Ettore Scola

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Scola.

Ettore Scola est un réalisateur et scénariste italien né le à Trevico, province d'Avellino en Campanie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ettore Scola a débuté dans l'industrie du film comme scénariste, en 1953. Il a réalisé son premier film Parlons femmes (Se permettete parliamo di donne), en 1964. En 1974, Scola a connu un succès international avec Nous nous sommes tant aimés (C'eravamo tanto amati), une vaste fresque de la société italienne après la Seconde Guerre mondiale, dédiée à son ami le réalisateur Vittorio De Sica. Il apparaît dans Italiques en 1974 pendant une reconstitution de la scène de la Dolce Vita devant la fontaine de Trévi dans le documentaire, Cinéma italien et littérature : le voyage de Fellini[1]. En 1976, il a reçu le Prix de la mise en scène au Festival de Cannes pour son film Affreux, sales et méchants (Brutti, sporchi e cattivi).

Depuis lors, Ettore Scola a réalisé près de 40 films en 40 années.

En 2013, il présente à la Mostra de Venise Che strano chiamarsi Federico : Scola racconta Fellini (Comme il est étrange de s'appeler Federico : Scola raconte Fellini), un film entre fiction et documentaire sur sa relation avec Federico Fellini[2].

Date événement(s)[modifier | modifier le code]

  • 1947-1952 : Travaille dans divers journaux humoristiques, tel que Marco Aurelio (hebdomadaire satirique).
  • 1948-1952 : Rédige une vingtaine de scénarios, surtout des comédies, notamment pour l'acteur Totò.
  • 1950 : Débute sa carrière dans la radio.
    • Écrit pour la radio Ho-là, Rosso e nero, il teatrino de Alberto Sordi.

Il annonce le 29 août 2011 la fin de sa carrière de réalisateur au quotidien Il Tempo, souhaitant ne pas faire le film de trop. Il déclare sentir ne plus faire partie du monde du cinéma d'aujourd'hui. « Les logiques de production et de distribution ne me ressemblent plus. [...] Aujourd'hui, seul le marché décide. »[3]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

scénariste et réalisateur[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Italiques, deuxième chaîne de l'ORTF, 16 août 1974.
  2. Franck Nouchi, « Ettore Scola : "Fellini mentait, oui, mais avec philosophie" », Le Monde,‎ 7 septembre 2013 (lire en ligne)
  3. Ettore Scola fait ses adieux au 7e art

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Beaud, L'Histoire de l'Italie à travers l'œuvre d'Ettore Scola, LettMotif, 2013, 180 p.

Lien(s) externe(s)[modifier | modifier le code]

(en) Ettore Scola sur l’Internet Movie Database