Jacques Deray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jacques Deray, de son vrai nom Jacques Desrayaud, est un réalisateur de cinéma français, né le 19 février 1929 à Lyon, mort le 9 août 2003 à Boulogne-Billancourt. Spécialiste des films policiers, il connut son âge d'or dans les années 1970 en faisant tourner Alain Delon ou Jean-Paul Belmondo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques Deray débute comme acteur dans de petits rôles au cinéma. Devenu assistant en 1953, il travaille notamment avec Gilles Grangier, Luis Buñuel et Jules Dassin. Il aborde la réalisation en 1960 avec Le Gigolo, drame psychologique interprété par Alida Valli et Jean-Claude Brialy. Son deuxième film, Rififi à Tokyo (1963), film policier entièrement tourné au Japon, reçoit une critique très favorable sans pour autant connaître un réel succès public, mais confirme ses qualités d'habile technicien de la mise en scène pour films de genre, en particulier policier.

Il faut attendre 1969 et le sombre drame psychologique La Piscine pour que Deray soit considéré comme un cinéaste populaire de premier ordre et que débutent ses longues collaborations avec l'acteur Alain Delon et le scénariste Jean-Claude Carrière.

Le film suivant, Borsalino, réunit Alain Delon et Jean-Paul Belmondo, qui sont alors les deux vedettes les plus populaires du cinéma français. Évocation de la pègre marseillaise des années 1930, Borsalino connaît un très grand succès populaire. Parmi les autres films notables de Jacques Deray, on compte Flic Story, inspiré de la traque du ganster Émile Buisson par le policier Roger Borniche, Un papillon sur l'épaule, polar kafkaïen mettant Lino Ventura en vedette, et On ne meurt que deux fois, un film noir réunissant Michel Serrault et Charlotte Rampling.

Cinéaste discret, la fin de sa carrière sera considérée par la critique comme décevante et son dernier film L'Ours en peluche, pourtant inspiré d'un livre de Georges Simenon, est particulièrement mal reçu. Deray ne se consacre plus alors qu'à la télévision.

En 1981, il est le président du jury du 34e festival de Cannes.

Jacques Deray était marié depuis le 12 juin 1998 à l'actrice, productrice et ancienne conseillère du CSA, Agnès Vincent Deray, avec qui il a eu une fille, Laurence. Il est enterré au cimetière de Garches[1].

Prix Jacques Deray[modifier | modifier le code]

Créé en 2005 en mémoire de Jacques Deray, vice-président de l'Institut Lumière jusqu'à sa disparition, le Prix Jacques Deray récompense le meilleur film policier de l'année ou un cinéaste distingué dans ce genre. Parmi les premiers lauréats on trouve 36, quai des Orfèvres d'Olivier Marchal, De battre mon cœur s'est arrêté de Jacques Audiard, Ne le dis à personne de Guillaume Canet, Le Deuxième Souffle d'Alain Corneau, ou encore Polisse de Maïwenn (2012).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]