Diyya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’islam
Cet article est une ébauche concernant l’islam.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La diyya est un terme coranique, de la racine arabe WDY, dérivé du verbe wadā. Elle désigne le prix du sang, c'est-à-dire une compensation financière expiatoire que doit payer l'auteur (ou la famille de l'auteur, ‘āqila) d'un homicide à la famille de la victime, ou à ses ayants-droit selon la religion musulmane. Le montant d'une diyya pleine, qui aurait été fixé par ‘Abd al-Muṭṭalib (m. 580), le grand-père du prophète de l'islam, s'élève à cent têtes de chameaux[1].

Elle doit aussi être payée par une femme qui a avorté[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lahcen Daaïf, Le prix du sang (diya) au premier siècle de l'islam, Publications de la Sorbonne | Hypothèses, 2006, p. 331.
  2. Islamic bioethics: problems and perspectives, par Dariusch Atighetchi, Springer