Maures

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maure et Maures (homonymie).
Les ambassadeurs castillans tentent de convaincre le roi almohade Abu Hafs Umar al-Murtada de rejoindre leur alliance. Représentation contemporaine des Cantigas de Santa Maria.

Les Maures désignent à l'origine et durant l'Antiquité les populations berbères d'Afrique du Nord, tout particulièrement celles vivant le plus à l'ouest. Ils ne furent clairement distingués des Numides que lorsque les Romains eurent connaissance de l'existence de royaumes berbères à l'extrême-ouest (actuel Maroc). Peuples vivant dans les deux provinces de Maurétanie sous l'Empire romain, la Maurétanie Tingitane et la Maurétanie Césarienne. Pline l'Ancien écrit que, parmi les tribus de Maurétanie Tingitane, la plus célèbre était jadis celle des Mauri.

Au VIIIe siècle les armées du califat omeyyade, sous le commandement du général berbère Tariq Ibn Ziyad, conquièrent la péninsule ibérique, sous le nom d'Al-Andalus. C'est le début de l'Ibérie musulmane. À partir de cette époque, le terme « maure » va désigner les « musulmans », plus particulièrement ceux vivants en Al-Andalus, qu'ils soient d'origine berbère ou non. Ces populations s'installeront essentiellement en Tunisie, au Maroc et en Algérie après les déportations de musulmans ordonnées par la monarchie catholique espagnole.

De nos jours, le terme est plutôt utilisé pour désigner les populations métissées arabo-berbères[Depuis quand ?],[réf. nécessaire] vivant dans le Sahara et plus au sud, au Sahel, parlant hassaniya, principalement en Mauritanie, au Sahara occidental ainsi que dans le Nord-Ouest du Mali.

Étymologie et premiers usages[modifier | modifier le code]

Portrait du secrétaire de l'ambassadeur maure marocain Abd el-Ouahed ben Messaoud reçu par la reine Élisabeth Ire (1600).

Selon l'étymologie communément admise, cette appellation est dérivée du terme « Moros » en grec et « Mauri » en latin[1],[2], qui désigne à l'époque romaine les Berbères d'Afrique du Nord, et plus précisément les Berbères de Maurétanie, zone qui alors inclut le nord et l'est du Maroc actuel et le nord-ouest de l'Algérie. Cependant certains pensent que le terme pourrait avoir une origine locale, « Mahurim » signifiant « occidentaux » en punique pour les populations vivant à l'ouest de Carthage. Mahurim aurait pu donner naissance au latin Mauri[3].

Selon Salluste, les Maures font partie de l'armée d'Hercule venue de la péninsule ibérique[4], composée de Perses, d'Arméniens, et de Mèdes[5]. Ils se mêlent aux populations autochtones — Gétules (Zénètes) berbères — du Maghreb actuel. Ils s'installent dans les montagnes au Maroc, dans les Aurès en Algérie et dans la Libye. La majorité de la population des Aurès est composée de Gétules (Zénètes)[6].

Le terme Maures est utilisé par l'historien romain Procope et par saint Augustin pour désigner la population des Aurès non romanisée et les populations indigènes qui se soulèvent contre Rome. Coripus désigne les populations qui se soulèvent contre Rome pendant le règne de Justinien vers le Ve siècle sous le vocable d'Ifuraces[7]. A contrario, les autochtones qui étaient favorables au régime romain sont désignés par le terme « Afris »[8]. Les Banou Ifren ou Ait Ifren sont les Afris et ils appartiennent aux Zénètes, anciennement appelés Gétules.

Au Moyen Âge, le terme latin « Mauri » passe en français sous la forme « maure », mais aussi en espagnol sous la forme « Moros » et en breton sous la forme « Morianed » pour désigner les Musulmans[9],[10] à l'origine de la conquête de la péninsule Ibérique au VIIIe siècle. Joseph Pérez précise que « parmi les envahisseurs de 711, les Arabes étaient une infime minorité […] la majorité était formée de Berbères. […] C'est pourquoi les Espagnols, pour évoquer la domination musulmane, préfèrent parler de Maures... »[11].

