Le Mythe du vingtième siècle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le nazisme
Cet article est une ébauche concernant le nazisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le Mythe du vingtième siècle
Image illustrative de l'article Le Mythe du vingtième siècle
Edition de 1939

Auteur Alfred Rosenberg
Pays Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Genre Essai
Version originale
Langue allemand
Titre Der Mythus des 20. Jahrhunderts

Le Mythe du vingtième siècle (traduction de l'allemand Der Mythus des zwanzigsten Jahrhunderts) est un essai publié en 1930 par Alfred Rosenberg, l'un des principaux idéologues du parti nazi, et l'éditeur de la revue nazie Völkischer Beobachter. Le Mythe du vingtième siècle figure au premier rang des ouvrages qui « constituent avec Mein Kampf les assises idéologiques du national socialisme[1]

Historique[modifier | modifier le code]

Le Mythe du vingtième siècle (qui fait près de 600 pages) est publié pour la première fois en 1930. L'ouvrage est analysé en 1938 par Pierre Grosclaude[2] et traduit intégralement en français pour la première fois en 1986 par les Éditions Avalon. Une deuxième édition est publiée en 1999 par les Éditions Déterna.

Accueil[modifier | modifier le code]

Dès sa publication, l'ouvrage de Rosenberg est contesté.

Hitler, qui, six mois après en avoir reçu le manuscrit, ne l'a toujours pas lu, émet de sévères réserves sur cet ouvrage, qu'il juge difficile à appréhender[3]. Sachant le peu de crédit du texte auprès de Hitler, Goebbels ne se prive pas de moquer l'ouvrage, le qualifiant de « rot idéologique », et raillant son auteur, l'affublant du titre de Reichsphilosphe[N 1],[4].

De plus, il a été publié à titre privé par son auteur, les thèses qui y sont développées allant globalement à l'encontre du programme officiel du NSDAP[3].

Par ailleurs, le livre est mis à l'Index librorum prohibitorum en février 1934. L'auteur dénonce une « Église juive » en y opposant une « Église aryenne », par un procédé intellectuel qui fut plus tard rapproché[Qui ?] du courant sectaire fondé vingt siècles plus tôt par l'hérésiarque Marcion de Sinope. En réplique à la mise à l'index de son livre par le Vatican, Rosenberg écrit « Aux obscurantistes de notre temps. Une réponse aux attaques contre Le Mythe du XXe siècle. » qui est, à son tour, mis à l'Index.

Ces positions empêchent Rosenberg d'accéder à des postes importants à l'accession des Nazis au pouvoir en 1933[5]. Néanmoins il sera nommé ministre des territoires occupés à l'Est le 16 juillet 1941.

Diffusion[modifier | modifier le code]

Si, avec le soutien des Nazis, le livre se vend à plus d'un million d'exemplaires en 1944, de nombreux dirigeants nazis avaient déjà pris leur distance vis-à-vis des thèses de Rosenberg. Adolf Hitler n'aurait jamais lu le livre[6].

Cependant, en dépit des nombreuses critiques dont l'ouvrage est l'objet, c'est néanmoins un succès d'édition, contribuant à la diffusion des thèses raciales nazies parmi les lycéens et les étudiants, les instituts de recherche étant tenus de disposer de l'ouvrage[7].

Description[modifier | modifier le code]

La contribution du livre du « mythe » à la propagande idéologique nazie a été soulignée comme suit dans le numéro de novembre 1942 de la revue littéraire national-socialiste, Bucher Kunde[8] : « Au côté du livre du Führer, il a contribué dans une mesure unique à l’élévation et le développement spirituel et physique de ce peuple. Douze ans après la première publication du « Mythe », un million d'exemplaires du livre sont publiés et diffusés ».

Selon Viereck, « le mythe est celui du sang, qui sous le signe du svastika va déchaîner la révolution raciale à l'échelle du monde. C'est le réveil de l'âme de la race qui, après un long sommeil va prendre le dessus sur le chaos des races[9] ».

Thèses défendues par l'auteur[modifier | modifier le code]

L'interprétation raciale de l'Histoire selon Rosenberg est centrée sur l'influence supposée négative de la « race juive », en opposition avec la « race aryenne ».

Les races selon Rosenberg[modifier | modifier le code]

Comme dans l'ensemble de ses ouvrages, il défend des thèses proches de celles de Houston Stewart Chamberlain, défendant la thèse que la race nordique recouvre avant tout une conception du monde[10].

L'existence d'un danger oriental[modifier | modifier le code]

Selon Alfred Rosenberg, son auteur, le principal danger menaçant la race aryenne est constitué par la race, incarné par différentes figures au fil des siècles.

Ainsi, durant la période royale de l'histoire romaine, les Étrusques jouent ce rôle, Rosenberg les accusant de tous les maux, ceux-ci ayant été analysés par ce dernier comme l'antithèse de la Germanité[10], proposant une étude raciale de la société étrusque, évoquant le « collectivisme sexuel » qui en aurait la norme[N 2],[11]. toujours selon lui, les Étrusques seraient une population d'origine orientale, proche par bien des aspects des Juifs : une religion initiatique, un appétit sexuel débridé, des coupables de meurtres rituels[12].

