X 4750

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
X 4750
X 4750 en gare de Saint-Dié-des-Vosges.
Identification
Exploitant(s) SNCF/TER
Désignation X 4750 à X 4803
Surnom EAD ou caravelles
Motorisation Diesel
Composition 2 caisses (M+R)
Couplage UM 3 entre eux et avec X 4300 à X 4900
Construction X 4750 : 36 autorails
X 4790 : 7 autorails
Constructeur(s) ANF 1977 - 1978 et 1981
Mise en service 18 avril 1977
Effectif 0
Service commercial 1977/2016
Retrait 1er décembre 2016
caractéristiques techniques rames
Type Rame d'origine Rame modernisée légère Rame modernisée lourde
Longueur:
Masse:
42,480 m
64,5 t
43,480 m
66 t
43,480 m
67,5 t
Caractéristiques techniques
Écartement standard
Carburant gazole
Moteur thermique 1 Saurer S1 DHR
Puissance 440 kW
à 1550 tr/min
Transmission Hydraulique Voith T 420 R
Puissance continue 412 kW
Capacité en carburant 800 ou 1000 L
Largeur 2,888 m
Hauteur 3,740 m
Empattement 15,200 m
Empattement du bogie 2,500 m
Diamètre des roues Ø860
Places assises 133 pl.
Vitesse maximale 140 km/h

[1],[2],[3],[4]

Les X 4750 sont des autorails bicaisses (comportant une motrice et une remorque), 4e série de la famille surnommée « caravelles », appartenant à la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), qui les classifie dans les éléments automoteurs diesel et plus particulièrement des « éléments automoteurs doubles ». Ils ont circulé en service commercial sur le réseau ferroviaire français de 1977 à 2016. Depuis, il reste quelques exemplaires revendus a des associations ou en Roumanie qui circulent encore.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Dès leur mise en service à partir de 1977, leur aménagement intérieur d'origine est anachronique : alors que le standard à l'époque est déjà aux sièges individuels à quatre places de front, les X 4750 sont alors aménagés avec des banquettes à cinq places de front avec des porte-bagages transversaux. Le contraste avec les voitures Corails et le TGV en cours de réalisation est très important.

Ils se différencient de la troisième série, les X 4630, par un moteur plus puissant qui leur permet d'atteindre les 140 km/h, les trois premières séries étant limitées à 120 km/h.

Cette quatrième série a connu deux sous-séries : X 94750 et X 4790. La série des X 94750 est constituée de huit rames postales créées en 1979 et servant au transport du courrier, et qui ont finalement été retransformées en X 4750 pour le transport de voyageurs en 1994. La série des X 4790 est constituée de sept rames voyageurs fabriquées en 1981 (numérotées de X 4790 à 4796) aménagées différemment des X 4750 et financées par la région Basse-Normandie pour la desserte de la ligne Paris - Granville. Ces engins ont perdu leurs spécificités à l'occasion de leur modernisation.

Modernisation[modifier | modifier le code]

Lignes desservies[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

Parc[modifier | modifier le code]

La série des X 4750 a été entretenue par cinq dépôts : Longueau, Metz, Sotteville-lès-Rouen et Nevers.

Situation au 31 décembre 1977[modifier | modifier le code]

  • Longueau (8 engins en service)
  • Sotteville-lès-Rouen (15 engins en service)

(soit un total de 23 engins en service)

Situation au 31 décembre 1978[modifier | modifier le code]

  • Longueau (8 engins en service)
  • Metz (15 engins en service)
  • Sotteville-lès-Rouen (17 engins en service)

(soit un total de 40 engins en service)

Situation au 31 décembre 1986[modifier | modifier le code]

  • Metz (19 engins en service)
  • Sotteville-lès-Rouen (28 engins en service)

(soit un total de 47 engins en service)

Retrait en 2016[modifier | modifier le code]

Les derniers engins du parc sont retirés du service commercial de la SNCF le 1er décembre 2016[réf. nécessaire].

Engins préservés[modifier | modifier le code]

Modélisme[modifier | modifier le code]

Ces autorails ont été reproduits par la firme Jouef et par LS Models.

Galerie de photographies[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Defrance, Le matériel moteur de la SNCF, N.M. La Vie du Rail, 1978
  2. Denis Redoutey, Le matériel moteur de la SNCF, page 289, La Vie du Rail, 2007 (ISBN 978-2-915034-65-3)
  3. Revue bimestrielle Voies Ferrées, Le matériel moteur de la SNCF, en plusieurs articles sur plusieurs numéros par année
  4. Revue mensuelle Rail Passion, État trimestriel du matériel moteur SNCF, un article par trimestre

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Defrance, Le matériel moteur de la SNCF, N.M. La Vie du Rail, 1969 et réédition 1978
  • Denis Redoutey, Le matériel moteur de la SNCF, La Vie du Rail, (ISBN 978-2-915034-65-3)
  • Revue : Olivier Constant, « Encyclopédie du matériel moteur SNCF - Tome 4 : Les autorails des années 1950 à nos jours (2) », dans Le Train
  • Revue : « Les autorails unifiés de la SNCF », tome 4, dans Le Train, no hors-série, 2/1999.
  • Revue : « Les Caravelles, une invincible armada », dans Rail Passion, no hors-série, juillet 2009.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]