Antiquité[modifier | modifier le code]

Roi maure Bocchus Ier, qui régna en Maurétanie de 110 à 80 av. J.-C.

Plusieurs rois maures régnèrent sur la Maurétanie durant l'Antiquité, tels que les rois Baga[12], Bocchus Ier[13], Sosus[14], Bogud[15] ou encore Bocchus II[13].

Le roi Baga fut le fondateur de la dynastie régnante du royaume de Maurétanie à la fin du IIIe siècle av. J.-C.[16]. Il soutient militairement le roi numide Massinissa à son retour d'Hispanie, en lui fournissant des armes et 4 000 guerriers maures pour l'escorter et pour combattre son rival au trône, Syphax[17]. Il l'aida également contre Carthage lors de la deuxième guerre punique.

De 110 à 80 av. J.-C., Bocchus 1er, aussi appelé Bocchus l'ancien, fut roi de Maurétanie et régnait entre l’Océan et la Mouloya (Mulucha)[13]. En 106 av. J.-C, il prend les armes avec Jugurtha, son gendre, contre les Romains. Vaincu deux fois par Marius. Il se rapproche ensuite des Romains, traite avec Sylla, alors questeur sous Marius, et consent à trahir son gendre, Jugurtha, en aidant les Romains à le faire tomber dans un guet-apens où il est capturé (106 av. J.-C.). Il reçoit en récompense le pays des Massésyliens (Massaessyles). Devenant ami et allié du Peuple romain, il lui fut reconnu la domination sur « un tiers de la Numidie »[13].

Peuple de cavaliers, les Maures offrirent notamment leurs services tant aux Carthaginois qu'aux Romains lors des guerres puniques. Jugurtha, ayant pris pour femme la fille de leur roi, bénéficia quelque temps de leur appui, mais fut livré à ses ennemis aussitôt qu'il leur demanda asile.

La Maurétanie fut petit à petit conquise par Rome et constitua deux provinces de l'empire, l'une en 37, l'autre en 40 ou 41 sous Caligula. Engagés aux côtés des forces romaines, des Maures contribuèrent à établir la Pax Romana en Gaule et établirent des colonies. Dans la péninsule armoricaine, des soldats maures furent cantonnés, au territoire des Vénètes et des Osismes, d'où le nom de « Mauri Veneti » et de « Mauri osismiaci » que leur donne la Notitia Dignitatum[18],[19],[20]. Plusieurs noms de localités, comme « Mortaigne » ou « Mortagne », tant en France qu'en Belgique, seraient dérivés de « Mauretania »[21], mais une autre interprétation y voit l'invocation d'une eau morte (par opposition à eau vive).

La Maurétanie fournit aussi à l'Empire romain, plusieurs généraux tels Gildon[22], qui se rebella ensuite contre Rome, et surtout Lusius Quietus[23] que Trajan aurait selon certains auteurs songé à choisir pour successeur[24]. Quietus et sa cavalerie maure sont immortalisés sur la colonne Trajane à Rome. La Maurétanie donna même à Rome un empereur éphémère, Macrin[25],[26],[27]. Partiellement romanisés puis christianisés dès le IIIe siècle, les Maures furent partiellement séduits par le schisme donatiste. Aux persécutions païennes succédèrent les persécutions chrétiennes quand l'empire érigea le christianisme en religion d'État.

Au Ve siècle, des Vandales et leurs alliés alains, harcelés par les Wisigoths, franchirent le détroit de Gibraltar et se taillèrent un royaume en Afrique du Nord en 431. Les Maures collaborèrent aux expéditions de pillage organisées par les Vandales, notamment le second sac de Rome en 455. Les prisonniers romains furent emmenés en esclavage par les Maures, qui furent cependant défaits par Justinien Ier, empereur romain d'Orient, en 533.

La domination byzantine n'était cependant que très relative quand, en 647, survint l'islamisation. La résistance de chefs tels que Kusayla ou Dihya n'empêcha pas, au VIIIe siècle, une grande partie des tribus d'être islamisées puis de propager l'islam à leur tour. Le pays des Maures fut annexé au califat des Omeyyades.

Conquête de la péninsule Ibérique[modifier | modifier le code]

En 711, les Maures écrasent Rodéric lors de la bataille du Guadalete et débarquent en Péninsule Ibérique. Sous le commandement de Tariq ibn-Ziyad, ils imposèrent à une grande partie de l'Espagne et du Portugal le règne islamique jusqu'en 1492. Ils étendirent leur influence au Midi de la France, et firent des incursions jusque dans le Nord de la France, puis battent et soumettent Eudes, le duc d'Aquitaine lors de la bataille de Bordeaux, mais furent arrêtés à la bataille de Toulouse en 721 et par Charles Martel à la bataille de Poitiers en 732.

Dans la péninsule Ibérique, seuls le Nord-Ouest et les régions majoritairement basques des Pyrénées échappèrent à leur domination. L'État maure subit quelques conflits civils dans les années 750.

Le pays, al-Andalus, fut ensuite divisé en un nombre de petits territoires principalement islamiques, nommés les taïfas.

En 1212, les royaumes chrétiens, sous le commandement d'Alphonse VIII de Castille, repoussèrent les frontières des territoires Maures au Sud de la péninsule. C'est la période de la Reconquista proprement dite. Cependant le royaume de Grenade (au sud-est) résista durant près de trois siècles. Le , l'armée de la Castille chrétienne, assiégea Grenade, et annexa le dernier royaume musulman de la péninsule au territoire du royaume de Castille.

La population maure aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Population désignée[modifier | modifier le code]

Jusqu'au début du XXe siècle, le terme « Maures » était souvent utilisé par les géographes occidentaux pour désigner les Arabo-Berbères nord-africains métissés, spécialement ceux des villes, pour les différencier des arabophones et des berbérophones considérés en tant qu'ethnies. Ainsi, l'Encyclopædia Britannica de 1911 définit « Maure » comme « le nom qui, selon l'habitude actuelle, est librement appliqué aux natifs du Maroc, mais strictement, devrait s'appliquer seulement aux hommes de la ville de descendance mélangée ». Cependant, elle reconnaît que ce terme n'a pas de valeur ethnologique réelle.

Aujourd'hui, Maures (ou Bidha'an) est le nom donné aux populations arabo-berbères métissées vivant au Sahara et dans les territoires méridionaux, côtoyant les populations noires. Ils ne sont pas assimilables aux Maures d'Espagne, étant donné que ni leur dialecte ni leur culture ne sont identiques, même si une partie des Maures d'Espagne a pu provenir du grand Sahara, dans le sillage de la conquête arabe et de l'arrivée ultérieure de troupes almoravides et almohades pour appuyer les principautés andalouses. Le terme « Maure » leur a été attribué car ils étaient la seule population d'origine nord-africaine au sud du Sahara.

Distribution géographique[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, l'aire sociale maure regroupe approximativement le Sud du Maroc, le Sahara occidental, la Mauritanie, le Nord-Ouest du Mali, le Sud-Ouest de l'Algérie et dispersé dans le nord du Sénégal, soit une zone ayant en commun une culture et une langue hassaniyya.

Selon le recensement de 1988 au Sénégal, les Maures y étaient 67 726, sur une population totale estimée à 6 773 417 habitants, soit 1 %. Depuis leur nombre a considérablement augmenté. Ils y sont très dispersés[28].

L'ensemble des Maures est musulman sunnite de rite malékite. L'unité linguistique autour de la langue hassaniyya est relativement forte chez les Maures. Historiquement, certaines tribus Maures étaient berbérophones. Quelques individus parlent encore cette langue dans le Sud de la Mauritanie, et au Sénégal, notamment au sein de la tribu de Oulad Deiman (dans la région du Trarza). L'arabisation engagée depuis des siècles a fait des Maures de purs arabophones. En 1978, dans le vocabulaire officiel mauritanien, le terme « Arabo-Berbère » a été définitivement remplacé par « Arabe », consacrant ainsi la disparition quasi-totale de la culture berbère dans le pays.

