Salem Chaker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Salem Chaker
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Lieu de travail
Activité
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chaker.
Ne doit pas être confondu avec Slim Chaker.

Salem Chaker (né en 1950 à Nevers[1]), est un universitaire algérien, docteur en lettres, spécialiste de linguistique berbère, professeur de langue berbère à l’Université d’Aix-Marseille.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir exercé une dizaine d'années à l'Université d'Alger (1973-1981) et à Aix-en-Provence (CNRS et Université de Provence : 1981-1989), il devient professeur de langue berbère à l'Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) de Paris jusqu'en 2008. Il succède notamment à André Basset et Lionel Galand. Il crée en 1990 le Centre de recherche berbère « André Basset » (INALCO) qu'il dirige jusqu'en 2009[1]. Il rejoint en 2008 l'Institut de Recherches sur les Mondes Arabes et Musulmans d'Aix-en-Provence[2]. Il est l'auteur de nombreux ouvrages et de nombreuses études de linguistique et sociolinguistique berbères. Depuis 2002, à la suite du décès de Gabriel Camps, il dirige l'Encyclopédie berbère.

Titres universitaires[modifier | modifier le code]

  • 1973, Université Paris V : Doctorat de 3e cycle en Linguistique générale
  • 1978, Université Paris V : Doctorat d'État ès Lettres et Sciences humaines

Ouvrages principaux[modifier | modifier le code]

  • Berbères aujourd'hui, L'Harmattan, Paris, 1989
  • Manuel de linguistique berbère I, Bouchène, Alger, 1991
  • Linguistique berbère. Études de syntaxe et de diachronie, Peeters, Paris, 1995
  • Hommes et femmes de Kabylie, Edisud, Aix-en-Provence, 2000

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Salem Chaker », sur Encyclopédie berbère, (consulté le 16 mars 2015)
  2. « Page personnelle », sur le site de l'IREMAN (consulté le 16 mars 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]