Unités de mesure romaines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mesures de longueur[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Les noms des plus petites mesures de longueur de l'antiquité romaine correspondent à des parties du corps humain. Beaucoup d'entre elles ont un équivalent grec, par exemple le degré (gradus), correspond au pas simple des grecs, et le pas (passus) correspond au pas double des grecs[1] (le gradus est surtout utilisé en trigonométrie et géodésie[2]).

L'unité de référence est le pied (pes)[3], dont un étalon était conservé dans le temple de Junon Moneta, d'où l'appellation parfois de pes monetalis[1]. Ce pied romain vaut environ 29,5 cm[1] (la valeur exacte varie suivant les historiens[4]), il est possible que sa valeur ait légèrement diminué au cours du temps[5]. Le pied romain se divise en 16 doigts, doigt (digitus) qui est la plus petite unité[3].

Le système traditionnel de mesures de longueur romaine est décrit dans le tableau suivant. On y trouve des relations liées à la fois à la base 2, à la base 12 et à la base 10[1].

Mesures de longueur et équivalences en système métrique[6]
Unité romaine Traduction usuelle Relations Équivalence
digitus doigt 1/16 pied ~1,8 cm
sesquidigitus doigt 1,5 doigt ~2,8 cm
palmus paume[7], palme 4 doigts ~7,4 cm
palmipes palmipes 1,25 pied (1 pied et 1 palme) ~36,8 cm
semipes puis aussi semis (fin du Ier siècle) demi-pied 0,5 pied ~14,7 cm
pes pied (4 palmes) ~29,44 cm
cubitus coudée 1,5 pied ~44,46 cm
gradus grade[7], degré (correspond à une enjambée) 2,5 pieds ~73,6 cm
ulna aune[7], brasse 4 pieds ~1,178 m
passus pas (correspond à deux enjambées) 5 pieds ~1,472 m
decempeda (pertica) perche 10 pieds ~2,944 m
actus actus[8], acte 12 perches ~35,328 m
stadium stade 125 pas ~184 m
miliarium (ou milliarium)[7], milia mille 1 000 pas ~1,472 km

La précision des équivalents dans le système métrique du tableau ci-dessus ne doit pas faire illusion : on trouve d'autres valeurs (voisines) suivant les auteurs, par exemple pour le mille 1,479 km[9], 1,480 km[10], 1,4815 km[11], …

La perche est généralement de dix pieds, mais, selon le recueil des Gromatici veteres (utilisateurs de la groma), les arpenteurs utilisent deux types de perche, la decempeda (littéralement « dix pieds »), perche de 10 pieds de 16 doigts, et la pertica perche de douze pieds de 18 doigts[1].

Autour du Ier siècle, les romains introduisent une division du pied calquée sur leur système monétaire dont le vocabulaire est repris, qui coexiste avec le système traditionnel. Le pied est pris comme équivalent de l'as, et se voit divisé comme celui-ci en 12 onces (uncia, ~2,5 cm), ce qui permet d'introduire des unités de mesures que l'on n'obtient pas par le système précédent, comme le tiers (triens, 4 onces, 1/3 de pied)[2]. Chacun des onze multiples de l'once inférieur au pied porte un nom, comme le dodrans de 9 onces (3/4 pied, environ 22 cm) souvent traduit par empan.

L'once est parfois assimilée au doigt, ce qui produit des confusions, avec d'une part un pied de 16 doigts d'autre part un pied de 12 doigts, confusions qui perdurent au Moyen Âge[2]. Dans son Histoire naturelle, Pline l'Ancien utilise une unité d'un quart de doigt, la sicilique (sicilicus), mais avec un doigt en fait d'une once (douzième de pied)[2]..

Pour des mesures plus petites que le doigt, les Romains parlent d’un demi-doigt, d’un tiers de doigt, d’un quart de doigt, etc.[réf. souhaitée]

D'autres mesures d'origine autochtone sont utilisées dans les provinces de l'empire comme La lieue (leuga ou leuca) en Gaule et en Germanie (voir #La lieue gauloise).

La lieue gauloise[modifier | modifier le code]

La lieue (leuga ou leuca) est une unité de mesure utilisée en Gaule et en Germanie : on la retrouve sur les bornes des voies romaines de ces régions de l'Empire, l'inscription y est en toutes lettres ou souvent abrégée LEVG ou L[12]. La carte de Peutinger porte des indications de distances en lieues à partir de Lyon[12].

