Marcel Achard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Achard.

Marcel Achard (Marcel Augustin Ferréol dit Marcel Achard) est un écrivain français, à la fois auteur de comédie légère et de pièce de boulevard, acteur, auteur dramatique et homme de cinéma, à commencer par scénariste et pour finir réalisateur, né le 5 juillet 1899 à Sainte-Foy-lès-Lyon dans le département du Rhône et mort le 4 septembre 1974 à Paris[1].

Cet auteur et acteur de boulevard, de comédie légère et plus tardivement auteur de comédie musicale a été un représentant de la fantaisie, de l'humour, de la poésie consolatrice au cours de l'entre-deux-guerres. L'auteur de La vie est belle ou du Jean de la Lune connaît un succès croissant sur les scènes européennes libres qui ne sont pas soumises à la censure au cours des années trente. Patate, pièce écrite en 1957, le fait renouer les vivifiants succès d'avant-guerre. Cet Immortel, élu surprise en mai 1959 à l'Académie française, a émis le vœu ultime de retrouver la tranquillité d'un petit village des bords de Loire. Il est inhumé au cimetière La Chaussée-Saint-Victor en Loir-et-Cher.

Homme de théâtre[modifier | modifier le code]

Marcel Achard, à l'occasion journaliste, commence jeune souffleur dans un théâtre. Il a une grande maîtrise de sa voix. Attiré par les planches et les comédiennes, il commence à jouer un rôle de comédien dans ses premières pièces et d'acteur au cinéma muet dès 1923. Il se révêle dans le rôle du clown Grockson, un des trois personnages clefs de sa pièce Voulez-vous jouer avec moâ ?. Cette pièce à l'accent de Jules Laforgue est son premier franc succès, il y eut plus de deux cents représentations et ce succès auprès du public parisien lui permit d'être découvert par Lugné-Poe et Charles Dullin. Ce dernier, au nom du Théâtre de l'Atelier, lui avait commandé d'ailleurs la pièce. Dans celle-ci, tous les personnages achardiens, sans épaisseur et sans grande passion, sont déjà en germe : êtres sentimentaux et tendus, la femme belle et inconstante, un peu naïve, l'homme timide et naïf et les dialogues qui nous mènent, au terme d'un parcours où ne peut s'effacer des allusions aux cynismes et à la mélancolie des temps, vers un monde où tout se résout avec le temps.

Poète et homme de cinéma[modifier | modifier le code]

Si au moment de sa première reconnaissance théâtrale, Marcel Achard a voulu livrer sa veine poétique avec le recueil de ses inspirations, La muse perègrine, il a, dès le début des années trente, sa notoriété définitivement acquise dans le milieu du théâtre français, éprouvé et gardé une fascination pour l'image et le son cinématographiques. C'est pourquoi il a participé, sous la direction de Jean Choux, à la première réalisation de Jean de la Lune au cinéma en 1931 et repris lui-même en 1948 l'adaptation de sa pièce au cinéma. Il a ainsi, entre ces deux dates, contribué à une dizaine de longs métrages, alors que ses œuvres théâtrales étaient jouées avec succès dans la plupart des pays de l'Europe du nord et du sud avant guerre.

Élection à l'Académie française[modifier | modifier le code]

Marcel Achard est élu à l'Académie française, le 28 mai 1959, au fauteuil d'André Chevrillon. Ce siège numéroté 21 est vacant depuis deux ans. Au scrutin destiné à pourvoir la place, plusieurs candidats étaient en lice et déclarés depuis longtemps, notamment Jean Guitton et Henri Bosco. La candidature de Marcel Achard surgit à l'improviste, une semaine avant la clôture, et c'est le comédien et auteur de théâtre qui l'emporte finalement au troisième tour. Son talent, sa gaieté, son brio et son regard de myope derrière de grosses lunettes rondes avaient conquis 17 voix fidèles. Marcel Pagnol lui donne son épée le 3 décembre 1959. Son épouse Juliette est décédée en 1978 à 75 ans. Une médaille commémorative de l'élection de Marcel Achard lui ayant appartenu est conservée au musée Carnavalet (ND 928).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Pièces de théâtre 


Poésie 
  • La muse pérègrine, recueil poétique de 1924.

Filmographie (scénariste, conseiller ou réalisateur, dialoguiste)[modifier | modifier le code]

En tant que scénariste ou conseiller[modifier | modifier le code]

En tant que réalisateur[modifier | modifier le code]

En tant qu'acteur[modifier | modifier le code]

À la scène[modifier | modifier le code]

Metteur en scène[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Vecchiali : L'Encinéclopédie. Cinéastes "français" des années 1930 et leur oeuvre, 2 vol., Éditions de l'Œil, 2010

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives en ligne de l’état civil du Rhône, commune de Sainte-Foy-lès-Lyon, acte de naissance no 28, année 1899 (avec mention marginale de décès)

Lien externe[modifier | modifier le code]