Il faut distinguer les Beidanes, ou Maures blancs, des Haratins, ou Maures noirs.

La base de la société maure est la tribu (qabîla) composée des descendants d'un ancêtre commun, qui reste ouverte aux affiliations extérieures par mariage. Celles-ci sont divisées en fractions (fakdh), elles-mêmes divisées en groupements de familles (ehel ou aïal) et finalement de tentes (khaïma ou khiyam).

En Mauritanie et plus généralement chez les Maures, on distingue une organisation statutaire dans laquelle sont distingués trois groupes, dont deux groupes occupent le sommet de la hiérarchie : les tribus guerrières, dites Arab ou Hassan, dont les membres sont généralement d'origine arabe, et les tribus zaouïa ou tolba, qui seraient d'origine berbère. Le troisième groupe est celui des lahma ou znâga (tributaires). Cette organisation s'est affirmée dans le cadre émiral mis en place entre le XVIIe et XVIIIe siècles mais ne s'est pas généralisée de la même manière partout dans le futur territoire mauritanien. Dans les faits, elle concerne avant tout le Nord (Adrar), le Centre (Tagant et Assaba) et l'Ouest (Trarza, Brakna), mais beaucoup moins l'extrême Est (où n'a pas existé formellement un système émiral)[29].

Les principales tribus maures sont aujourd'hui les suivantes[30],[31] :

  • Tribus Zaouïa ou maraboutiques
    • Ehel Barikalla (Akjoujt) (variante : Berikallah)
    • Ehel Muhammad Fadel (Néma)
    • Idab Lahcen
    • Ehel Sidi Mahmoud (Assaba et Hodh), un des principaux groupements tribaux en Mauritanie aujourd'hui (40 000 membres) comptant 11 tribus et 107 fractions et qui est plutôt structuré comme une confédération[29]
    • Oulad Deiman (Trarza)
    • Idaou Ali (Bareina, Chinguetti, Tidjikdja) (variantes Idewaali, Idawali, Idouali, Idaw Ali, Ida'Ali) ; en font partie les Ehel Abdallahi et Ehel Maham[32]. Ils sont réputés très attachés à la Tijaniyya[33].
    • Idaou el Hadj (Kiffa, Ouadane)
    • Ideiboussat (Assaba). Entre soufisme et commerce d’importation (change de devises, vente de véhicules, thé, tissus, céréales, etc.), ils ont acquis une grande influence dans le pays. Leur réseau commercial tribal actuel, de plus en plus puissant, s’est spécialisé sur un créneau sensible : la finance et notamment le change[34]. Il s'agit de la tribu du général mauritanien Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed, dit Ould Ghazouani, fils d’un chef spirituel de la tribu Ideiboussat[35] et personnalité politique de premier plan du régime actuel.
    • Ideiqoub
    • Idjeidjba (Brakna) (variante : Idjeijba)
    • Laghlal (Hodh)
    • Messouma
    • Smasside (Atar et divers ksar) (variante : Semassides), à laquelle appartenait l'ancien président mauritanien Maaouiya Ould Sid'Ahmed Taya (1984-2005)[36].
    • Tadjakant (Trarza, Brakna et Assaba)
    • Tagat (Brakna)
    • Tagnit (Trarza, surtout Boutilimit)
    • Tagounant (Trarza)
    • Tendgha (Trarza)
    • Tinouajiw
    • Oulad Biri (Trarza) (variante : Ebyeyri, Berri), à laquelle appartenait Moktar Ould Daddah, le père de l'indépendance mauritanienne[37].
  • Tribus guerrières
    • Idaou Aïch (variante : Idaw Aych), incluant deux principaux clans :
      • Abakak également appeles Ehel Soueid Ahmed (Tagant)
      • Chrattit connus également comme Ehel Mohamed Chein (Assaba)
    • Machdouf (Hodh oriental) (variante : Mechdouf)
    • Oulad Allouch (Hodh oriental)
    • Oulad Mbarek (Hodh)
    • Oulad Ammoni (Adrar)
    • Oulad Nasser (Hodh occidental)
    • Trarza (Trarza)
      • Oulad Ahmed Ben Deman (Trarza)
      • Oulad Deman
      • Oulad Muhammed el-Habib
    • Brakna
      • Ehel Yahya Ould Sidi (Brakna et Adrar)
      • Oulad Abdallah (Brakna et Adrar)
      • Oulad Ahmed
      • Oulad Noghmach (Brakna)
      • Oulad Siyed (Brakna)
  • Tribus maraboutiques et guerrières a la fois:
    • Kountas (de Tombouctou à Adrar)
    • Oulad Bou Sbaa (variante Bousbaa, littéralement « du lion ») ; cette tribu n'a pas de territoire identifié en Mauritanie et revendique d'origines marocaines (El Haouz Tensif) ; elle est la tribu de l'actuel président Mohamed Ould Abdelaziz, de l'homme d'affaires Mohamed Ould Bouamatou, de l'ancien chef de l'État (2005-2007) Ely Ould Mohamed Vall[36] et de l'ancien ministre des affaires etrangeres et intellectuel Mohamed Mahmoud Ould Mohamedou. Elle inclurait les Imraguens, pêcheurs traditionnels habitant la cote atlantique.
    • Reguibat ech-charg, appelés aussi Legouacem (Sud marocain, Seguiet el-Hamra, Zemmour), qui incluent :
      • Ehel Brahim Oulad Daoud
      • Lebouihat
      • Liaiacha
      • Foqra
    • Reguibat Sahel (Sud marocain, Zemmour, Adrar, Rio de Oro)
      • Oulad Moussa
      • Souaad
      • Lemouedenin
      • Oulad Borhim
      • Oulad Cheikh
      • Thaalat
      • Oulad Taleb

