Culte des ancêtres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le culte des ancêtres est une pratique commune à beaucoup de religions. Abandonné sous sa forme initiale dans de nombreux endroits, ce type de culte subsiste à Madagascar, en Chine, au Viêt Nam, en Corée du Sud, au Mexique, ou en Europe à travers un syncrétisme avec le christianisme. Les religions orientales ont intégré depuis l'origine le culte des ancêtres. Sur le plan formel, les religions monothéistes comme le judaïsme, le christianisme (particulièrement dans sa branche protestante) et l'islam ne le reconnaissent pas (ils le découragent, le relativisent ou le proscrivent), ce qui n'empêche pas la pratique de syncrétismes avec ces confessions, en Afrique et au Moyen-Orient, tels l'islam soufi et, en Amérique latine et Afrique occidentale et centrale, le culte catholique des saints.

Le culte des ancêtres étant intimement lié à la connaissance des générations précédentes, cette pratique a des liens étroits avec la généalogie des peuples concernés.

En Asie[modifier | modifier le code]

Chine[modifier | modifier le code]

Offrandes de nourriture aux ancêtres

Le culte des ancêtres joue, depuis les temps les plus anciens, un rôle capital dans la pensée et dans les pratiques religieuses de la civilisation chinoise. La religion populaire a toujours perduré même en cohabitant avec des clergés taoïste, bouddhiste, islamique, catholique ou marxiste. De par sa proximité avec la pensée confucéenne qui insiste sur la piété des fils envers leurs pères, le culte des ancêtres est une pratique immémoriale en Chine. Ce culte est supposé entretenir les liens de communication entre les vivants et les morts. L'ancêtre se voit offrir des sacrifices de nourriture au moment des fêtes (comme la fête des morts) parfois de l'anniversaire du défunt ou de l'ancêtre légendaire d'une famille (fréquent dans l'aristocratie) et offrir des bouchées avant les repas.

La tablette funéraire de l'ancêtre se trouve traditionnellement dans une salle prévue à cet effet à l'intérieur de la maison, tandis que le temple ancestral est situé au Sud du côté est de la cour. Il est de coutume de brûler de l'encens et du papier-monnaie. Des visites à la tombe ancestrale font aussi partie du culte, particulièrement pour le nettoyage au moment du Qingmingjie.

Selon la tradition, seul le roi pouvait sacrifier à ses ancêtres jusqu'à la 7e génération, les princes jusqu'à la 5e, les grands officiers la 3e et les gens ordinaires n'avaient qu'un seul ancêtre. Quant à l'Empereur, se faisant appeler Fils du Ciel, il se devait de sacrifier au Ciel et à la Terre, ses « parents » (jusqu'à ce qu'une impératrice Wu Zetian réclame de sacrifier à la Terre, celle-ci étant considéré comme féminine)

Philippines[modifier | modifier le code]

Parmi les peuples animistes du nord des Philippines, le culte des ancêtres est fréquent jusqu'à l'arrivée des Américains dans les années 1900, sous la forme de statuettes en bois sculpté nommées bululs.

Vietnam[modifier | modifier le code]

Autel des ancêtres dans un foyer vietnamien.

Au Vietnam, le culte des ancêtres s'appelle le tín ngưỡng thờ cúng tổ tiên.

Austronésie[modifier | modifier le code]

Le culte des ancêtres est aussi présent chez les peuples de langue austronésienne (Océanie, Madagascar). Ainsi la littérature orale polynésienne parle d'ancêtres divinisés auxquels on rendait un culte (voir marae). Les Moaï de l'île de Pâques ont été interprétés par les archéologues dans ce sens.

En Afrique[modifier | modifier le code]

Le « culte des ancêtres » edt une composante importante des religions africaines. Néanmoins, pour certains, le terme « culte des ancêtres » est inapproprié dans le cas de la spiritualité africaine[1]. Les ancêtres sanctifiés, ayant respecté les préceptes divins, sont honorés par des prières et des offrandes d'hommages afin de bénéficier de leur bienveillance. Ils sont perçus comme pouvant intercéder entre Dieu et les hommes. Honorer les ancêtres sanctifiés est considéré comme nécessaire pour pouvoir soi-même bénéficier de bonnes retombées dans la vie.

La dévotion due aux ancêtres s'inscrit donc dans une volonté d'harmonie entre l'au-delà et le monde physique des Hommes (l'équilibre cosmique). Si cette harmonie n'est pas respectée, il se crée un déséquilibre néfaste pour l'homme comme pour le reste de la création. Ce qu'on a appelé totémisme ou animisme pour traiter de la tradition spirituelle africaine est une forme de pensée où des esprits invisibles investissent les autres éléments de la création (animal ou végétal le plus souvent).

En Afrique du nord, dans la culture berbère, ce culte perdure d'une façon plus ou moins intense selon les régions et selon que le lieu ou la pratique est ou non intégrée à un syncrétisme. Il a été attesté que certaines mosquées ou sanctuaires islamiques sont installés sur d'anciens sites dédiés aux « ancêtres » ou aux « Saints des tribus ».

En Europe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert de Surgy, « Le « culte des ancêtres » en pays evhé », Systèmes de pensée en Afrique noire,‎ (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • James Frazer, The Belief in Immortality and the Worship of the Dead, Macmillan, 1913-1924, 3 vol. Vol. I [1]
  • Meyer Fortes, Œdipe et Job dans les religions ouest-africaines (1959), trad., Mame, 1974.
  • Jack Goody, Death, property and the Ancestors. A Study of the Mortuary Customs of the LoDagaa of West Africa, Stanford University Press, 1962.
  • Emily Ahern, The Cult of the Dead in a Chinese Village, Stanford University Press, 1973.
  • Robert J. Smith, Ancestor Worship in Contemporary Japan, Stanford University Press, 1982.
  • Robert J. Demaree, On Ancestor Worship in Ancient Egypt, Leyde, 1983.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]