Anna Magnani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Magnani.

Anna Magnani

Description de cette image, également commentée ci-après

Anna Magnani

Surnom « La Magnani »
« Nanarella »
Naissance
Rome, Italie
Nationalité Drapeau : Italie Italienne
Décès (à 65 ans)
Rome, Italie
Profession Actrice
Films notables Rome, ville ouverte
Bellissima
La Rose tatouée
Car sauvage est le vent
L’Homme à la peau de serpent
Mamma Roma

Anna Magnani est une actrice italienne née le à Rome (province du Latium, Italie) et morte le (à 65 ans) dans la même ville.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille naturelle, abandonnée par sa mère, elle est élevée chichement par sa grand-mère maternelle à Rome, et reçoit son éducation dans un couvent.

Elle commence sa carrière artistique en chantant dans des cabarets et des night-clubs avant d'intégrer l'Académie d'art dramatique de Rome. S'ensuivent des tournées à travers le pays avec des compagnies théâtrales au répertoire minimal.

Ses débuts au cinéma s'effectuent en 1927 avec un petit rôle dans un film muet, Scampolo, suivi d'un rôle de premier plan dans La Prisonnière des ténèbres (La cieca di Sorrento) de Nunzio Malasomma en 1934.

En 1935, elle épouse Goffredo Alessandrini qui la fait jouer dans La Cavalerie héroïque (Cavalleria) en 1936. Leur union dure peu de temps et le mariage est annulé en 1950.

Son caractère fort, décis, et ses rôles de femme plébéienne, rude et passionnée, font d'elle l'une des plus grandes actrices de son époque et, aujourd'hui encore, son jeu scénique reste inimitable.

Elle accède à la notoriété en 1941 grâce à son rôle dans Mademoiselle Vendredi (Teresa Venerdi), réalisé par Vittorio De Sica. Sa véritable percée et sa réputation mondiale arrivent lors de sa collaboration avec Roberto Rossellini dans le film Rome, ville ouverte (Roma, città aperta) en 1945, généralement considéré comme le premier film néoréaliste commercial de l'après-guerre.

Dès lors, elle ne cesse de travailler pour le cinéma et la télévision. En Italie, sa popularité lui vaut les surnoms de « La Magnani » ou « Nanarella ».

La consécration vient en 1956 avec l'obtention de l'Oscar de la meilleure actrice pour son interprétation dans la version cinématographique de La Rose tatouée d'après la pièce de Tennessee Williams (Williams et elle étaient des amis proches). Elle est ainsi la première actrice italienne à recevoir un Oscar. En 1958, elle est nommée dans la même catégorie pour le rôle de Gioia dans Car sauvage est le vent (Wild Is the Wind).

À partir des années 1950, et jusqu'à son décès, elle travaille avec quelques-uns des plus talentueux réalisateurs de son époque, qu'ils soient italiens (Luchino Visconti, Pier Paolo Pasolini, Federico Fellini), français (Jean Renoir, Claude Autant-Lara) ou américains (Daniel Mann, George Cukor, Sidney Lumet, Stanley Kramer).

Elle apparaît pour la dernière fois à l'écran en 1972 dans l'hommage que son ami Federico Fellini rend à sa ville natale, Fellini Roma.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle eut une liaison avec Roberto Rossellini entre la réalisation de Rome, ville ouverte en 1945 et celle de L'Amour en 1948.

Anna eut un enfant en 1942 avec l'acteur italien Massimo Serato. Aussi elle ne put jouer dans Les Amants diaboliques (Ossessione) de Luchino Visconti.

Elle meurt à Rome le d'un cancer du pancréas.

Hommage[modifier | modifier le code]

« Je salue la fraternité des hommes, le monde des arts, et Anna Magnani. »

— Message de Youri Gagarine lors du premier vol spatial habité le [1].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Films référents à sa vie d'actrice[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Plusieurs ouvrages lui sont consacrés, notamment deux biographies :

  • (it) Matilde Hochkofler, Anna Magnani, Rome, Italie, Gremese Editore,‎ 1984 (ISBN 978-8884400864).
  • (it) Patrizia Carrano, La Magnani, Milan, Italie, Ed. Rizzoli,‎ 1986.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Extrait de l'article « Celebrazioni All’Istituto italiano: Anna, anche Parigi la ricorda con Gagarin » (Célébrations à l'Institut italien : Paris se souvient d'Anna avec Gagarine) publié sur Archivio Storico.unità.it du 23 septembre 2008

Liens externes[modifier | modifier le code]