligne)