Bernardo Bertolucci

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bertolucci.

Bernardo Bertolucci

alt=Description de l'image Bernardo Bertolucci.jpg.
Naissance 16 mars 1941 (73 ans)
Casarola, Province de Parme
Italie
Nationalité Drapeau : Italie italienne
Profession Réalisateur, scénariste
Films notables Il était une fois dans l'Ouest (scénariste)
Prima della rivoluzione
Le Conformiste
Le Dernier Tango à Paris
1900
Le Dernier Empereur

Bernardo Bertolucci, né le 16 mars 1941 à Casarola dans la province de Parme en Italie, est un scénariste et réalisateur italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bernardo Bertolucci est premier fils du poète Attilio Bertolucci et le frère de Giuseppe Bertolucci. Il commence à écrire dès l'âge de 15 ans et est récompensé pour son travail peu de temps après. Il reçoit notamment le Premio Viarregio. Il se rend ensuite à Rome pour ses études et devient l'assistant de Pier Paolo Pasolini sur Accattone[1] . Il travaillera aussi plus tard avec Sergio Leone et Dario Argento sur le scénario d'Il était une fois dans l'Ouest. Son second film, Prima della rivoluzione, inspirée de La Chartreuse de Parme de Stendhal, est acclamée par la critique et marque le renouvellement du cinéma d'auteur italien des années 1960. Le thème de l'ambiguïté politique et sexuelle est illustré par une mise en scène revendiquant un certain gongorisme dans sa sophistication visuelle et son style chorégraphié.

Dans les années 1970, il tourne pour la télévision La Stratégie de l'araignée, d'après Borges. Le Dernier Tango à Paris, interprété par Marlon Brando et Maria Schneider, provoque un scandale en Italie[2] à cause d'une relation très sulfureuse entre un homme mûr et une jeune femme, incluant une scène de sodomie et une séquence où le héros insulte le corps de sa femme défunte. Il apparait dans un documentaire en trois parties, Les écrivains italiens et l'Italie des écrivains : ombres et questions, dans Italiques pour parler des relations entre le cinéma et la littérature en 1973 et 1974[3]. Son cinéma à venir se veut fidèle à un certain regard politique. Il reflète en ce sens une vision épique et romanesque mais sans concession de l'histoire italienne (1900, Le Conformiste). La Luna évoque une relation difficile entre une cantatrice et son fils et La Tragédie d'un homme ridicule est une fable pessimiste qui vaut à Ugo Tognazzi le Prix d'interprétation à Cannes en 1981. Bertolucci a été l'invité de l'Été Cinéma des Rencontres cinématographiques de Digne-les-Bains, à l'invitation de Jean-Pierre Castagna, en 1988[4].

Le Dernier Empereur, tourné en grande partie dans la Cité interdite à Pékin, évoque le destin tragique du tout dernier empereur chinois issu de la dynastie mandchoue : Pu Yi, placé sur le trône à l'âge de 3 ans. Triomphe international, le film obtient 9 Oscars dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur en 1988. Il est le premier volet d'une trilogie spirituelle et orientale complétée par Un thé au Sahara[5] et Little Buddha.

Il reçoit, des mains de Gilles Jacob, la palme d'or d'honneur à Cannes en 2011 pour l'ensemble de son œuvre.

Bernardo Bertolucci présida le 43e Festival de Cannes où son jury décerna la Palme d'or à Sailor et Lula de David Lynch[6]. Il fut également président du jury de la Mostra de Venise à deux reprises : la première fois en 1983 (sous sa présidence, le Lion d'or fut attribué à Prénom Carmen de Jean-Luc Godard), et la seconde en 2013 (son jury couronna du Lion d'or le documentaire Sacro GRA de Gianfranco Rosi).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Producteur[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernardo Bertolucci, Études cinématographiques, no 122-126, Paris, Lettres Modernes, Minard, 1979
  • Bertolucci par Bertolucci, entretiens avec Enzo Ungari et Donald Ranvaud, Paris, Calmann-Lévy, 1987
  • Sur Bertolucci, Pierre Pitiot et Jean-Claude Mirabella, Castelnau-le Lez, Climats, 1991
  • Olivier Maillart, « D’une maladie l’autre : Bernardo Bertolucci entre deux idées d’un cinéma révolutionnaire », in Christian Biet et Olivier Neveux (sous la direction de), Une histoire du spectacle militant. Théâtre et cinéma militants 1966-1981, Montpellier, L'Entretemps, 2007.

Liens externes[modifier | modifier le code]