La lieue apparaît également dans des écrits de Ammien Marcellin à la fin du IVe siècle, et de Jordanès à la fin du VIe siècle, où ces auteurs lui donnent la valeur de 1,5 mille ou 1 500 pas, soit autour de 2 222 mètres (pour un mille pris de 1 481,5 mètres)[12]. Aussi au XIXe siècle le consensus se fait-il chez les spécialistes pour cette valeur de la lieue gallo-romaine[13]. Des contestations apparaissent cependant dès le XVIIIe siècle, de la part souvent d'ingénieurs qui se fondent sur les relevés de terrains et les indications des bornes milliaires, et tendent vers une lieue gauloise d'au moins 2 400 mètres, mais longtemps leurs conclusions sont rejetées, ou leurs thèses restent marginales[14].

Cette thèse d'une « grande » lieue gauloise acquiert finalement toute sa légitimité avec la parution en 1999 d'un article de Jacques Dassié (spécialiste d'archéologie aérienne) dans la revue Gallia, sans toutefois faire l'unanimité chez les archéologues[15],[16],[17].

Selon Dassié, les peuples de la Gaule utilisent avant la conquête romaine une lieue, dont la valeur fluctue entre 2 400 mètres et 2 500 mètres, fluctuations qui peuvent s'expliquer par la diversité des peuples gaulois, il n'existait pas en Gaule de pouvoir centralisateur comme à Rome qui aurait pu standardiser cette valeur, mais aussi par les limitations techniques de l'époque[18]. Cette lieue survit à la conquête romaine[19], mais l'empire romain, ne réussissant pas à l'éliminer, introduit une lieue romanisée de 1,5 mille, soit environ 2 222 m, dont la valeur est relativement proche, mais qui s'intègre à leur propre système de mesures par son rapport simple avec le mille[20]. Mais la lieue romanisée n'aurait remplacé que partiellement la lieue gauloise, et les deux lieues ont pu coexister[20].

Pour les opposants à cette thèse[21], la gaule pré-romaine, ne connaissant pas d'autorité centrale, ne pouvait posséder une telle unité de mesure, et même s'il existe des variantes, il n'y a pas à identifier deux lieues distinctes[22].

Christian Goudineau envisage que le mille et demi ou les 1500 pas donnés pour la lieue par Ammien Marcellin et Jordanès n'indiquent qu'une méthode commode pour un calcul approximatif de la lieue, plutôt qu'une unité de mesure réellement utilisée[23].

Mesures de surface[modifier | modifier le code]

L'unité de surface de référence semble avoir été le jugère (Jugerum) de 240 sur 120 pieds, dont les multiples portent des noms spécifiques, mais dont les sous-multiples portent le même nom que l'unité de longueur. Dans ce dernier cas le "carré" n'est pas précisé : les Romains parlent par exemple d'une aire de cent pieds pour une aire de cent pieds carrés, dix pieds sur dix pieds[24].

Mesures de surface avec équivalences dans le système métrique
Unité romaine traduction usuelle Ratio Équivalence
Pes quadratus pied carré 1/14400 ~ 875 cm2
decempeda quadrata perche carrée 1 / 144 ~ 8,75 m2
Actus minimus acte minime 1/30 ~ 42 m2
Porca porca 1/6 ~ 210 m2
Clima clima 1/4 ~ 315 m2
Actus quadratus acte carré[25] ou arpent[26] 1 ~ 12,60 ares
Jugerum jugère 2 ~ 25,20 ares
Heredium Heredium 4 ~ 50,40 ares
Centuria centurie 400 ~ 50,4 ha
Saltus saltus 1600 ~ 201,6 ha

Mesures de masse[modifier | modifier le code]

Balance romaine : un plateau pend à un crochet et la mesure s'effectue en déplaçant un contrepoids le long d'un axe.
Balance romaine (stadera) avec plateau et poids de pesée en forme de tête.

Il n’y a pas de rapport entre les mesures de longueur et les masses. Mais la livre romaine vaut trois quarts exactement de la mine grecque ; ainsi les drachmes grecque et romaine entretiennent un rapport 32 à 25.

La masse de référence est la mine grecque. Selon les sources, elle égale 434 ±3 g et souvent située aux alentours de 436 g. De toute évidence, le volume d'eau d'une amphore doit avoir la masse de 60 mines. La pureté de l'eau est très importante (le soixantième d'une amphore remplie de l'eau de mer d'une salinité de 3,5 % aurait la masse de 446 g).

