Albert II de Monaco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Albert II et Prince Albert.
Albert II
Albert II au Forum économique mondial de 2013.
Albert II au Forum économique mondial de 2013.
Titre
14e prince de Monaco
En fonction depuis le
(&&&&&&&&&&&033059 ans, 0 mois et 18 jours)
Ministre d'État Patrick Leclercq
Jean-Paul Proust
Michel Roger
Prédécesseur Rainier III
Prince héréditaire de Monaco

(&&&&&&&&&&01719047 ans, 0 mois et 22 jours)
Monarque Rainier III
Prédécesseur Caroline de Monaco
Successeur Caroline de Monaco
Biographie
Titre complet Voir Titulature
Dynastie Maison Grimaldi
Nom de naissance Albert Alexandre Louis Pierre Grimaldi
Date de naissance (56 ans)
Lieu de naissance Monaco
Père Rainier III
Mère Grace Kelly
Conjoint Charlène Wittstock
Enfant(s) Jazmin Grace Rotolo
Alexandre Coste
Diplômé de École navale
Amherst College
Résidence Palais de Monaco

Signature

Albert II de Monaco
Princes de Monaco
Politique à Monaco
Image illustrative de l'article Albert II de Monaco

Pouvoir exécutif

Pouvoir législatif

Subdivisions

Albert II de Monaco (Albert Alexandre Louis Pierre Grimaldi), né le au Palais de Monaco, est depuis le l'actuel prince de Monaco et 14e souverain de la Principauté.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le prince Albert II de Monaco est le fils de Grace Kelly (1929-1982), actrice américaine de renommée internationale, égérie du célèbre réalisateur Alfred Hitchcock, et de Rainier III (1923-2005). Le prince Albert est le petit-fils de la princesse Charlotte de Monaco et du prince Pierre de Monaco, né Pierre de Polignac.

Il a deux sœurs, la princesse Caroline, née le , et la princesse Stéphanie, née le . Ses parrains étaient le prince Louis de Polignac (1909-1996) et la feue reine Victoire-Eugénie d’Espagne.

Études[modifier | modifier le code]

Albert II obtient son baccalauréat en 1976 au lycée Albert-Ier. Il poursuit des études en sciences politiques aux États-Unis à l’Amherst College d’Amherst, près de Boston. En 1981, il obtient une licence en sciences politiques. Il effectue ensuite une formation militaire comme élève-officier à l’École navale française à bord du porte-hélicoptères Jeanne d’Arc, de septembre 1981 à avril 1982. Le 11 novembre 1986, il est nommé colonel de la compagnie des Carabiniers du Prince[1], le 18 août 1988, il devient lieutenant de vaisseau puis capitaine de corvette de réserve dans le corps des officiers de la marine française. Il est également parrain de la Patrouille de France depuis 1993.

Prince héritier[modifier | modifier le code]

En 1982, alors qu’il a 24 ans, sa mère Grace Kelly meurt dans un accident de voiture à La Turbie. Il lui succède alors à la présidence de la Croix-Rouge monégasque et est nommé vice-président de la fondation Princesse-Grace-de-Monaco.

Progressivement, Rainier III confie à Albert une partie des responsabilités et des activités de la principauté. Ainsi le Prince est président de la délégation monégasque à l’Assemblée générale des Nations unies, depuis le 28 mai 1993. Le 5 octobre 2004, c’est encore lui qui conduit la délégation de Monaco à Strasbourg pour la cérémonie officielle d’adhésion de la principauté au Conseil de l’Europe, comme 46e État membre de cette organisation.

Prince souverain[modifier | modifier le code]

Albert est devenu le 14e prince souverain de la principauté . Depuis son accession au trône, Albert II s’est révélé être un remarquable chef d’État. Il réussit à imposer un rayonnement de Monaco bien au-delà des frontières de ce pays, souverain depuis 1297. Dès sa première année de règne, il a effectué des visites de courtoisie en France, en Italie, au Vatican et il est intervenu devant l’Assemblée générale des Nations unies.

En 2008, il a apporté son soutien au projet de Nicolas Sarkozy d’Union pour la Méditerranée. Il a continué à accomplir de nombreux voyages à travers le monde sur les cinq continents où il est reçu par les principaux chefs d’État et responsables économiques de ces pays.

Homme politique, diplomate, Albert II de Monaco veut développer l’État de Monaco, son tourisme, son industrie et son secteur immobilier florissant. Il entend surtout rompre avec l’image de paradis fiscal qui colle au Rocher.

