Université Paris-Diderot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Université Paris-Diderot
Logo-P7.svg
Universite-Paris-Rive-Gauche.JPG
Histoire
Fondation
Dissolution
31 décembre 2019
Statut
Type
Forme juridique
Établissement public national à caractère scientifique culturel et professionnel (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Président
Directeur
Membre de
Site web
Chiffres-clés
Étudiants
25 889 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Enseignants
1 400 (2010-2011)
Budget
244,5 millions d'euros (2016)[2]
Localisation
Pays
Campus
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

L'université Paris-Diderot[n 1] (Paris-VII)[3] était une université pluridisciplinaire située à Paris faisant partie des sept universités de l'académie de Paris. Elle avait été créée en 1971 à la suite de la scission de l'université de Paris.

L'université a été membre du PRES Sorbonne Paris Cité[4].

Elle fusionne avec l'université Paris-Descartes et l'Institut de physique du globe de Paris en 2019 pour constituer l'université Paris-Cité, à qui elle cède pleinement ses droits au .

Elle était spécialisée en sciences, en médecine, en sciences humaines et sociales, arts et langues.

Y ont enseigné deux prix Nobel et deux ministres de l'Éducation nationale.

Historique[modifier | modifier le code]

Création de l'université[modifier | modifier le code]

Avant les événements de mai 1968, il existait une seule université à Paris créée aux alentours de 1200, supprimée en 1793 et recréée en 1896. Elle était composée de six facultés. La loi Faure a imposé aux anciennes facultés de se diviser en UER avant de se recomposer en universités nouvelles. Lorsque Robert Mallet est nommé recteur de l'Académie de Paris en 1969, les anciennes facultés ne sont pas encore engagées dans la constitution d'universités pluridisciplinaires. Il essaie alors d'obtenir la création d'au moins une université de ce type[5].

À la rentrée 1968, la faculté de médecine est divisée en dix facultés[6]. Jean Bernard, alors directeur de l'institut de recherche sur les leucémies, et opposé à la séparation entre les sciences et la médecine, se rapproche du projet porté par Robert Mallet[7]. L'opposition au démantèlement est plus forte à la faculté des sciences dirigée par le doyen Marc Zamansky. Le recteur Mallet obtient cependant du ministre de l'éducation Olivier Guichard que le projet d'université pluridisciplinaire se réalise si au moins 10 % des enseignants de la faculté des sciences se prononcent favorablement au départ de certains de leurs membres pour la nouvelle université, et obtient après consultation 13 %. Le ministère appuie alors le départ de ces enseignants[5]. La faculté des lettres avait déjà été divisée entre les nouvelles universités de Paris I, III, IV et V. Un groupe d'enseignants, principalement anglicistes mais aussi géographes, ne se retrouve pas dans les projets pédagogiques de ces universités et se joignent eux aussi au projet[8].

L'université voit la signature de ses premiers statuts dès le [9], et est officiellement créée le [1]. L'université Paris-VII naît ainsi non seulement d'une simple scission administrative mais aussi d'une division politique et pédagogique au sein des chercheurs scientifiques issus des facultés de l'université de Paris. Dans le domaine de la santé, elle est alors constituée de deux unités d'enseignement et de recherche médicales, les centres hospitaliers et universitaires « Bichat-Beaujon » et « Lariboisière - Saint-Louis » auxquelles s'ajoutent une unité d'hématologie (l'institut de recherche sur les leucémies) et une unité de sciences humaines cliniques formées de psychanalystes[10]. En lettres et sciences humaines, quatre unités entières rejoignent l'université, l'unité d'anthropologie, ethnologie et sciences des religions, l'unité de didactique des disciplines scientifiques, l'institut d'anglais, et l'unité de langues et civilisations de l'Asie orientale; en outre une unité de sciences des textes et des documents est créée par des membres de l'unité de littérature et langue françaises ne souhaitant pas rejoindre l'université Paris IV, et un département de recherches linguistiques est créé[11]. Ces unités sont principalement implantées rue Charles V et à Censier. En sciences, trois unités sont divisées entre Paris VI et Paris VII, les unités d'algèbre et géométrie, de biochimie, et de biologie génétique, et trois unités sont créées par regroupement de membres de dix unités ayant rejoint Paris VI, une unité de biologie[12], une unité de physique[13] et une unité de chimie[14], auxquelles s'ajoute la création d'un département de géologie[15]. Ces unités sont restées sur le campus de Jussieu[16].

