1re cérémonie des César

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La 1re cérémonie des César du cinéma - dite aussi Nuit des César - récompensant les films sortis en 1975, s'est déroulée le au Palais des congrès de Paris.

Elle fut présidée par Jean Gabin, dont ce fut la dernière apparition publique, et retransmise sur Antenne 2, présentée par Pierre Tchernia, Jean-Claude Brialy.

Présentateurs et intervenants[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

César de la meilleure actrice[modifier | modifier le code]

César du meilleur acteur[modifier | modifier le code]

César de la meilleure actrice dans un second rôle[modifier | modifier le code]

César du meilleur acteur dans un second rôle[modifier | modifier le code]

César du meilleur scénario original ou adaptation[modifier | modifier le code]

César de la meilleure musique écrite pour un film[modifier | modifier le code]

César du meilleur son[modifier | modifier le code]

César de la meilleure photographie[modifier | modifier le code]

César du meilleur montage[modifier | modifier le code]

César des meilleurs décors[modifier | modifier le code]

César du meilleur réalisateur[modifier | modifier le code]

César du meilleur film[modifier | modifier le code]

César du meilleur film étranger[modifier | modifier le code]

César d'honneur[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

En nomination pour le César de la meilleure actrice, Isabelle Adjani, persuadée de sa victoire, s'était levée avant même qu'on annonce la gagnante du prix qui fut finalement remis à Romy Schneider[1].

L'acteur Jean Rochefort raconte la cérémonie : « J'ai reçu la première récompense le 3 avril 1976. Ce n’était pas cette compression géniale mais un petit mec qui dévidait une bobine de film : très premier degré. J'étais le cobaye et, quand je suis monté sur scène pour ramasser mon jouet, l'atmosphère était tendue ! Certains esprits forts n'y voyaient qu'une imitation des Oscars [1928]. Quand je suis allé taper sur l’épaule de Gabin, président renfrogné, il s'en est retourné brusquement : "Ah, c'est toi Rochefort ! Si ç'avait été un journaliste, je lui aurais collé une mandale". Moi qui espérais un petit compliment de circonstance… »[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Valérie Domain, « César : quand Adjani a cru qu'elle était la meilleure actrice », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  2. Ghislain Loustalot et François Pédron, « En 2à15, le petit bal des aigris est devenu une des soirées préférées des Français. Et un formidable outil de promotion. Il s'y passe toujours quelque chose », Paris Match, semaine du 12 au 18 février 2à15, page 74.