À ces groupes aristocratiques, il faut ajouter les tributaires (ou aznaga ou encore lhama) et des castes comme les artisans (mallemin) et les griots (igawen).

Cette organisation hiérarchique entre guerriers, religieux et tributaires est très marquée surtout dans les émirats, comme Trarza, Brakna, Adrar ou encore Tagant, dont l'organisation plus structuree se distingue de celle des tribus independantes (Oulad Diman, Oulad Mbarek, Ehel Sîdi Mahmûd, Oulad Nasser, Machdouf, Idaou Ali) ou encore les sociétés tribales non stratifiées du Nord (Tekna, Ehel Haj, Reguibat, Oulad Delim, Larroussiyin, Smasside, Oulad Tidrarin, Oulad Bou Sba, Oulad Ghaylan).

Économie et mode de vie[modifier | modifier le code]

Les Maures sont historiquement des éleveurs nomades de dromadaires et de chevaux dans le Nord et ovins dans le Sud et sur les berges du fleuve Sénégal. L'agriculture est toujours restée marginale et pratiquée dans les quelques oasis de leur territoire. De par leur culture nomade et leur élevage, le commerce tenait une part importante dans leur économie.

Aujourd'hui ce mode de vie est en voie de disparition[38]. Les politiques de sédentarisation aidant, l'exode vers les villes croît, notamment vers Nouakchott en Mauritanie. Cette sédentarisation influe également sur leur culture commerçante.

Emblème[modifier | modifier le code]

La tête de Maure (à ne pas confondre avec « tête de mort ») est un meuble héraldique traditionnel qui apparaît notamment sur le blason et le drapeau de la Corse, mais aussi de la Sardaigne et sur le blason de certaines villes comme Morancé ou Moret-sur-Loing. Par le passé, la tête de Maure sur le blason Corse avait également les yeux bandés en signe de "soumission". Plus tard, le bandeau est représenté sur le front et devient le symbole que nous connaissons aujourd'hui.

Toutefois, les historiens actuels semblent privilégier l’hypothèse d’une origine aragonaise de la tête de Maure1, le symbole apparaissant pour la première fois en 1281 sur un sceau du roi Pierre III d'Aragon.