Mesures de masses avec équivalences dans le système métrique
Unité romaine Nom latin Drachmes Équivalence
Un chalcus Chalcus 1/48 ~ 70,3 mg
Une Silique Siliqua 1/18 ~ 0,19 g
Un obole Obolus 1/6 ~ 0,56 g
Une hemine Scrupulum 1/3 1,125 g
Une drachme Drachma 1 3,375 g
Un sicle Sicilicus 2 6,75 g
Une once Uncia 8 27 g
Une livre Libra 96 324 g
Une mine Mina 128 432 g

Tous les multiples de l’once romaine avaient leurs noms propres :

  • 1 once : uncia
  • 1 once et demie : sescuncia
  • 2 onces : sextans
  • 3 onces : quadrans
  • 4 onces : trians
  • 5 onces : quincunx
  • 6 onces : semis
  • 7 onces : septunx
  • 8 onces : bes
  • 9 onces : dodrans
  • 10 onces : dextans
  • 11 onces : deunx
  • 12 onces : as

Mesures de volume[modifier | modifier le code]

Liquides[modifier | modifier le code]

Haute amphore du type Dressel.
Une amphore vinaire du type Dressel 1B d'une contenance d'environ 26 litres.

Le setier (sextarius ; en français ancien : « sextier » ou parfois « septier ») est la sixième part du conge. Ce dernier est la huitième part de l’amphore quadrantal, c’est-à-dire du pied romain cube. L’amphore correspondait exactement à la capacité d’un pes cube.

Le setier romain, à base de 29,64 cm / pes, donnerait ~ 54,249 cl (+ 0,46 %).

Mesures de volume (liquides) avec équivalences dans le système métrique
Unité romaine Nom latin Setiers Pouces cubes Équivalence
Une cuillerée Mitigula 1/48 ¾ ~ 1,12 cl
Une coupette Cyathus 1/12 3 ~ 4,5 cl
Un sixième de setier Sextans 1/6 6 ~ 9 cl
Un tiers de setier Triens 1/3 12 ~ 18 cl
Une hémine Hemina 1/2 18 ~ 27 cl
Un double tiers de setier Cheonix 2/3 24 ~ 36 cl
Un setier Sextarius 1 36 ~ 54 cl
Un conge Congius 6 216 ~ 3,25 l[27]
Une urne Urna 24 864 ~ 13 l
Une amphore Amphora ou quadrantal 48 1728 ~ 26 l
Une outre Culleus 960 34560 ~ 520 l

Matières sèches (grains)[modifier | modifier le code]

Mosaïque romaine représentant un boisseau à grain, c.-à-d. un récipient de forme cylindrique.
Boisseau pour le grain et racloir pour égaliser, époque romaine impériale, mosaïque de la Place des Corporations.
Un muid, c.-à-d. un récipient de forme cylindrique.
Un muid (modius) du IVe siècle

Le boisseau romain est le pes cube. Le muid (lat. modius, c.-à-d. « la mesure ») est le tiers du boisseau romain. Le quadrantal est également la capacité d’un pied romain cube.

Le muid romain, à base de 29,64 cm / pes, donnerait ~ 8,680 l (+ 0,15 %)

Mesures de volume (matières sèches) avec équivalences dans le système métrique
Unité romaine Nom latin Muids Pouces cubes Équivalence
Une gobelette Acetabulum 1/128 ~ 6,75 cl
Un quart de setier Quartarius 1/64 ~ 13,5 cl
Une hémine Hemina 1/32 9 ~ 27 cl
Un setier Sextarius 1/16 18 ~ 54 cl
Une gallone Semodius 1/2 288 ~ 4,33 l
Un muid ou boisseau Modius 1 576 ~ 8,67 l
Un quadrantal Quadrantal 3 1728 ~ 26 l

Mesures du temps[modifier | modifier le code]

La mesure du temps n'était pas la même selon les saisons.

Les Gromatici veteres[modifier | modifier le code]

le recueil des Gromatici veteres[28] (qui signifie : les anciens utilisateurs de la groma, c'est-à-dire arpenteurs) est une compilation réalisée à la fin du Ve siècle ou au début du VIe siècle de textes dont les plus anciens remontent au Ier siècle ; elle représente un somme sur les connaissances des arpenteurs romains[29],[30].