Débuts difficiles[modifier | modifier le code]

L'université doit faire face dès sa création à des problèmes de locaux concernant ses composantes scientifiques, qui doivent partager avec l'université Paris-VI le campus de Jussieu. L'UER de mathématiques, qui ne dispose que de trois salles de cours avant la création des secteurs 24-34-44 du campus, doit héberger l'administration de l'université[17].

Des problèmes matériels s'ajoutent à cela, l'administration insuffisamment dotée en personnel IATOS par le ministère devant recourir à du personnel recruté hors concours administratif, et sur les crédits de fonctionnement de l'université. Cette situation crée des tensions avec d'autres secteurs de l'université, comme le domaine médical, mieux doté en personnel mais qui voit ainsi ses budgets baisser[17].

L'établissement doit aussi faire face peu après sa création à un projet de déménagement en dehors de la région parisienne, et la ville de Nice est un temps évoquée[17].

L'université fut un pôle important du développement des recherches féministes et d'histoire des femmes. En 1973, la création du cours « Les femmes ont-elles une histoire ? » par Michelle Perrot, Pauline Schmitt-Pantel et Fabienne Bock apparaît ainsi comme pionnier ; de nombreux universitaires y intervinrent. À partir de 1976, le cours devient un séminaire mieux organisé, qui entraîne la rédaction de mémoires de maîtrise et de thèses à mesure que ces sujets gagnent en intérêt dans l'historiographie. En lien avec le Centre de recherches historiques de l'EHESS est organisé le colloque de Saint-Maximin de 1983 dont le thème est « Une histoire des femmes est-elle possible ? », alors que la publication semestrielle Pénélope, Cahiers pour l'histoire des femmes est créée (1979-1985)[18].

Développements à partir des années 1990[modifier | modifier le code]

À la suite d'une circulaire émanant de la direction de la programmation et du développement universitaire de , l'université commence une procédure pour accoler au nom officiel « université Paris-VII » un nom propre choisi par le conseil d'administration. Une première liste de noms est présentée par le conseil d'administration de l'université et par les directeurs d'UFR lors du CA du . Cette liste est ensuite soumise à un référendum auprès des membres du personnel, et un premier résultat est présenté lors du CA du . Les noms de « Jussieu », de « Denis Diderot », puis d'« Albert Einstein » arrivent en tête de cette consultation. Afin de ne pas faire primer l'une des disciplines de l'université sur une autre, le CA vote finalement pour l'appellation de « Denis Diderot ». Le nom est officiellement adopté par l'université à la suite des « journées Denis Diderot » organisées du 2 au [19].

L'université revoit son organisation interne, en passant ainsi aux compétences élargies au [20], et en ouvrant une école d'ingénieurs à la rentrée 2010.

Création du campus « Paris Rive Gauche »[modifier | modifier le code]

Les Moulins dans leur environnement urbain.
L'esplanade Pierre-Vidal-Naquet introduisant les Grands Moulins de Paris, siège principal de l'université.

Jusqu'en 2005, le campus de Jussieu compte près de 40 000 étudiants, soit le double de l'effectif prévu initialement, hébergeant simultanément trois établissements universitaires comportant locaux administratifs, laboratoires de recherche, amphithéâtres, salles de travaux dirigés et salles de travaux pratiques. Le manque de locaux devient alors un problème crucial d'autant que la durée problématique et imposante du désamiantage du « gril d'Albert » (dix ans minimum) impose la mobilisation d'une quantité considérable de locaux de substitution (appelés « locaux tampons ») : ces raisons expliquent l'échec du parachèvement du campus dans le cadre du plan « Université 2000 ». Après un relevé cadastral de ses locaux effectué en 1989, l'université n'a posé la question du déménagement du campus qu'au début des années 1990 : il s'est avéré que le coût final de location de locaux tampons aurait été aussi élevé que le coût de construction de locaux neufs.

