Susan Hayward

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hayward.

Susan Hayward

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Susan Hayward

Nom de naissance Edythe Marrenner
Naissance 30 juin 1917
New York, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès 14 mars 1975 (à 57 ans)
Hollywood, États-Unis
Profession Actrice
Films notables David et Bethsabée
Les Neiges du Kilimandjaro
Une femme en enfer
Je veux vivre !

Susan Hayward, de son vrai nom Edythe Marrenner, est une actrice américaine née le 30 juin 1917 à New York, États-Unis et décédée le 14 mars 1975 à Hollywood, Californie, États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

De New York à Hollywood[modifier | modifier le code]

Susan Hayward en 1945

Issue d’un milieu ouvrier du quartier de Brooklyn à New York, Edythe Marrener est née de parents d’origines irlandaise et suédoise[1]. Cadette de trois enfants, elle passe son enfance pauvrement et rêve d’un destin plus glorieux, animée d’une volonté farouche de réussir. Après des études dans une école commerciale et divers petits boulots, elle se lance dans le mannequinat avec succès[1], sa magnifique chevelure rousse lui ouvrant rapidement les pages des revues féminines.

Le réalisateur George Cukor la remarque sur une couverture de magazine et lui fait faire un bout d’essai pour le rôle de Scarlett O'Hara d’Autant en Emporte le Vent[2], elle ne sera pas retenue. Mais désormais les portes d’Hollywood s’entrouvrent et la belle rousse va s’y engouffrer pour réaliser ses rêves ambitieux.

Elle décroche son premier contrat à la Warner Bros. qui lui donne le pseudonyme de Susan Hayward. Passage rapide où elle ne fait que de la figuration et quelques petits rôles. Elle joue par la suite des personnages plus importants dans une autre société de production prestigieuse, la Paramount Pictures. Dès son entrée dans le studio, elle tourne Beau Geste, film d’aventure sur la légion étrangère, aux côtés de Gary Cooper et Ray Milland. Elle obtient des seconds rôles intéressants notamment dans la super production Les Naufrageurs des mers du sud de Cecil B. DeMille et dans la comédie Ma femme est une sorcière de René Clair. Pourtant se sentant sous-employée par la Paramount, elle ne renouvelle pas son contrat et signe avec un producteur indépendant Walter Wanger en 1946.

Une star exemplaire[modifier | modifier le code]

Elle devient ensuite une habituée des films de Joseph Mankiewicz, Henry King, Edward Dmytryk et surtout Henry Hathaway. Elle tourne avec Gregory Peck dans deux de ses meilleurs films, David et Bethsabée et Les Neiges du Kilimandjaro de Henry King. Elle est couverte d'éloges pour des rôles difficiles. Elle joue ainsi la femme dépressive du président Andrew Jackson dans The President's Lady (1953). Son interprétation de l'actrice alcoolique Lillian Roth dans Une femme en enfer (1955) lui vaut le prix d'interprétation féminine au festival de Cannes 1956, et elle reçoit l'Oscar de la meilleure actrice en 1959 pour son rôle de la meurtrière Barbara Graham dans Je veux vivre !.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle a deux enfants (jumeaux) d'un premier mariage en 1944 avec l'acteur Jess Barker qui s'achève en divorce en 1954. En 1957, elle épouse un homme d'affaires de Géorgie, Eaton Chalkley. Le couple se convertit au catholicisme en 1964, mais E. Chalkley meurt en 1966.

Décès[modifier | modifier le code]

Souffrant d'un cancer du cerveau découvert en 1973, Susan Hayward décède chez elle d'une attaque en 1975 à l'âge de cinquante-sept ans[3]. Il y a de fortes présomptions pour attribuer la cause de sa mort au fait que l'actrice a été exposée à des retombées radioactives pendant le tournage du film Le Conquérant, en 1953[4]: les scènes d'extérieur avaient été tournées pendant trois mois dans un désert de l'Utah, à Saint George, terrain des essais en atmosphère de bombes atomiques de l'armée américaine. Sur les 220 personnes de la production du film, 91 ont développé avant 1981 une forme de cancer ; 46 en sont morts, dont cinq acteurs du film : Susan Hayward, John Wayne, Agnes Moorehead, Pedro Armendáriz John Hoyt[5]et le réalisateur Dick Powell.

Susan Hayward a son étoile sur le Hollywood Walk of Fame.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Actrice[modifier | modifier le code]

Susan Hayward recevant l'Oscar de la meilleure actrice en 1959 pour Je veux vivre !

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

Oscar[modifier | modifier le code]

Golden Globes[modifier | modifier le code]

Festival de Cannes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b IMDb
  2. Le Cinéma, Grand dictionnaire illustré volume 2, Éditions Atlas, 1985, (ISBN 2-7312-0414-0[à vérifier : isbn invalide]),
  3. « Actress Susan Hayward dies of brain tumor », Lewiston Morning Tribune,‎ 15 mars 1975, p. 2A (lire en ligne)
  4. [Wayne, Pilar. John Wayne: My Life with the Duke. McGraw-Hill, 1987, ISBN 0-07-068662-9, p. 103]
  5. « Cancer deaths of film stars linked to fallout », The Free Lance-Star,‎ 7 août 1979, p. 7 (lire en ligne)

Sur les autres projets Wikimedia :