L'un des textes du recueil[31], décrit les mesures de longueur, d'aire et de poids.

Mensurarum genera sunt XII,
Digitus, uncia, palmus, Semipes, pes, gradus,
Passus, decempeda, pertica, Actus, stadius, miliarius.

Palmus habet digitos IIII, uncias III.
Semipes habet palmos II.
Pes habet palmos IIII.
Cubitus habet pedem Is.
Gradus habet pedes IIs.
Ulna habet pedes IIII.
Passus habet pedes V.
Decempeda pedes X digitorum XVI.
Pertica habet pedes XII digitorum XVIII.
Actus habet pedes CXX perticas X.
Stadius habet pedes DCXXV.
Miliarius habet pedes V.

Porca habet pedes VII CC.
Agnus habet pedes XIIII CCCC.
Ingrus habet pedes XXVIII DCCC.
Versus habet pedes VIII DCXL.

Dimidia sela, pars duodecima unciæ.
Sela, secta pars unciæ.
Lycus, quarta pars unciæ.
Duo sela, tertia pars unciæ.
Semiuncia, dimidia unciæ.
Uncia.

Sescuncia, uncia semis unciæ.
Sextam, duae unciæ.
Quadran, tres unciæ.
Trian, quattuor unciæ.
Quincum, quinque unciæ.
Semis, sex unciæ.

Septum, septem unciæ.
Uem, octo unciæ.
Dodran, novem unciæ.
Dean, decem unciæ.
Dabum, undecim unciæ.

As, duodecim unciæ.

« Les genres de mesures sont 12,

Le doigt, l'once et la paume, Le demi-pied, le pied et le grade,
Le pas, la perche decempeda et la perche pertica, L'actus, le stade et le mille.

La paume compte 4 doigts ou 3 onces.
Le demi-pied compte 2 paumes.
Le pied compte 4 paumes.
La coudée compte 1 pied et demi.
Le grade compte 2 pieds et demi.
L’aune compte 4 pieds.
Le pas compte 5 pieds.
La perche decempeda compte 10 pieds de 16 doigts.
La perche pertica compte 12 pieds de 18 doigts
L'actus compte 120 pieds ou 10 perches.
Le stade compte 625 pieds.
Le mille compte 5 000 pieds.

La porca compte 7 200 pieds [carrés][32].
L'arpent compte 14 400 pieds [carrés].
Le jugère compte 28 800 pieds [carrés].
Le versus compte 8 640 pieds [carrés].

Le demi-sela est la douzième partie de l'once[33].
La sela est le sixième de l'once[34].
Le lycus, le quart de l'once[35].
La double sela, le tiers de l'once[36].
La semiuncia, la moitié de l'once.
L'once.

La sescuncia, une once et demi.
Le sextans, deux onces.
Le quadrans, trois onces.
Le trians, quatre onces.
Le quincunx, cinq onces.
Le semis, six onces.

Le septunx, sept onces.
Le bes, huit onces.
Le dodrans, neuf onces.
Le dextans, dix onces.
Le deunx, onze onces.