En novembre 1995, Jean-Pierre Dedonder, alors président, présente le projet de déménagement aux autorités de tutelle. La dénomination Paris Rive Gauche (PRG) concerne non seulement le projet de déménagement mais aussi le site d'implantation définitif de la totalité des composantes (hors secteur santé). L'université, convaincue par le coût onéreux et long des travaux engendrés par de telles remises aux normes, poursuit alors sa politique de création de nouveaux bâtiments sur le nouveau campus, tout en permettant ainsi une meilleure clarification de la répartition des locaux avec sa consœur l'université Paris 6 et l'Institut de physique du globe. Le conseil d'administration de l'université, réuni le , se prononce unanimement en faveur du déménagement.

Le projet de déménagement commence à se concrétiser fin 1999 par six opérations dans le cadre du contrat de projets État-région : rénovation des Grands Moulins de Paris et de la Halle aux Farines et construction de quatre bâtiments. La deuxième phase de construction ayant été lancée en 2010, l'université dispose aujourd'hui dans le prolongement du site PRG de 155 000 m2 de locaux neufs ou réhabilités, dont la livraison finale par le groupement Unicité (groupe Vinci) est attendue pour 2012 dans le cadre d'un partenariat public-privé : les bâtiments, loués pendant 27 ans pour un loyer annuel d'un montant inférieur à dix millions d'euros hors-taxes (dont 15 % assureront le financement des coûts de maintenance et d'exploitation) deviendront ensuite propriété de l'université. La première pierre des premiers bâtiments a été posée le [21] par François Fillon, alors Ministre de l'Éducation nationale[22], et celle des quatre derniers le par Valérie Pécresse, alors Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche[23].

Alliance[modifier | modifier le code]

L'établissement se rapproche d'autres universités parisiennes à partir du milieu des années 2000 dans le cadre de la mise en place de pôles de recherche et d'enseignement supérieur (PRES) et du plan campus. Un premier rapprochement est opéré en avec la création de l'association Paris Centre Universités, qui regroupe alors l'université avec celles de Paris-I et Paris-V[24], alors que les autres universités parisiennes s'étaient unies autour du projet de Paris Universitas l'année précédente. Les projets portés par ces premières réunions d'établissements ne sont pas retenus lors de la première phase du plan campus d', et de nouveaux rapprochements se forment[25]. Paris 7 intègre par la suite le projet Sorbonne Paris Cité, qui rassemble aussi les universités de Paris-III, Paris 5 et Paris-XIII, ainsi que d'autres établissements d'enseignement supérieur comme SciencesPo[26], et le PRES est officiellement créé le [27].

Les universités Paris-III, Paris-V et Paris-VII décident en 2017 d'une fusion initialement prévue pour le [28]. Ainsi créée, l'Université Paris-Cité n'inclut finalement pas Paris-III, et la fusion complète des universités Paris-V, Paris-VII et l'IPGP est reportée au [29].

Présidence[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

Composantes[modifier | modifier le code]

Entrée principale du bâtiment Condorcet.

Les formations en sciences dures étaient composées des deux départements de formation de licence « sciences de la nature et de la vie » et « sciences exactes », de l'école d'ingénieurs Denis-Diderot, de l'IUT Paris-Jussieu, de l'institut de recherche sur l'enseignement des mathématiques, ainsi que des cinq UFR de chimie, d'informatique, de mathématiques, de physique et de biologie[30].

Les formations en lettres et sciences humaines étaient organisées par un département de formation de licence, l'institut de la pensée contemporaine et huit UFR d'études[30].

Les formations en santé étaient structurées autour de l'institut universitaire d'hématologie, ainsi que de deux UFR de santé (odontologie et médecine)[30].