La tête de Maure serait la tête de Saint Maurice, martyr chrétien égyptien d’ethnie nubienne, serviteur des légions romaines et mort pour sa foi dans le Valais en Suisse, au IIIe siècle.

Ainsi, sa tête tranchée par les romains suite à une désobéissance fut dès le Haut Moyen-Âge un symbole héraldique, d’abord dans les Alpes et puis repris bien au-delà. La tête de Maure se serait ainsi imposée comme emblème en Sardaigne (4 têtes) et en Corse à la suite de la domination du roi d’Aragon1,3. Certains remarquent toutefois que la domination ayant été de courte durée, il est possible que l’ajout soit postérieur4.

Autre[modifier | modifier le code]

Le style dit « mauresque » est un mouvement artistique, principalement architectural et ornemental élaboré en Europe au XIXe siècle par imitation de celui des anciens Maures d'Al-Andalus en Espagne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Entrée « Maure », dans Le nouveau Petit Robert, Paris, 2000, (ISBN 2-85036-668-4), p. 1538.
  2. J. B. Morin, Jean-Baptiste Gaspard d'Ansse de Villoison, Dictionnaire étymologique des mots françois dérivés du grec, p. 69.
  3. Adolph Bloch, « Étymologie et définitions diverses du nom de Maure », Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris, 1903, vol. 4, no 1, pp. 624-625.
  4. Edward Gibbon, Jean Alexandre C. Buchon, Histoire de la décadence et la chute de l'Empire romain, éd. Auguste Desrez, 1838.
  5. Ferd Hoefer, L'Univers histoire et description de tous les peuples, éd. Firmin Didot, 1885.
  6. Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique de la province de Constantine, volume 16.
  7. Ibn Khaldūn, Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l'Afrique Septentrionale, volume 4, Impr. du Gouvernement, Alger, 1856.
  8. Anne-Marie Flambard Hérisser, « Les Lieux de pouvoir au Moyen Âge en Normandie et sur ses marges », Caen, Publications du CRAHM, 2006, 245 p. (Tables rondes du CRAHM, 2). Cité dans : Bulletin Monumental, tome 165, no 4, année 2007. pp. 399-400, et dans Identité et ethnicité : concepts, débats historiographiques, exemples (IIIe-XIIe siècle), Publications du CRAHM, 2008, 264 pages.
  9. « Jusqu'au VIIIe siècle de notre ère, au moins, le nom de Mauri fut appliqué aux habitants de la Berbérie; et ceux-ci, après les Romains, en vinrent à se désigner ainsi eux-mêmes. La conquête de l'Espagne se fit sous la direction de chefs arabes, mais comme elle fut menée grâce aux troupes de Berbères islamisés levées dans tout le Maghreb, le nom de Mauri passa dans la péninsule avec les hommes et devint Moro, servant à désigner non seulement les Berbères mais aussi, à tort, les conquérants arabes. », article « Maures », Encyclopédie Universalis, vol. 10.
  10. Janine & Dominique Sourdel, Dictionnaire historique de l'islam, Quadrige, PUF, 2004, p. 552.
  11. Joseph Pérez, Histoire de l'Espagne, éditions Fayard, 1996, p. 34.
  12. Camps, G., « Baga », Encyclopédie berbère, no 9,‎ (ISSN 1015-7344, lire en ligne)
  13. a b c et d Camps, G., « Bocchus », Encyclopédie berbère, no 10,‎ (ISSN 1015-7344, lire en ligne)
  14. Université de Toulouse-Le Mirail, Sertorius, Libanios, iconographie, Presses Univ. du Mirail, (ISBN 9782858166626, lire en ligne)
  15. Camps, G., « Bogud », Encyclopédie berbère, no 10,‎ (ISSN 1015-7344, lire en ligne)
