Libyens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire image illustrant les Berbères
Cet article est une ébauche concernant l’histoire et les Berbères.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Libyque (homonymie).

Les Libyques (ou Libyens avant de désigner les habitants de l'actuelle Libye), sont les peuples autochtones, plus communément connus sous le nom de berbères ou amazighs, habitant le nord de l'Afrique avant l'arrivée des Phéniciens (entre l'Atlantique et la Tripolitaine). Les populations libyques se sont maintenues à l'époque phénico-punique et romaine, même si une partie d'entre elles ont en partie été soumises, marginalisées et/ou acculturées.

Origines[modifier | modifier le code]

Leur nom est lié à l'utilisation antique du nom « Libye » : selon Pline l'Ancien, « les Grecs ont appelé l'Afrique « Libye » et la mer qui l'affronte « Libyque » »[1]. Durant l'Antiquité, le mot Libye était dérivé d'un peuple berbère établi en Cyrénaïque et dans le delta du Nil, connu sous le nom de Libous ; le terme s'est petit à petit étendu à tout le continent.

Un Libyen peint sur la tombe de Séthi Ier

Des représentations de Libyens se retrouvent parmi certaines fresques égyptiennes comme celles du tombeau de Séthi Ier : on y voit quatre Libyens (à peau claire) habillés de longues robes colorées, arborant tatouages et plumes d'oiseaux sur la tête[2].

Diversité des peuples[modifier | modifier le code]

La plus ancienne mention de ces peuples libyques date du Ve siècle av. J.-C., dans l'œuvre de Hérodote[3] : l'historien grec y évoque une multitude de peuples autochtones, nomades, semi-nomades, voire sédentaires. La langue libyque et la culture semblaient créer une certaine unité entre ces peuples mais on peut dégager deux ensembles dans les populations libyques :

Ces divers peuples libyques étaient organisés sur un mode généralement tribal avec un chef ou un roi à leur tête, mais certains (Maures et Massyles notamment) ont su développer une organisation plus élaborée.

On parle d'ailleurs parfois de Libophéniciens (ou Libyphéniciens, ou Libyophéniciens) pour désigner les populations proches des ancêtres des actuels berbères qui se sont mélangées (par mariage intercommunautaire ou acculturation)[6].

Polysémie du terme « Libyens »[modifier | modifier le code]

Le terme « Libyens » a pu désigner d'autres peuples selon le point de vue culturel et selon l'époque :

  • En Grèce antique, le terme « Libyens » était utilisé pour désigner soit l'ensemble des habitants d'Afrique du Nord, soit une partie d'entre eux.
  • À partir du Ve siècle, la Libye désigne l'ensemble des terres connues sur le continent africain donc les acceptions des termes « Libyens » et « Libyques » diffèrent. Les Égyptiens et les Hébreux parlaient de Libyens pour les peuples côtiers situés entre Égypte et Syrie, alors que les Grecs appliquaient cette désignation pour ceux qui habitaient dans l'arrière-pays de Cyrène[7].
  • De nos jours l'appellation « Libyens » est usuellement employée pour désigner les citoyens de la Libye, raison pour laquelle certains préfèrent privilégier le terme « Libyques ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pline l'Ancien, Histoire naturelle, livre V.
  2. Représentation sur le tombeau de Sethi Ier
  3. Hérodote, Enquête, livre IV.
  4. Ces noms sont cités par des auteurs comme Hérodote, Pomponius Mela ou Strabon
  5. Notons toutefois que des historiens comme Jehan Desanges pensent que le terme « Gétules » désignerait plus un mode de vie qu'un peuple précis et homogène.
  6. Gabriel Camps, « L'origine des berbères », Islam : société et communauté. Anthropologies du Mahgreb, dir. de Ernest Gellner, les Cahiers CRESM, éd. CNRS, Paris, 1981.
  7. Françoise Prévot, Jean-Louis Voisin, Philippe Blaudeau, Leila Najar, L'Afrique romaine : 69-439, Atlande, collection Clefs concours, 2006, p286. (ISBN 2350300021)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(voir aussi notes ci-dessus)

Articles connexes[modifier | modifier le code]