Sémites

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les langues, voir Langues sémitiques.
Répartition géographique des peuples sémites pendant le Ier siècle av. J.-C.

En linguistique, les Sémites sont l'ensemble des peuples utilisant ou ayant utilisé les langues sémitiques. Cette notion est reprise par la linguistique contemporaine pour poursuivre l'étude de ces langues. En ethnologie, ce sont les peuples (actuels ou anciens) parlant une langue du groupe sémite, c'est-à-dire au Moyen-Orient, dans la Corne de l'Afrique (seulement l'Érythrée et l'Éthiopie), la péninsule Arabique, le Croissant fertile et en Afrique du Nord

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot a été forgé à partir du nom du personnage biblique Sem (en hébreu שֵׁם,šem, en arabe سامي « nom, aussi sensimilia renommée, prospérité »), dernier fils de Noé. Il représente donc l'ensemble de ses descendants.

D'abord réservé au champ de la philologie pour désigner une famille de langues, le terme de sémite en vint rapidement à désigner les locuteurs originaux de ces langues compris alors sous la notion de race.

La région d'origine des Sémites est inconnue. Certains la situent en Asie du Sud-Ouest, d'autres en Arabie. Les témoignages archéologiques montrent que les peuples parlant une langue sémitique étaient dispersés en Mésopotamie avant l'établissement d'une culture urbaine dans la région ; on pense que plusieurs vagues de nomades sémites, dès les temps préhistoriques, ont traversé successivement les déserts arides de l'Est pour rejoindre le Croissant fertile. Aujourd'hui, les Sémites désignent principalement les peuples arabophones, les peuples éthiopiens sémitiques (en) et les membres du peuple Juif.

Langues et peuples sémitiques[modifier | modifier le code]

Langues/peuples sémitiques éteints :

Langues/peuples sémitiques modernes :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albert de Pury, Les “Sémites” n'existent pas, dans Le Temps stratégique, no 89, septembre/octobre 1999, p. 6-16

Voir aussi[modifier | modifier le code]