Écoles doctorales[modifier | modifier le code]

L'université disposait de neuf écoles doctorales. Elle était en partenariat avec quatorze autres écoles doctorales, rattachées à des universités de la région[31]. Les écoles é taientréparties entre un secteur dédié aux lettres, langues et sciences humaines[32] et un autre dédié aux sciences et à la santé[32].

Bibliothèques[modifier | modifier le code]

Les Grands Moulins de Paris, où est situé la bibliothèque centrale.

La bibliothèque centrale est au Campus des Grands Moulins. Elle fait 8 000 m2 et disposait en 2011 180 000 documents.

Deux bibliothèques (Bichat et Villemin) étaient dédiées à la médecine[33].

Implantation[modifier | modifier le code]

Carte d'implantation du campus des Grands Moulins.

L'université est principalement implantée dans le quartier Paris Rive Gauche[34], mais dispose aussi d'installations rue Charles-V (UFR études anglophones), dans l'Immeuble Montréal rue de Tolbiac (UFR GHSS et Sciences sociales), rue du Chevaleret (UFR Mathématiques et Informatiques) et rue de Paradis (UFR Sciences humaines cliniques).

En 2011 le campus rive gauche a accueilli quatre nouveaux bâtiments[35]. L'université est partenaire du Nouveau quartier latin (NQL 13).

L'établissement occupe également différents locaux dans le 13e arrondissement de Paris.

L'hôpital Bichat-Claude-Bernard est utilisé pour les formations de l'université.

L'hôpital Saint-Louis[36] et l'hôpital Bichat-Claude-Bernard[37] sont utilisés par les formations médicales. Les formations en odontologie sont rue Garancière dans le sixième arrondissement[38] et les formations en sciences humaines cliniques rue de Paradis[39]. Elles disposent de leurs propres bibliothèques[40],[41],[42].

Enseignement et recherche[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

À la rentrée 2015, l'université proposait 27 licences et un Diplôme d'ingénieur[43]. Elle dispensait des licences générales et professionnelles[44].

En 2011, selon le ministère de l'Enseignement supérieur, 93 % des diplômés en sciences sociales, dures et médecine occupaient un emploi dans les trente mois.

Échanges internationaux[modifier | modifier le code]

L'université avait 1 104 accords d'échange avec 293 institutions étrangères dans 53 pays dont 188 avec des universités européennes[45]. Elle était membre d'Erasmus[46].

En 2007 elle a accueilli le Premier Ministre de Corée du Sud[47].

Elle était membre de la Guilde des universités européennes de recherche[48].

Recherche[modifier | modifier le code]

Elle disposait de 102 laboratoires[49],[50],[51] dont 80 % en unité mixte d'autres organismes parmi lesquels le CNRS, l'INSERM, le CEA, l'INRIA et l'Institut Pasteur. Elle délivrait environ 500 thèses[52] et 80 HDR par an[53],[54].

Elle a créé le prix « Diderot Innovation »[55] en partenariat avec le CNRS, relancé en [56].

Classement[modifier | modifier le code]

En 2012 elle était entre la 101e et la 150e place (45e en mathématiques) et entre la 4e et la 7e place en France dans le classement de Shangai[57]. La même année, elle était 234e dans le QS World University Rankings[58], 166e dans le Times Higher Education World University Rankings[59] et 786e dans le Ranking Web of World Universities[60].

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Sociologie[modifier | modifier le code]

En 2009, l'université comptait 24 737 étudiants[61] dont 1,5 % en droit et économie, 42 % en lettres, 26 % en sciences et 29,5 % en médecine[62].

3 482 étudiants étaient boursiers soit plus que la moyenne nationale[62].

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Elle proposait différents sports[63] ainsi qu'une formation au brevet de surveillant de baignade et au brevet national de sécurité et de sauvetage aquatique.

Monde associatif[modifier | modifier le code]

Elle proposait un financement sur un fonds de solidarité et de développement des initiatives étudiantes pour des projets associatifs qui s'élèvait à 231 000 euros en 2007[64],[65].