Soucieux du développement de la principauté, le prince Albert a annoncé, en mars 2013, un grand projet d’extension vers la mer à l’est de Monaco. Ce projet, baptisé projet du Portier, d’une superficie de 5 à 6 hectares devrait engendrer une nouvelle dynamique et visibilité tout en générant de nouveaux revenus pour Monaco. Le prince Albert, également préoccupé par l’écologie et le développement durable a souhaité que les nouvelles constructions soient à taille humaine, laissent place à de nombreux espaces verts et ne perturbent que très peu les fonds marins[2].

Défense de l’environnement[modifier | modifier le code]

Un autre de ses combats est la défense de l’environnement. En avril 2006, Albert II dirige une expédition en traîneau au pôle Nord afin d’alerter l’opinion publique sur le réchauffement climatique. Le prince devient alors le premier chef d’État en exercice à atteindre ce pôle. Un siècle auparavant, son trisaïeul Albert Ier avait, sans succès, fait la même tentative. En juin 2006, il décide de créer sa propre fondation, la fondation Prince-Albert-II-de-Monaco, vouée à la protection de l’environnement et au développement durable. Les changements climatiques, la biodiversité et l’eau sont les trois axes d’action principaux de cette fondation. Le , Albert II s’est rendu au pôle Sud en compagnie de l’aventurier-explorateur sud-africain Mike Horn. Il devient ainsi le premier monarque à s’être rendu aux deux pôles.

Il est membre du comité de soutien de l’Organisation mondiale de protection de la nature (WWF-France), président du comité d’organisation du Festival international de télévision de Monte-Carlo et président d’honneur de l’Association Monaco Aide et Présence, de la Jeune Chambre économique de Monaco, de l’Association des Amis de l’opéra de Monte-Carlo et du Comité national monégasque de l’Association internationale des arts plastiques de l’Unesco, membre des plus prestigieux réseaux sociaux Amis de l’Europe, Policy Network, Yoctocosmos (un des propriétaires) et du World Economic Forum.

Sport[modifier | modifier le code]

Sportif, Albert II pratique l’athlétisme, le football, le tennis, le judo, l’aviron, la voile, le ski, le squash, la natation, le bobsleigh, et le pentathlon moderne. Il participe en tant qu’athlète monégasque aux Jeux olympiques d’hiver de 1988, de 1992, de 1994, de 1998 et de 2002 en bobsleigh, ainsi qu’au rallye Paris-Dakar en 1985 et 1986. Il a créé la Fédération monégasque de bobsleigh, luge et skeleton dont il est le président.

Albert II est membre du Comité international olympique (CIO) depuis 1985 et président de la Fédération monégasque de natation depuis 1983, du Yacht Club de Monaco depuis 1984, de la Fédération monégasque d’athlétisme depuis 1984, du Comité olympique monégasque depuis 1994 et de la Fédération monégasque de pentathlon moderne depuis 1999. Il est de surcroît membre de l’Honorary Board du Comité international paralympique[3].

Il est également le patron de Peace and Sport, une organisation pour la paix et le sport basée en principauté de Monaco, qui utilise le sport comme instrument de paix et de stabilité sociale en intervenant dans les zones post-conflictuelles, d’extrême pauvreté ou en rupture de cohésion sociale.

Le , il vend 38 voitures anciennes aux enchères qui trouvent toutes preneur pour un montant total de 1,18 million d’euros[4],[5].

À l’occasion de la cérémonie d’inauguration du 75e congrès de l’Association internationale de la presse sportive (AIPS), qui s’est déroulée à Innsbruck en marge des premiers Jeux olympiques d’hiver de la jeunesse, le prince Albert II de Monaco a reçu en janvier 2012 un Power of Sport Award. La distinction marque son « engagement exceptionnel à mettre le sport au service de la Paix dans le monde ».

Activités dans le domaine des sciences et techniques[modifier | modifier le code]

Albert II est aussi un soutien précieux pour l’Institut de paléontologie humaine (IPH), fondation de recherche consacrée à l’étude de la préhistoire et de la paléontologie humaine, créée en 1910 par son trisaïeul Albert Ier. Il apporte ainsi son soutien[6] et son intérêt aux diverses recherches effectuées et s’est rendu à plusieurs reprises sur les terrains de fouille[7] (Chine, Corée, Géorgie, Éthiopie, Cantabrie) accompagné du professeur Henry de Lumley, directeur de l’IPH.

Le prince, radioamateur, a eu à titre honorifique en tant que président d’honneur de l’Association des radioamateurs de Monaco l’indicatif d’appel 3A0AG, qu’il n’a toutefois jamais utilisé ni autorisé un autre radioamateur licencié à utiliser. Cet indicatif ne figure d’ailleurs pas dans la liste officielle des radioamateurs de Monaco[8] bien que figurant sur divers sites[9].

