Dirk Bogarde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bogarde.

Dirk Bogarde

Description de cette image, également commentée ci-après

En compagnie de Jane Birkin au festival de Cannes 1990

Nom de naissance Derek Jules Gaspard Ulric Niven van den Bogaerde
Naissance
Londres
Angleterre
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni Britannique
Décès (à 78 ans)
Londres
Angleterre
Profession Acteur
Films notables The Servant
Les Damnés
Mort à Venise
Portier de nuit

Sir Dirk Bogarde, de son vrai nom Derek Jules Gaspard Ulric Niven van den Bogaerde, est un acteur britannique né le à Londres et mort le dans cette ville.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils d'un critique d'art néerlandais et d'une comédienne écossaise. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est affecté à l'état-major du général Montgomery, où il dessine les plans de batailles. À partir de 1947, il se met à tourner des séries B (inédites en France). Il commence à se faire remarquer dès 1950 dans des films à suspense signés Terence Fisher, Marc Allégret, Charles Crichton, et s'impose dans le rôle du docteur Simon Sparrow dans une série de comédies réalisées par Ralph Thomas. Il tourne également avec des réalisateurs anglais renommés tels que Lewis Gilbert, Anthony Asquith, Jack Clayton, Richard Attenborough ou Michael Powell. Il succède à Stewart Granger en jeune premier dans des films d'aventures, historiques ou exotiques, des drames romantiques, des drames de guerre, avec pour partenaires Jean Simmons, Kay Kendall ou Brigitte Bardot, et plus tard Olivia de Havilland, Ava Gardner, Judy Garland, jouant même Franz Liszt en 1960.

Sa carrière prend un tournant décisif lorsqu'il accepte le rôle, périlleux pour l'époque, d'un avocat victime d'un chantage homosexuel dans La Victime de Basil Dearden (1961). Cette prestation lui vaut, outre sa première nomination aux BAFTA Awards, d'attirer l'attention de Joseph Losey, qui lui confie le rôle du valet sadique et ambigu de The Servant en 1963, rôle qui lui vaudra le BAFTA du meilleur acteur. Il retrouvera le réalisateur pour Modesty Blaise (1966) et Accident (1967).

Dès lors, il excelle dans les rôles de personnages torturés, à la sexualité souvent trouble, comme dans Portier de nuit de Liliana Cavani et surtout Les Damnés et Mort à Venise de Luchino Visconti. Sa carrière internationale inclut aussi bien John Schlesinger que George Cukor et Rainer Werner Fassbinder. Parlant parfaitement le français (il s'installe près de Grasse en 1968), il collaborera également — mais en anglais — avec plusieurs réalisateurs français parmi lesquels Henri Verneuil, Alain Resnais et Bertrand Tavernier, avec lequel il tournera son dernier film, Daddy nostalgie en 1990.

Bien qu'il soit toujours resté discret sur son mode de vie, il entretint avec son agent, Anthony Forwood (en) (précédemment marié à l'actrice Glynis Johns), une relation de près de cinquante ans, qui ne prit fin qu'avec la mort de celui-ci en 1988[1]. Il se consacre alors entièrement à l'écriture et publie une douzaine d'ouvrages dont plusieurs livres de souvenirs.

Fait chevalier dans l'ordre des Arts et des Lettres en 1982, il est anobli par la reine Élisabeth II en 1992. Il meurt le 8 mai 1999 à Londres, des suites d'une attaque cardiaque.

Il est le grand oncle de la chanteuse anglaise Jasmine van den Bogaerde, surtout connue par son nom de scène Birdy.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Années 1930[modifier | modifier le code]

Années 1940[modifier | modifier le code]

Années 1950[modifier | modifier le code]

Années 1960[modifier | modifier le code]

Années 1970[modifier | modifier le code]

Années 1980[modifier | modifier le code]

Années 1990[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Doublage français[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages de Dirk Bogarde[modifier | modifier le code]

  • (fr) Une enfance rêvée (A Postilion Struck by Lightning), autobiographie
  • (fr) Une aimable occupation : Un roman (A Gentle Occupation)
  • (en) Snakes and Ladders, mémoires, Chatto and Windus, 1978, 339 p.
  • (en) An Orderly Man, autobiographie
  • (en) Backcloth, autobiographie
  • (en) A Particular Friendship
  • (en) Cleared for Take-off
  • (en) Closing Ranks
  • (en) Jericho
  • (en) For the Time Being: Collected Journalism
  • (en) Voices in the Garden
  • (en) A Period of Adjustment
  • (en) Great Meadow
  • (en) West of Sunset
  • (en) Coming of Age
  • (en) Charlotte Rampling with Compliments
  • (en) A Short Walk From Harrods, 1994

Biographies[modifier | modifier le code]

  • (en) Margaret Hinxman et Susan d'Arcy, The Films of Dirk Bogarde. Literary Services and Production, 1974. 200 p.
  • (en) Andy Medhurst, «Dirk Bogarde», in Charles Barr (dir.), All Our Yesterdays, Londres, BFI, 1992 (1re édition 1986), p. 346-354.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mark Rowe & Jeremy Kay, « Two brilliant lives - on film and in print », The Independent on Sunday (9 mai 1999).

Liens externes[modifier | modifier le code]