  16. Claude Lepelley et Xavier Dupuis, Frontières et limites géographiques de l'Afrique du Nord antique: hommage a Pierre Salama : actes de la table ronde réunie à Paris les 2 et 3 mai 1997, Publications de la Sorbonne, , 295 p. (ISBN 9782859443764, lire en ligne), p. 273
  17. Tite-Live, Histoire romaine, XXIX, 29, 7.
  18. Auguste Longnon, Origine et formation de la nationalité française, Nouvelle Librairie nationale, 1921, p. 25.
  19. « La Noticia Dignitatum (« Notice des dignités de l'Empire romain ») nous apprend qu'à Brest et à Vannes il y avait des soldats maures (Mauri Veneti et Mauri Osismiaci) », Hervé Abalain, Histoire de la langue bretonne, Gisserot, 1995, p. 10.
  20. « On trouve des Maures établis en Armorique à Osimis et à Venetis », Léon Fleuriot, Les origines de la Bretagne, Payot, 1980, p. 115.
  21. « Un autre témoignage des colonies mauresques de notre pays réside dans le vocable Mortagne, encore porté par divers lieux de notre pays et qui représente une appellation latine, Mauretania. », Auguste Longnon, Origine et formation de la nationalité française, Nouvelle Librairie nationale, 1921, p. 25.
  22. Ferdinand Hoefer, Nouvelle biographie générale, Firmin Didot, 1868, t. 19, p. 512.
  23. « Lusius Quiétus était Maure et chef de soldats maures », Dion Cassius, Histoire romaine, 68.
  24. Victor Duruy, Histoire romaine jusqu'à l'invasion des barbares, Hachette, 1855, p. 458.
  25. « Dion Cassius, LXXXIX, le dit de « race maure » », Paul Petit, Histoire générale de l'Empire romain, Seuil, 1974, p. 331.
  26. « simple chevalier d'origine maure », Lucien Jerphagnon, Les divins Césars, Tallandier, 2004, p. 208.
  27. « la Maurétanie fournit des soldats et donna même un prince éphémère, Macrin », Yann Le Bohec, Article « Maures » (2004), dans Encyclopædia Universalis, éd. Universalis, 2004, DVD.
  28. « Chiffres de la Division de la Statistique de Dakar », cités dans Peuples du Sénégal, Éditions Sépia, 1996, p. 182.
  29. a et b Mariella Villasante Cervello, « De l'adhésion religieuse au rattachement segmentaire. Le processus d'émergence des Ahl Sîdi Mahmûd, confédération tribale mauritanienne, XVIIIe siècle. », Islam et sociétés au sud du Sahara, no 10,‎ , p. 81-119 (lire en ligne).
  30. Muriel Devey, La Mauritanie, Khartala, , 316 p. (ISBN 284586583X), p. 34.
  31. (en) Anthony G. Pazzanita, Historical Dictionary of Mauritania, Scarecrow Press, coll. « Historical Dictionaries of Africa », 2008 (third edition), 648 p. (ISBN 0810855968), p. 353-354.
  32. Aicha Mint Maouloud, « Grâce à Ould Abdel Aziz, la tribu [[Smasside]] se décante », sur http://www.cridem.org, (consulté le 9 septembre 2017).
  33. Abdalla Ould Khalifa, La région du Tagant en Mauritanie : L'oasis de Tijigja entre 1660 et 1960, Karthala, , 688 p. (ISBN 2865378942), p. 121.
  34. Ali Bensaâd, « Aux marges du Maghreb, des tribus mondialisées », Méditerranée, no 116,‎ , p. 25-34 (lire en ligne).
  35. « Le Président Aziz ne fera pas de 3e mandat, mais ne laissera pas la Mauritanie à la portée des « vautours », Taqadoum,‎ (lire en ligne).
  36. a et b Ibrahima Dia, « Mauritanie: le président Mohamed Abdel Aziz et les deux tribus », sur www.financialafrik.com, (consulté le 9 septembre 2017)
  37. « Moktar Ould Daddah », sur www.bibliomonde.com (consulté le 8 septembre 2017).
  38. Pour le mode de vie à l'époque coloniale, voir le récit de Sophie Caratini, La Fille du chasseur, Éditions Thierry Marchaisse, 2011.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]