Branès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Branès sont l'une des deux branches historiques qui compose le peuple berbère, l'autre étant le groupe des Botr, selon l'hypothèse généalogique de l'historien Ibn Khaldoun. Selon de nombreux spécialistes, cette généalogie est cependant erronée[1].

D'après Ibn Khaldoun, les Branès constituent sept grandes tribus qui sont les Azdadja (dont font partie les Ghomaras), les Masmouda, les Awerba, les Adjica, les Kutama, les Sanhadja et les Awrigha. Le généalogiste Sabec ibn Soleïman, ajoute à cette liste les Lemta (ou Lemtouna), les Heskoura et les Guezoula. Branès est le fils de Mazigh[2].

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, Branès est notamment une tribu zénète du Rif situé au nord ouest de la province de Taza. Branes regroupe quatre sous-tribus :

  • Les Awraba
  • Les Taifa
  • Les Beni Bouyahla
  • Les Beni Fekkouss

Le dialecte arabe maghrébin s'est aujourd'hui imposé au sein des tribus Branes mais il subsiste encore quelques clans berberophones. Les Branès faisaient initialement parti du bloc Rifain mais il s'en sont détachés à cause de l'arabisation ancienne de cette tribu (19ème siècle).

Références[modifier | modifier le code]

  1. 'Abd al-Rahman ibn Mohammad Ibn Khaldoun et Mac Guckin de Slane, Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l'Afrique septentrionale, Imprimerie du gouvernement, (lire en ligne)
  2. Ibn Khaldoun (trad. William Mac Guckin de Slane), Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l'Afrique septentrionale, Imprimerie du gouvernement, (lire en ligne), p. 169

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gabriel Camps, « Branès », Encyclopédie berbère, Aix-en-Provence, Edisud, no 11,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2018)