Rifain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Rifain
تاريفيت
ⵜⴰⵔⵉⴼⵉⵜ / ⵜⴰⵔⵉⴼⵛⵜ
Tarifit / Tarifecht[1]
Pays Maroc
Région Rif
Nombre de locuteurs Maroc : 4 240 000 (2016)[1]
Total : 4 366 000[1]
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Drapeau du Maroc Maroc
Régi par IRCAM
Codes de langue
ISO 639-3 rif
Étendue langue individuelle
Type langue vivante
IETF rif
WALS brf
Glottolog tari1263
Carte
Répartition géographique du Rifain dans le nord du Maroc
Répartition géographique du Rifain dans le nord du Maroc
Un homme s'exprimant en Rifain.

Le berbère rifain (appelé Tmazight ou Tarifecht par ses locuteurs, tarifit par les autres locuteurs berbères, rifiya en darija) est une langue afro-asiatique de la famille des langues berbères, parlée par les Rifains au nord-est du Maroc et en Algérie, au nord-ouest. Le rifain est parlé par 4,4 millions de personnes.

Le rifain est principalement parlé dans le Rif au nord-est du Maroc, dans l'enclave espagnole de Mellila, mais aussi au nord-ouest de l'Algérie chez les Ait Snous et les Msirda, dont les parlers sont rattachés à l'ensemble rifain[2], et parmi la grande disapora rifaine en Europe.

Le rifain est parlé par 4 240 000 personnes au Maroc en 2016, pour un total de 4 366 000 dans le Monde[1]. C'est l'une des langues berbères les plus parlées en Afrique du Nord, avec le kabyle, le tachelhit, le chaoui et le tamasheq.

Origines[modifier | modifier le code]

Le rifain est une variante de la branche zénète du berbère, une langue afro-asiatique d'Afrique du nord. Il est essentiellement parlé dans le Rif et quelques villages du nord-ouest algérien, ainsi que par la diaspora rifaine en Europe.

Le rifain forme la première langue de type zénète avec 5 millions de locuteurs, devant le chaoui en Algérie qui en compte 2 millions.

En termes d'intercomprehension avec le reste des langues berbères , le rifain est particulièrement proche des autres parlés zenètes du nord du Maroc, du Moyen Atlas orientale et de l'Algerie voisine (parlers du Dahra tels le chenoui , et des Aurès comme le chaoui ) et dans le reste de l'ensemble des langues berbères du nord comme le chleuh et le kabyle .

La région du Rif, abrite également deux autres dialectes berbères: celui des Ghomaras à l'est de Tétouan, difficilement compréhensible pour le rifain, et celui des Sanhadja de Srayr, au sud-ouest d'Al Hoceïma plus intelligible des locuteurs du rifain mais avec des différences notables. Mena Lafkioui, considère le parlé de Sanhaja de Srayr comme faisant partie des dialectes rifains mais précise que ce dialecte n'a pas subit toutes les mêmes évolutions que ses voisins de l'est, car le rifain est zénète alors que le parler de Sanhaja ne l'est pas.

Répartition de la langue[modifier | modifier le code]

Répartition géographique des dialectes du rifain.

Du fait du découpage administratif du Rif par le gouvernement marocain, la langue rifaine se trouve présente dans plus de trois régions administratives :

  • Oriental, où se situe l'immense majorité des Rifains (provinces de Nador, Berkane, Driouch et moitiés nord des provinces de Guercif et Taourirt) ;
  • Tanger-Tetouan-Al Hoceima (province d'Al Hoceima)
  • Fes-Meknes (uniquement la moitié nord de la province de Taza et une partie de l'est de la province de Taounate).

Le Rifain est divisé en plusieurs dialectes, mais l'intercompréhension est parfaite entre tous les Rifains, les différences étant extrêmement minimes. On différencie ainsi :

Les principales villes du Rif où la langue est parlée sont Nador, Al Hoceïma, Ajdir, Ayt Buayac, Tamasint, Aruadi, Berkan, Targist, Driwec, Midar, Serwan, Aarwi, Zghenghan, Aknul, Tafersit, Imzuren, Ben Taïeb, Budinar, Aklim, Ixf w-Aman, Ayt Nsar, et Melilla, enclave espagnole. Le rifain est aussi parlé par une tranche importante de la population de Tanger (située à la limite du Rif occidental), Tetouan (Rif occidental) et Oujda (située à la limite sud du Rif oriental).