Elle comptait plus de cinquantes associations[65].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de la population universitaire

2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007
24 744[66]24 183[67]24 347[68]24 810[69]25 597[70]25 769[71]24 684[72]22 973[73]
2008 2009 2010 2011 2012 2016 - -
24 158[74]24 737[75]26 394[76]24 901[77]-26 000--

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Le lauréat du prix Nobel de physique George Fitzgerald Smoot, enseignant de l'université.

Enseignants et anciens enseignants[modifier | modifier le code]

Dans le domaine scientifique, des personnalités comme le lauréat du prix Nobel de physique 2006[78] George Fitzgerald Smoot[79],[80],[81], ou le lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine 1980[82] Jean Dausset ont enseigné à l'université, de même que le membre de l'Académie des sciences Jean-Michel Savéant, l'astrophysicien découvreur des anneaux de Neptune André Brahic, le vice-président de l'Académie de médecine Patrice Tran Ba Huy, le recteur de l'Agence universitaire de la Francophonie Bernard Cerquiglini, ou encore le premier président du Comité consultatif national d'éthique Jean Bernard. Les départements Histoire et Sociologie ont compté nombre de chercheurs : Jean Duvignaud, Pierre Ansart, Michelle Perrot, Catherine Coquery-Vidrovitch, Gérard Namer, Claude Liauzu, etc.

Plusieurs personnalités politiques ont enseigné à l'université, comme les anciens ministre français de l'Éducation nationale Claude Allègre et Luc Ferry[83], l'eurodéputé français Jean-Luc Bennahmias, ou encore le ministre estonien Jaak Aaviksoo[84].

Étudiants[modifier | modifier le code]

Plusieurs étudiants de l'université se sont illustrés dans le domaine des arts, comme le lauréat du prix Médicis 1995 Pascal Bruckner, ou le réalisateur coréen Jeon Soo-il. Des journalistes comme le lauréat du prix Albert-Londres 1984 Jean-Michel Caradec'h, la chercheuse en biologie Alice Meunier, des philosophes comme Gilles Dowek (grand Prix de philosophie 2007), l'eurodéputée allemande Evelyne Gebhardt, la biomathématicienne Dominique Costagliola, la géophysicienne Mioara Mandea, l'astronome et astrophysicienne Fabienne Casoli, l'avocate Aïcha Kadhafi et la ministre Cécile Duflot ont étudié à l'université[85].

Docteurs honoris causa[modifier | modifier le code]

