Libou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un ancien Libyen (berbère) représenté sur la tombe du pharaon Séthi Ier.

Les Libou (en ancien égyptien : Rbw)  dit « Lebu » sont une tribu libyque, comme les Mâchaouach (Mšwš). Ils ont donné leur nom à la Libye (Libuè en grec), terme qui désigna d'abord toute l'Afrique avant de correspondre au pays actuel. Les Libou ont joués un rôle important dans l'Égypte antique.

Présents avec les Mâchaouachs parmi les assaillants de Mérenptah, une partie d'entre eux s'introduit dans le delta occidental du Nil à la faveur du morcellement sous les XXIIe et XXIIIe dynasties. Tefnakht, chef des Libou et prince de Saïs se proclame pharaon vers -724 et fonde ainsi la XXIVe dynastie. Son fils Bocchoris lui succède. Ces rois (et donc les Libou) sont probablement les ancêtres de la XXVIe dynastie dite « Saïte »[1].

Les Libou avaient la peau très claire. Ils étaient définis tantôt par leur peau claire, tantôt par l’emploi de dialectes berbères, depuis l’Antiquité jusqu’aux philologues et historiens contemporains.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Libous apparaissent pour la première fois au milieu de la XIXe dynastie comme peuple voisin et ennemi de l’Égypte  : une stèle de la région d’El-Alamein, ainsi qu’un hymne au roi évoquent la soumission d’au moins une partie du « pays des Rbw » par Ramsès II  ; une mention des Rbw dans la liste des peuples étrangers sur le deuxième pylône du temple de Ramsès II à Abydos est incertaine.

Le successeur de ce dernier, Mérenptah, se trouve, dans la quatrième année de son règne, face à une armée d’invasion des Rbw qu’il mate dans une bataille au sud de Memphis. Un an après, des Libous alliés à des Mâchaouach et des Qhq ainsi qu’à divers « peuples de la mer » envahissent à nouveau la vallée du Nil, guidés par Mrjj, un prince des Libous. Une fois de plus, près de Pr-jr, dans le delta occidental, les Égyptiens remportent la bataille ; parmi le butin figurent, outre une grande quantité de bétail et de matériel, plusieurs femmes du prince des Libous vaincus.

Des représentations du temple funéraire de Ramsès III à Médinet Habou mentionnent des luttes ultérieures contre les voisins occidentaux au début de la XXe dynastie. Dans la cinquième année du règne du roi, l’attaque d’une force composée de Libous, Meshwesh et Spd est repoussé ; probablement une variante des mêmes événements donné du temps de Ramsès IV, pour d’autres mentions des Rbw sous Ramsès III. Des Rbw étaient présents dans les colonies de mercenaires libyens, établies, entre autres, par Ramsès III, et sans doute aussi dans la migration plus ou moins paisible qui allait suivre la période des grandes confrontations. Le nom est attesté deux fois pendant le règne de Ramsès IX : dans l’onomasticon de Jmn-m-jpt, ainsi que dans le journal de la nécropole de Thèbes. Dans ce dernier texte, on lit que : « les ouvriers de la nécropole débrayèrent en contestation car leurs rations de grain étaient en retard, alors qu’il n’y avait pas de Rbw déstabilisant la région » – renseignement intéressant sur le rôle que les Rbw jouaient au moins autour de Thèbes à cette époque, bien que nous ne savons pas « s’il s’agissait de Rbw autochtones à la recherche de sol et de butin ou bien de mercenaires libyens de l’armée égyptienne en maraude ».

La fondation de la XXe dynastie par un Mšwš, Sheshonq Ier, vers le milieu du Xe siècle est significative de l’influence que les voisins occidentaux avaient acquis depuis le temps des grandes invasions. À partir de là, des « princes des Rbw » contrôlent des territoires dans le delta, à l’ouest de la branche centrale du Nil avec comme titre « Grand prince des Rbw »[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Clayton 1995, p. 189.
  2. K. Zimmermann, « Lebou/Libou », Aix-en-Provence, Edisud, (lire en ligne), chap. 28-29 (« Encyclopédie berbère »), p. 4361-4363

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]