Arts et culture[modifier | modifier le code]

Le prince Albert est passionné de peinture, sculpture, et photographie. Il possède une collection prestigieuse, héritée ou constituée au fil des ans, dont il prête régulièrement les plus belles pièces pour des expositions. Ses thèmes de prédilection sont : Monaco et la Côte d’Azur, la peinture flamande des XVIIe et XVIIIe siècles, la période 1860-1930, « l’école de Nice ». Il pratique un mécénat actif, soutenant les ateliers d’artistes (espaces mis à disposition d’artistes à Monaco) et a été déterminant dans le développement du musée national de Monaco. Il est également intéressé par la philatélie et très attentif au développement de sa collection numismatique[10].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Depuis toujours, la vie privée des têtes couronnées, et particulièrement celles de Monaco, est scrutée par la presse mondaine et internationale. Longtemps, le prince Albert a réussi à être discret et à ne pas faire l’objet de la curiosité des média en refusant toutes les interviews. Mais, dès le milieu des années 1990, il devient, à son tour, une personnalité surexposée et les journaux traquent ses nombreuses conquêtes féminines. Ainsi selon cette presse, il aurait noué des relations intimes avec Brooke Shields, Claudia Schiffer, Naomi Campbell ou encore Victoria Silvstedt[11].

Le prince Albert a eu deux enfants nés hors mariage : Jazmin Grace Rotolo, née en 1992 à Palm Springs (Californie)) aux États-Unis, d’une relation l’été 1991 avec Tamara Rotolo, jeune femme américaine en vacances sur la Côte d’Azur, et [12], né le à Paris d’une relation avec Nicole Coste, hôtesse de l’air d’origine togolaise, et reconnu par ses parents auprès de la justice française. L’État monégasque les considère comme non dynastes.

En 2007, pour la première fois, Albert II aborde sa vie privée dans un documentaire « Albert II le Prince méconnu ». Dans ce film de 52 minutes, il aborde tous les sujets avec une grande sincérité : les rumeurs sur son homosexualité, les accusations de blanchiment d’argent à Monaco, le mauvais caractère de son père, le souvenir de sa mère Grace Kelly etc.[13]

Le 23 juin 2010, par un communiqué officiel, Albert II annonce ses fiançailles avec Charlène Wittstock, une nageuse sud-africaine avec qui il entretient une relation depuis 2006. Leurs fiançailles sont annoncées par le palais princier le 23 juin 2010. Le mariage civil a lieu le , le mariage religieux le lendemain.

Dynastie et succession[modifier | modifier le code]

Entourage familial[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Querelle dynastique[modifier | modifier le code]

Louis II de Monaco, arrière-grand-père d'Albert, n'ayant pas de descendant légitime, le problème de sa succession au trône de Monaco fut posé.

Son successeur légitime était Guillaume de Wurtemberg-Urach (également connu sous le nom de règne éphémère de Mindaugas II de Lituanie), fils de Frédéric de Wurtemberg-Urach, 1er duc d'Urach (1810-1869) et de Florestine de Monaco (1833-1897).

Comprenant que la France n'acceptera jamais qu'un Allemand monte sur le trône de Monaco, Guillaume de Wurtemberg renonce à ses droits de succession à ce trône le . Toutefois, le prince Albert Ier, sur le conseil du Parlement monégasque et avec l'accord des autorités françaises (dans le cadre du protectorat), était libre de modifier officiellement, et valablement, les règles de succession au trône monégasque (y inscrivant le droit de succession par adoption), comme son arrière-petit-fils Rainier III le fera par la suite lui aussi, et de ce fait, toute revendication, même officielle, d'un membre éloigné de la famille Grimaldi, ne pouvait être valable.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Ordre de succession au trône[modifier | modifier le code]

Sa sœur aînée, Caroline de Monaco, princesse de Hanovre, est actuellement en première place dans l'ordre de succession au trône monégasque, qu'elle avait déjà occupée avant la naissance du prince héréditaire Albert (1957-1958). Elle serait remplacée par tout enfant né du prince Albert II et de la princesse Charlène.

Titulature[modifier | modifier le code]

Étendard personnel d'Albert II.

Titulature officielle[modifier | modifier le code]

Le prince Albert II, prince souverain de Monaco et marquis des Baux, a été désigné comme suit :

  • 1958-2005 : Son Altesse sérénissime le prince héréditaire de Monaco, marquis des Baux
  • depuis 2005 : Son Altesse sérénissime le prince souverain de Monaco, marquis des Baux

Autres titres officiels[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Titres des Grimaldi.