Lors de la cérémonie de remise des titres de docteur honoris causa le en Sorbonne, Benoît Eurin, alors président de l'université, décerne, en présence de l'historien du droit français Maurice Quénet, la distinction à neuf personnalités[86] : Aravind Joshi, Stephen K. Krane, Goverdhan Mehta, Edward Said, Reinhart Koselleck Henry P. McKean, Salman Rushdie, Livio Scarsi et Tatsuo Suda. Vincent Berger, président de l'université en 2011, décerne la distinction à Lee Myung-bak, président de la Corée du Sud[87] le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Nom d'usage dont s'est doté l'établissement par délibération de son conseil d'administration. Le précédent nom d'usage adopté en 1994 était « université Denis-Diderot ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Décret du 23 décembre 1970 portant érection d'universités et instituts nationaux polytechniques en établissements publics à caractère scientifique et culturel
  2. Répartition des moyens 2016 aux opérateurs de l'Enseignement supérieur du programme 150 - DGESIP, 17 décembre 2015 [PDF]
  3. Article D711-1 du code de l'éducation
  4. Présentation Sorbonne Paris Cité : Université Paris Diderot - Université Sorbonne Paris Cité.
  5. a et b Robert Mallet, Recteur de l'Académie de Paris de 1969 à 1980 - 7 à dire, journal de l'université Paris 7, mai 1990, pp. 5-8 et 23-24, site officiel
  6. Décret no 68-1041 du 27 novembre 1968 portant création dans l'académie de Paris de dix facultés de médecine
  7. Jean Bernard, professeur d'hématologie clinique de l'université Paris 7 de 1970 à 1980, membre de l'Académie française - 7 à dire, journal de l'université Paris 7, mai 1990, site officiel
  8. Antoine Culioli, professeur de linguistique à l'université Paris 7 de 1971 à 1992 - 7 à dire, journal de l'université Paris 7, mai 1990, pp. 9-11, site officiel
  9. Statuts de l'Université Paris VII approuvés par arrêté ministériel en date du 14 décembre 1970 - Site officiel [PDF]
  10. Arrêté du 21 mars 1970 et arrêté du 18 novembre 1970.
  11. idem
  12. À partir de membres des unités de physiologie végétale et botanique, de physiologie animale, et de biologie, zoologie.
  13. À partir de membres des unités d'application de la physique, d'optique et physique moléculaire, de physique des solides,et de physique théorique.
  14. À partir de membres des unités de chimie physique, de chimie organique, et de chimie inorganique
  15. id.
  16. Michel Alliot, premier président de l'université Paris 7 - 7 à dire, journal de l'université Paris 7, mai 1990, pp. 9-11, site officiel
  17. a b et c François Bruhat, professeur de mathématiques à l'université Paris 7 de 1970 à 1989 - 7 à dire, journal de l'université Paris 7, mai 1990, pp. 15-18, site officiel
  18. Michelle Perrot, « Les premières expériences », Les cahiers du CEDREF n°10, 2001, consulté le 15 avril 2020.
  19. Le document du mois, juillet 2006 : 1994, Paris 7 choisit le nom de Denis Diderot. - Site officiel
  20. « Universités: ce qui change au 1er janvier - Cordélia Bonal, Libération, 30 décembre 2008
  21. Intervention du ministre lors de la pose de la première pierre de l'université Denis Diderot - Paris 7 - Discours de François Fillon du 30 septembre 2004, Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche
  22. Fillon invite les facs à passer à la vitesse supérieure - Emmanuel Davidenkoff, Libération, 1er octobre 2004
  23. Pose de la première pierre des 4 derniers bâtiments du grand campus de la Zac Rive Gauche - Université Paris Diderot-Paris 7 - Communiqué de presse du 21 janvier 2011, Valérie Pécresse, Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche
  24. Paris Centre Universités - Journal de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, juin 2006, p. 5 [PDF]
  25. Universités parisiennes : l'Opération campus vaut bien quelques rapprochements - L'Étudiant/EducPro, 19 juin 2008
  26. Mariages arrangés pour les facs parisiennes - Véronique Soulé, Libération, 17 mars 2010
  27. Décret n° 2010-143 du 10 février 2010 portant création de l'établissement public de coopération scientifique « Université Paris Cité »
  28. Camille Stromboni, « Le projet de fusion de trois universités parisiennes est lancé », Le Monde,‎
  29. Université Paris-Cité, « Approbation des statuts de l’Université de Paris » (consulté le )
  30. a b et c Les composantes - Université Paris Diderot, consulté le 27 février 2011
  31. Les études doctorales - Université Paris Diderot, consulté le 27 février 2011
  32. a et b 23 Ecoles doctorales - Université Paris Diderot, consulté le 27 février 2011
  33. Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur février 2009, p. 16
  34. « Implantation de l'Université »
  35. « Contrat de partenariat pour la mise en œuvre de la deuxième phase de construction de l'université »
  36. Implantation de l'Université, Saint-Louis - Université Paris Diderot, consulté le 8 mai 2011
  37. Implantation de l'Université, Bichat - Site officiel
  38. Implantation de l'Université, Garancière - Site officiel
