Tin Hinan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tin Hinan (homonymie).
La reine Tin Hinan.

Tin Hinan est le nom donné à une reine berbère origiaire du Tafilalet considérée comme l'ancêtre originelle des Touaregs nobles du Hoggar[1]. Il s'agit d'une femme que l'on connait aujourd'hui à travers la tradition orale touarègue qui la décrit comme « une femme irrésistiblement belle, grande, au visage sans défaut, au teint lumineux, aux yeux immenses et ardents, au nez fin, l’ensemble évoquant à la fois la beauté et l’autorité ». Son nom veut dire en tamacheq, « elle qui se déplace » ou « ou celle qui vient de loin »[2].

Origine[modifier | modifier le code]

Selon la tradition touarègue, Tin Hinan était une princesse originaire d'une tribu berbère issue du Tafilalet[3],[4], région du Sud-Est de l'actuel Maroc.

Histoire[modifier | modifier le code]

Maquette du Tombeau de Tin Hinan, Musée du Bardo, Alger

Tin Hinan serait arrivée dans le Hoggar en traversant le désert du Sahara en compagnie de sa servante Takamat (ou Takama), laquelle est pour sa part donnée comme la mère des Touaregs plébéiens du Hoggar[5]. Tin Hinan fut notamment une « tamenokalt », c'est-à-dire qu'elle possédait le pays, en plus d'être reine des Touaregs de l'Ahaggar[6].

D'après les chants et récits des femmes et des hommes du désert, Tin Hinan fut une femme charismatique et irrésistiblement belle[7].

Sépulture de Tin Hinan (Musée du Bardo, Alger)

Les historiens pensent que Tin Hinan et Takama ont effectué leur voyage en compagnie d'une monture et d'animaux domestiques, ce qui leur aurait permis de ne pas périr. Ils pensent notamment qu'elles connaissaient les principales étoiles et savaient décoder le tracé d'une route. La route qu'elles ont empruntée correspond à une route ancienne dessinée sur les peintures rupestres du Sahara et qui mentionne les points d'eau, rivières et oasis[8]. Après avoir traversé le Sahara sans périr et une fois arrivée à Abalessa, Tin Hinan y instaure les conditions humaines nécessaires à la survie humaine, y organise la vie sociale et développe des relations commerciales avec les personnes qui traversent le Sahara, comme le démontrent le mobilier et les objets retrouvés dans son mausolée[9].

En 1925, à Abalessa, dans le Hoggar, des archéologues découvrent la tombe d'une femme. Ils y trouvent outre un squelette bien conservé, des pièces de monnaie à l'effigie de l'empereur romain Constantin, des bijoux en or et en argent, ainsi qu'un mobilier funéraire. La tombe, qui date du IVe siècle, est attribuée par les archéologues à Tin Hinan[10], bien que les Touaregs eux-mêmes furent beaucoup moins affirmatifs sur ce point[11].

L'examen du squelette retrouvé dans le mausolée montre que la femme souffrait d'un lombarthrose qui l'obligeait à boiter, ce qui rejoint les détails de l'historien Ibn Khaldoun au sujet de Tin Hinan, qui précisait que les Touaregs de l'Ahaggar se désignaient également comme « les enfants de Tiski », c'est-à-dire « les descendants de la femme qui boîte »[12].

Le tombeau de Tin Hinan est aujourd'hui une attraction touristique. Le corps et les bijoux retrouvés dans la tombe sont quant à eux conservés au musée du Bardo à Alger.

Littérature[modifier | modifier le code]

En 1918, Pierre Benoit, dans son roman l'Atlantide, raconte l'histoire d'Antinéa. Il s'agit en fait de Tin Hinan dont il a modifié le nom.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Osire Glacier, Femmes politiques au Maroc d'hier à aujourd'hui: La résistance et le pouvoir au féminin, Tarik Editions, (ISBN 9789954419823, lire en ligne)
  2. Femmes de l’ombre : Tin-Hinan, reine des Touaregs, sur rfi.fr
  3. G. Camps, « L'âge du tombeau de Tin Hinan, ancêtre des Touaregs du Hoggar », Zephyrus, no XXV,‎ , p. 497-516 (lire en ligne).
  4. L'âge du tombeau de Tin Hinan, ancêtre des touaregs du Hoggar, G. Camps (lire en ligne)
  5. Voir Charles de Foucauld, Dictionnaire touareg-français, 1951-1952, t.2, p. 535
  6. Osire Glacier, Femmes politiques au Maroc d'hier à aujourd'hui: La résistance et le pouvoir au féminin, Tarik Editions, (ISBN 9789954419823, lire en ligne)
  7. Osire Glacier, Femmes politiques au Maroc d'hier à aujourd'hui: La résistance et le pouvoir au féminin, Tarik Editions, (ISBN 9789954419823, lire en ligne)
  8. Osire Glacier, Femmes politiques au Maroc d'hier à aujourd'hui: La résistance et le pouvoir au féminin, Tarik Editions, (ISBN 9789954419823, lire en ligne)
  9. Osire Glacier, Femmes politiques au Maroc d'hier à aujourd'hui: La résistance et le pouvoir au féminin, Tarik Editions, (ISBN 9789954419823, lire en ligne)
  10. Camps, G., « Inhumation. (temps protohistoriques) », Encyclopédie berbère, no 24,‎ (ISSN 1015-7344, lire en ligne)
  11. Voir Marceau Gast, Témoignages nouveaux sur Tine Hinane, ancêtre légendaire des Touareg Ahaggar, Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée 13, 1973, pp. 395-400
  12. Osire Glacier, Femmes politiques au Maroc d'hier à aujourd'hui: La résistance et le pouvoir au féminin, Tarik Editions, (ISBN 9789954419823, lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]