L'as, douze onces[37]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Jedrzejewski 2002, p. 77.
  2. a b c et d Jedrzejewski 2002, p. 78.
  3. a et b Jedrzejewski 2002, p. 76.
  4. Jedrzejewski 2002, p. 342.
  5. Selon Friedrich Hultsch, cité par Jedrzejewski 2002, p. 77, la valeur du pied romain évolue de 29,57 cm au début de l'Empire à 29,42 cm à la fin du IIe siècle, voir (de) Friedrich Hultsch, Griechische und Romische Metrologie, Berlin, Weidmann, , 2e éd. (lire en ligne), p. 88-98.
  6. Jedrzejewski 2002, p. 77-78. Les équivalents dans le système métrique, repris de cette référence, sont calculés pour un pied de 29,44 cm, avec quelques arrondis. L'auteur précise bien que d'autres valeurs (autour de 29,5 cm) sont possibles (Jedrzejewski 2002, p. 77 et 342). Les traductions proposées sont reprises de Jedrzejewski 2002, p. 78, sauf quand une autre référence est indiquée.
  7. a b c et d Chouquer 2001.
  8. mot intraduisible suivant Chouquer 2001, entrée Actus(3).
  9. Jean-Pierre Lémonon, Ponce Pilate, Atelier, (ISBN 978-2-7082-3918-0), p. 226.
  10. Goudineau 2003, p. 896,Charles Mugler selon Jedrzejewski 2002, p. 330.
  11. Goudineau 2003, p. 891.
  12. a b et c Christian Goudineau, « Chaire d'Antiquités nationales, résumé annuel 2002-2003 », p. 891 et 895.
  13. Goudineau 2003, p. 892.
  14. a et b Au XIXe siècle Pistollet de Saint-Ferjeux produit en 1852 un mémoire visant à mettre en évidence une lieue de 2 415 mètres, et Aurès (premier mémoire 1865) pense observer une lieue de 2 436 mètres (Goudineau 2003, p. 892), (Dassié 1999, p. 288). Ils visent également à relier cette lieue gauloise à des mesures médiévales ou postérieures comme le pied du roi, qui aurait alors hérité d'un « pied gaulois » dont la lieue gauloise aurait été le multiple, théories jugées « compliquées voire abracadrantes » par (Goudineau 2003, p. 892). En 1893 Lièvre utilise également les cartes d'état-major au 1/80 000 pour confirmer la valeur d'Aurès (Dassié 1999, p. 288). En 1964, Clos-Arceduc, introduit une méthode originale de rémanence topographique : l'espacement régulier de points remarquables peut avoir une correspondance avec une unité de distance antique, il découvre de cette façon deux unités, l'une de 2 222 mètres et l'autre de 2 415 mètres (Dassier 1999, p. 288 et 302).
  15. Goudineau 2003, p. 893.
  16. Jacques Dassié, « La grande lieue gauloise », Gallia, CNRS éditions, vol. 56, no 1,‎ , p. 285-311 (lire en ligne, consulté le 12 février 2016), également en ligne sur le site de l'auteur Jacques Dassié, « La grande lieue gauloise », (consulté le 14 février 2016)
  17. Dassié s'appuie en partie sur les travaux de ses prédécesseurs[14] dont il reprend certaines des méthodes, sur ses propres relevés topographiques (Dassié 1999), carte des itinéraires étudiés p. 287
  18. Dassié 1999, p. 289-290.
  19. Pour Dassié cette « lieue gauloise » pourrait être à l’origine de la définition du « pied du roi », ou « pied de Paris », dont la valeur correspond à celle d'une lieue gauloise de 2 436 m divisée par 7500, le nombre de pieds romains dans 1,5 mille Dassié 1999, p. 289.
  20. a et b Dassié 1999, p. 300.
  21. (Goudineau 2003, p. 894) cite Gerold Walser, spécialiste des bornes milliaires.
  22. (Dassié 199, p. 289) cite Raymond Chevallier dans un article de 1997 (après avoir été d'un autre avis dans des articles antérieurs).
  23. À l'instar des calculs des automobilistes sur les routes de Grande Bretagne Goudineau 2003, p. 895-896.
  24. Jedrzejewski 2002, p. 79.
  25. Jedrzejewski 2002, p. 80.
  26. Chouquer 2011.
  27. Pierre Pellegrin (dir.), Aristote : Œuvres complètes, Éditions Flammarion, , 2923 p. (ISBN 978-2081273160), p. 834.
  28. Le texte latin a été édité au XIXe siècle par Karl Lachmann, voir (la) Friedrich Bluhme, Karl Lachmann, Adolfus Fridericus Rudorff, Theodor Mommsen et E. Bursian, Gromatici veteres --- Die Schriften der römischen Feldmesser, tome I, Berlin, G. Reimer, (lire en ligne). Certains des livres du recueil, traduits en français et édités en version bilingue, sont disponibles sur le site de l'ISTA, université de Franche-Comté.
  29. Gérard Chouquer et François Favory, « De arte mensoria, « Du métier d'arpenteur ». Arpentage et arpenteurs au service de Rome », Histoire & Mesure, vol. 8, no 3,‎ , p. 249–284 (DOI 10.3406/hism.1993.1595, lire en ligne).
  30. Ella Hermon, « Les loca sacra dans le Corpus agrimensorum romanorum (CAR) », Cahiers des études anciennes, no LIV,‎ , p. 69–93 (lire en ligne).
  31. Mensurarum Genera, Lachmann 1848, p. 339-340
  32. Le « carré » n'est souvent pas précisé dans l'usage romain.
  33. Soit deux scruples.
  34. Soit quatre scruples.
  35. Soit deux sicles.
  36. Soit huit scruples.
  37. Soit une livre.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]