Le rifain était, au début du XXe siècle, encore très parlé dans l’extrême nord-ouest de l'Algérie, à la frontière marocaine, chez les Ait Snous et les Msirda notamment, ainsi que par les immigrés Rifains en Oranie (Oran, Beni Saf, Bethioua, etc.). Le berbère parlé à Ait Snous dans la wilaya de Tlemcen est apparenté à l’ensemble des langues rifaines et particulièrement au dialecte des Ait Iznassen[3]. Le berbère Ait Snous est encore parler aujourd'hui et les jeunes semblent vouloir le reparler, notamment à travers la diffusion de la musique rifaine reggada, très prisée partout au Maroc et dans l'ouest algérien.

Le rifain est parlé en Europe, du fait de l'émigration. Les Rifains forment la majorité des communautés marocaines en Belgique et aux Pays-Bas. Cependant, les Rifains vivant en Europe ne sont pas tous berbérophones, on peut dès lors difficilement connaitre le nombre exact de locuteurs du rifain.

Différences dialectales[modifier | modifier le code]

La langue rifaine est une des langues berbères les plus étonnantes car elle est celle qui a subi le plus d’évolutions phonétiques. Toutes les évolutions phonétiques ne sont cependant pas communes aux différentes tribus rifaines, et il existe une multitude de « sous-dialectes » au sein du Rifain. On distingue en général 3 aires dialectales : le rifain occidental (Al Hoceima, Targuist, Imzouren, Aït Bouayach, Tamasint, Arouadi, Izemmouren, Aït Hdifa, Ajdir), centrale (Midar, Driouch, Aknoul, Tizi Ou Asri, El Aroui, Nador, Aït Nsar, Aïn Zohra) et oriental (Berkan, Arekman)

Premièrement, le rifain possède à côté des voyelles a, u, i, un système de voyelle longue assez spécial. Ces voyelles longues proviennent de la vocalisation du /r/ après voyelle. Ainsi Amghar s'entendra Amghaa:. Cette évolution phonétique n'est cependant pas généralisée et on retrouve ce type de vocalisation surtout dans les tribus centrales et chez les Ayt Ouriagher (tribu occidentale).

Deuxièmement, la majorité des parlers rifains réalisent très souvent le /l/ berbère en [r] alors que le /ll/ tendu (ou redoublé) berbère est très souvent réalisé en affriquée [g] (« dj »). Melmi deviendra Mermi, Azellif deviendra Azedjif. Seul le parler oriental semble ne pas avoir assimilé cette évolution phonétique.

Troisièmement, la suite de consonnes /lt/ évoluera souvent vers l’affriquée [c] (« tch ») Taghyult devient taghyutch, sauf en rifain oriental.

Et enfin quatrièmement, à l'instar d'autres dialectes, la spirantisation des consonnes occlusives berbères est présente, cependant elle varie fortement selon les tribus.

/k/ > [y] ou [š] (ch) : tfukt > tfuyt ou tfušt « soleil » --- /g/ > [y] ou [ž] (j) : yugur > yuyur ou yujur « il est parti » ; agem > ayem « puiser ».

Français Rifain occidental

Tribus: Aït Ouriaghel, Bakkouya, Aït Ammart, Aït Itteft, Aït Boufrah

Rifain central

Tribus: Temsamane, Aït Touzine, Gueznaya, Aït Saïd, Aït Oulichek, Qelaya, Aït Tafersit, Metalsa, Aït Bouyahyi

Rifain oriental

Tribus: Kebdana, Aït Iznassen

Soleil Tfuyt Tfucht Tfukt
Garçon Aharmouch / Ahenjar Ahenjar Ahenjar
Tête Azedjif Azedjif Azellif
Sœur Wetchma Wetchma Weltma
Partir Ugur Uyur Uyur
Il a Ghas Ghares Ghares
Homme Argaz Aryaz Aryaz
Colombe Athbir Athbir Athbir
Anesse Taghyutch Taghyutch Taghyult
Comment ? Mamek / Mukh Mametch / Match Mamek
Argent Tinɛachin Tinɛachin Tinachin
Descendants/Enfants Ayth Ayth Ayth
Blanc Achemrar Achemrar Achemlal
Mon/ma, ton/ta, son/sa Inu (abb. "-iw"), inek (abb.: "-ik") / inem (abb.: "-im"), ines (abb. "-is") Inu, nnech/nnem, nnes Inu, nnek/nnem, nnes

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Ethnologue [rif].
  2. « Centre de Recherche Berbère - Beni Snous », sur www.centrederechercheberbere.fr (consulté le 21 avril 2018)
  3. http://www.centrederechercheberbere.fr/snous.html.

Annexes[modifier | modifier le code]

Wikipédia en Rifain dans l'Incubateur de Wikimedia.

Liens externes[modifier | modifier le code]