  39. Implantation de l'Université, Paradis - Site officiel
  40. Bibliothèque Villemin - Site officiel
  41. Bibliothèque médicale Bichat - Site officiel
  42. Bibliothèque de l'UFR d'odontologie Garancière - Site officiel
  43. Les formations à Paris Diderot - Site officiel
  44. Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur janvier 2011, p. 23
  45. Accords d'échange, www.univ-paris-diderot.fr, consulté le 27 mai 2011
  46. Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur février 2009, p. 51
  47. Inauguration des premiers bâtiments du nouveau campus Paris Rive Gauche
  48. (en) « Members of The Guild », sur the-guild.eu
  49. laboratoires de lettres, langues, sciences humaines et sociales à Paris-Diderot, université Paris-Diderot, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 8 mai 2011
  50. Laboratoires de Sciences à Paris-Diderot, université Paris-Diderot, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 8 mai 2011
  51. Laboratoires de Médecine à Paris-Diderot, université Paris-Diderot, consulté sur www.univ-paris-diderot.fr le 8 mai 2011
  52. Soutenances de thèses à Paris-Diderot
  53. Chiffres de la recherche à Paris-Diderot
  54. Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur février 2009, p. 8
  55. Prix Diderot Innovation - Communiqué de presse, site officiel, 22 décembre 2006 [PDF]
  56. Prix Diderot Innovation 2016 : découvrez les lauréat.e.s - Site officiel, 17 février 2016
  57. (en) « Academic Ranking of World Universities - University of Paris Diderot (Paris 7) », sur le site de l'Academic Ranking of World Universities (consulté le )
  58. (en) « Université Paris Diderot - Paris 7 », sur le site QS Top Universities (consulté le )
  59. (en) « The World University Rankings 2012-2013 », sur le site du Times Higher Education (consulté le )
  60. (en) « Details of Université Denis Diderot Paris VII », sur le site du Ranking Web of World Universities (consulté le )
  61. Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur janvier 2011, p. 41
  62. a et b Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur février 2009, p. 5
  63. Activités et formation sportives proposées aux étudiants et personnels de l'Université - Site officiel
  64. Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur février 2009, p. 23
  65. a et b Guide des associations étudiantes 2010-2011 - Site officiel [PDF]
  66. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2001, Imprimerie nationale, p. 161, (ISBN 2-11-092136-6) [PDF]
  67. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2002, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-092152-8) [PDF]
  68. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2003, Imprimerie nationale, p. 155, (ISBN 2-11-093455-7) [PDF]
  69. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2004, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-094345-9) [PDF]
  70. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2005, Imprimerie nationale, p. 175, (ISBN 2-11-095390 X) [PDF]
  71. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2006, Imprimerie nationale, p. 179 [PDF]
  72. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2007, Imprimerie nationale, p. 181 [PDF]
  73. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2008, Imprimerie nationale, p. 173 [PDF]
  74. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l'Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9) [PDF]
  75. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2010, Imprimerie moderne de l'Est, p. 173, (ISBN 978-2-11-097819-6) [PDF]
  76. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2011, Imprimerie moderne de l'Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097810-3) [PDF]
  77. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2012, Imprimerie moderne de l'Est, p. 177, (ISBN 978-2-11-099368-7) [PDF]
  78. Lauréats du prix Nobel de physique 2006
  79. Le prix Nobel américain George Smoot travaille désormais pour Paris Diderot - Actualités de l'Université Paris Diderot, 2 février 2010 [PDF]
  80. Le Nobel Georges Smoot embauché à Paris-7 - Sylvestre Huet, {sciences²}, 2 février 2010
  81. Les leçons du recrutement d'un Prix Nobel américain à Paris-Diderot, par Vincent Berger - Le Monde, 15 février 2010
  82. (en) The Nobel Prize in Physiology or Medicine 1980 - Site officiel du prix Nobel
  83. Avec la loi sur l'autonomie, Luc Ferry ne peut plus sécher ses cours - Philippe Jacqué, Le Monde, 7 juin 2011
  84. (en) Jaak Aaviksoo, Minister of Defence, The governement of the republic os Estonia, consulté sur www.valitsus.ee le 4 février 2010
  85. Les 20 ans de Cécile Duflot : « Mes études n'ont fait que renforcer mes convictions » - Isabelle Maradan, L'Étudiant, 19 octobre 2010
  86. Cérémonie de remise des titres de docteur honoris causa le jeudi 3 avril 2003 en Sorbonne - Site officiel, avril 2003
  87. Remise du titre de Docteur Honoris Causa - Site officiel, 18 mai 2011

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]