Distinctions et décorations[modifier | modifier le code]

Diplômes et prix[modifier | modifier le code]

Décorations monégasques[modifier | modifier le code]

Saint Charles (Monaco) - Grand-Croix Couronne (Monaco) - Grand-Croix Grimaldi (Monaco) - Grand-Croix

Décorations étrangères[modifier | modifier le code]

Stara Planina (Bulgarie) - 1re classe National du Burkina Faso - Grand officier Roi Tomislav - Grand-Croix Légion d'Honneur (France) - Grand-Croix Mérite (France) - Grand-Croix Palmes académiques (France) - Commandeur
Mérite de la République (Italie) - Grand Croix Saints Maurice et Lazare (Italie) - Grand Croix Renaissance (Jordanie) - Grand Cordon Vytautas le Grand (Lituanie) - Grand-Croix National du Mali - Grand-Croix National de la République (Niger) - Grand Croix Vasco Nunez de Balboa (Panama) - Grand Croix
Soleil (Pérou) - Grand Croix Mérite libanais (Liban) - Grand Cordon Étoile de Roumanie - Grand Collier Mérite de la République de Pologne - Grand-Croix ? Agathe (Saint-Marin) - Grand Croix Lion (Sénégal) - Grand Officier Saint Sépulcre de Jérusalem (Vatican) - Grand Croix
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie
Drapeau du Burkina Faso Burkina Faso
Drapeau du Costa Rica Costa Rica
Drapeau de la Croatie Croatie
Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Jordanie Jordanie
Drapeau du Liban Liban
Lituanie Lituanie
Drapeau de Malaisie Malaisie
  • Ordre du Darjah Kerabat Diraja Pahang (7 novembre 1997), au sultanat de Pahang
Mali Mali
Niger Niger
Panama Panama
Drapeau du Pérou Pérou
Drapeau de la Pologne Pologne
Roumanie Roumanie
Saint-Marin Saint-Marin
Drapeau du Salvador Salvador
Tunisie Tunisie
Sénégal Sénégal
Vatican Vatican

Divers[modifier | modifier le code]

pro merito Melitensi (Malte) - Collier (civil) Ordre souverain et militaire de Malte - Bailli Grand-Croix

La fortune du prince[modifier | modifier le code]

Sa fortune est estimée, en 2013, à 1 milliard d'euros[28]. Ce qui en fait l'un des plus riches souverains d'Europe.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. Consoglobe.
  3. Site officiel.
  4. Monaco : les voitures d'Albert II vendues, Le Figaro, 26 juillet 2012.
  5. Succès pour les voitures du prince Albert, Le Figaro, 26 juillet 2012.
  6. Voir sur le site de l'IPH.
  7. Voir sur le site de l'IPH.
  8. http://www.arm.asso.mc/page7.html
  9. HamCall Query Results: 3A0AG
  10. The National Gallery.
  11. Public.
  12. Alexandre Coste
  13. Albert II le Prince méconnu.
  14. a et b « Caroline de Monaco, grand-mère pour la première fois ! » sur le site La Parisienne, 22 mars 2013
  15. a et b « Le fils d'Andrea Casiraghi se prénomme Sacha » sur le site de Closer, 24 mars 2013.
  16. a et b « Charlotte Casiraghi : La fille de Caroline de Monaco s'affiche avec l'humoriste et comédien », sur Gala, 24/03/2013.
  17. Noblesse et royautés, 30-11-2012.
  18. a, b, c et d Site officiel, Biographie
  19. Italian Presidency website, decorations - S.A.S. il Principe Alberto II Sovrano del Principato di Monaco Decorato di Gran Cordone
  20. Video de la visite d'état de Monaco en Lituanie, 15 octobre 2012
  21. Nice Matin, 18 octobre 2012 "Le couple princier est arrivé en Pologne"
  22. Table des Récipiendaires
  23. Site officiel, Visite du Prince Albert II à Saint-Marin
  24. Voyage officiel en septembre 2006
  25. Site officiel, Biographie en anglais
  26. Le page du mariage du Prince cite "3.3) Grand-croix de l'Ordre pro merito Melitensi (Malte)" mais le site de l'Ordre de Malte cite, à la page "LE GRAND MAÎTRE REÇOIT LE PRINCE ALBERT DE MONACO" : "Le Grand Maître a remis au Prince le Collier du Mérite de l’Ordre de Malte"
  27. Website officiel, Visite officielle du grand maître de l’ordre de Malte, Son Altesse éminentissime Fra' Matthew Festing
  28. http://www.challenges.fr/galeries-photos/galeries-photos/20120531.CHA7037/voici-les-rois-les-plus-riches-du-monde.html
  29. tvfrance-intl.com