Contre le christianisme "enjuivé[13]"[modifier | modifier le code]

Alfred Rosenberg défend le christianisme positif contre le catholicisme et le protestantisme :

  • Jésus est de race nordique :
Les Amorites fondèrent Jérusalem ; et composèrent la couche nordique de la future Galilée, c’est-à-dire le « cercle des païens » d’où devait surgir Jésus.[14]
Ses doctrines (de Paul) constituent jusqu’à aujourd’hui, malgré toutes les tentatives de sauvetage, la base spirituelle juive, pour ainsi dire le côté talmudique oriental de l’église romaine, mais aussi de l’église luthérienne.[15]
  • La lutte permanente des christianismes positif et négatif :
En 150, le Grec Marcion défend l’idée nordique d’un ordre du monde reposant sur une tension organique et des hiérarchies, en opposition avec la représentation sémite d’une puissance divine arbitraire et de son despotisme sans limites. Pour cette raison, il rejette aussi le « livre de la loi » d’une telle divinité, c’est-à-dire l’ancien testament hébreu.[16]
Les christianismes négatif et positif sont depuis toujours en lutte et se combattent aujourd’hui avec encore plus d’acharnement qu’autrefois. Le côté négatif se réclame de la tradition syro-étrusque, de dogmes abstraits et des rites consacrés, le positif réveille de nouveau les forces du sang nordique, consciemment et naïvement, comme autrefois les premiers Germains, quand ils envahirent l’Italie et offrirent leur vie pour fertiliser la terre inculte.[17]
  • Pour un christianisme germanique :
Nous comprenons aujourd’hui que les valeurs suprêmes des églises catholique et protestante, en tant que christianisme négatif, ne conviennent pas à notre âme, qu’elles barrent la route aux forces organiques des peuples de race nordique, qu’elles ont à leur faire place et doivent se réformer dans le sens d’un christianisme germanique.[18]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. le titre de "Philosophe du Reich" permet à Goebbels de présenter son rival sous un jour ridicule.
  2. Rosenberg propose d'ailleurs une lecture des vestiges étrusques comme autant d'éléments à l'appui de sa thèse

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Grosclaude, Alfred Rosenberg et le mythe du XXe siècle, Ed. Sorlot, p.7
  2. op. cité
  3. a et b Les Étrusques dans l'idéologie national-socialiste, p. 20
  4. Les Étrusques dans l'idéologie national-socialiste, p. 21
  5. Robert Cecil, The Myth of the Master Race: Alfred Rosenberg and Nazi Ideology p.105, ISBN 0-396-06577-5
  6. Lukacs, 1998, p. xix.
  7. Les Étrusques dans l'idéologie national-socialiste, p. 22
  8. cité dans Jewish virtual library.
  9. The myth of blood, which under the sign of the swastika unchains the racial world-revolution. It is the awakening of the race soul, which after long sleep victoriously ends the race chaos, in : Peter Viereck, Metapolitics: From Wagner and the German Romantics to Hitler. Transaction Publishers, 203, p.229, ISBN 0-7658-0510-3.
  10. a et b Les Étrusques dans l'idéologie national-socialiste, p. 3
  11. Les Étrusques dans l'idéologie national-socialiste, p. 4
  12. Les Étrusques dans l'idéologie national-socialiste, p. 6
  13. Le Mythe du vingtième siècle, p. 71.
  14. ibidem p. 19.
  15. ibidem p.70.
  16. ibidem p.71.
  17. ibidem p.34.
  18. ibidem p.190.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Ball, Terence & Bellamy, Richard (2003). The Cambridge History of Twentieth-Century Political Thought. Cambridge: Cambridge University Press. (ISBN 0-521-56354-2)
  • Johann Chapoutot, Le nazisme et l'Antiquité, Paris, Presses universitaires de France, , 643 p. (ISBN 978-2-13-060899-8) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (fr)Pierre Grosclaude, Alfred Rosenberg et le mythe du XXe siècle, Ed. Sorlot, 1938.
  • Marie-Laurence Haack, « Les Étrusques dans l’idéologie national-socialiste. À propos du Mythe du xxe siècle d’Alfred Rosenberg. », Revue Historique, no 673,‎ , p. 149-170 (DOI 10.3917/rhis.151.0149, [www.cairn.info/revue-historique-2015-1-page-149.htm lire en ligne]) (inscription nécessaire) – via Cairn.info Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Lukacs, John (1998). Introduction to 'Mein Kampf' by Adolf Hitler. Houghton Mifflin Books. (ISBN 0-395-92503-7)
  • (en) McIver, Tom (1992). Anti-Evolution: A Reader's Guide to Writings Before and After Darwin. Baltimore, MD: Johns Hopkins University Press. (ISBN 0-8018-4520-3)
  • (en) Snyder, Louis L. (1998). Encyclopedia of the Third Reich Crown Quarto. Wordsworth Éditions. (ISBN 1-85326-684-1)
  • (en) Viereck, Peter (2003). Metapolitics: From Wagner and the German Romantics to Hitler. Transaction Publishers. (ISBN 0-7658-0510-3)
  • (en) Yahil, Leni (1991). The Holocaust: The Fate of the European Jewry, 1932-1945. New York, NY: Oxford University Press. (ISBN 0-19-504523-8)

Liens externes[modifier | modifier le code]