X 5000

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
X 5000 (CFC)
Description de cette image, également commentée ci-après
Autorail X 5000 à droite de l'image au dépôt de Bastia. A gauche X 97050, X 2000 sous la halle
Identification
Exploitant(s) SNCF/TER
Désignation X 5001 et 5002
Motorisation 2 moteurs diesel sous caisse
Composition autorail seul ou avec une remorque/pilote
Couplage par 2 unités
Concepteur CFD
Commande 2 unités
Construction 1981 - 1982
Constructeur(s)

CFD - Montmirail ;

caisse : Ets Garnéro à Carros
Transformation Carrosserie repeinte et aménagements intérieurs rénovés
Période de service 1981 - 2015 - (34 ans)
Effectif 0
Service commercial TER
Retrait 2015
Affectation Les deux lignes, Bastia-Ajaccio et Ponte-Leccia à Calvi
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux 2 X 2
Écartement métrique
Carburant gazole
Moteur thermique 2 × diesel MAN sous caisse
Transmission Hydraulique Powershift sur les 2 bogies
Puissance continue 2 × 179 kW
Masse en service 27 t
Largeur 2,580 m
Longueur totale 16,80 m
Bogies 2 freins électromagnétiques entre les essieux sur chaque bogies
Diamètre des roues Ø750
Accès 2 portes de chaque côté aux extrémités
Intercirculation non entre motrice et remorque
Capacité 44 voyageurs
Climatisation non
Vitesse maximale 85 km/h

[1]

Les X 5000 sont des autorails français monocaisse à voie métrique dont la première unité a été livrée en Corse en 1981. Ces 2 autorails ont été commandés pour renforcer les dessertes mais aussi pour pallier le manque de puissance des cinq X 2000 livrés en 1975 et 1976.

Historique[modifier | modifier le code]

Les X 5000 sont issus du perfectionnement de l'autorail du type X 2000, qui furent les premiers autorails neufs commandés et livrés pour le réseau corse depuis les ABH8 de Renault, un quart de siècle auparavant. Malgré les expériences très partagées avec les X 2000, la CFTA en tant que concessionnaire à l'époque du réseau, renouvelle sa confiance au manufacturier CFD à Montmirail. Une commande pour deux unités est passée en 1980, et le X 5001 sort des ateliers en octobre 1981. Il est alors soumis à des essais très complets sur la ligne du Blanc-Argent, sous la direction de la SNCF. Dès leur livraison en Corse, les X 5001 et 5002 sont très appréciés pour leurs qualités. Un important atout est la motorisation diesel portée à deux fois 240 ch (2 × 179 kW), rendant ces autorails capables de tracter enfin les remorques n° 104 et 105 relativement lourdes (13 t). Ces remorques avaient été livrées en 1977 pour les X 2000, mais n'ont guère pu être employées avec ces derniers, à cause d'une puissance et une adhérence trop faible. Or, les X 5000 ne sont pas non plus des exemples de robustesse, et chacun d'eux a très tôt eu une surchauffe des moteurs et un départ de feu du fait de l'insuffisance du refroidissement des deux moteurs. Le X 5002 fut gravement endommagé par un départ de feu et il fallut l'acheminer sur le continent pour une reconstruction quasi complète de la caisse aux établissements Garnero à Carros[2].

Description[modifier | modifier le code]

Les X 5000 reprennent une grande partie des caractéristiques des X 2000 avec une structure monocaisse semblable. Extérieurement, ils s'en distinguent notamment par des faces latérales légèrement modifiées. La caisse est longue de 16,08 m, et la longueur totale est de 16,8 m. L'intérieur accueille deux compartiments voyageurs, l'un de 20 places et l'autre de 28 places assises. Les postes de conduite sont intégrés sans séparation avec le compartiment des passagers. Une vue panoramique est ainsi offerte aux voyageurs sur l'avant. Par contre, la dimension des fenêtres n'est pas adaptée à l'espacement des sièges. Entre les deux compartiments, pas exactement au milieu de la caisse, se trouvent le W.C. et deux petits compartiments techniques. À l'instar des X 2000, les autorails sont initialement munis d'origine de 2 moteurs MAN qui permettent d'atteindre la vitesse maximale de 85 km/h en ligne droite sur le plat. La puissance des 2 moteurs est de 50 % supérieure à celle des X 2000 équipés avec les anciens moteurs SACM/POYAUX montés d'origine , soit 2 × 179 kW, et la tare (poids à vide) est de 27 t au lieu de 18,6 t. La transmission hydraulique est de type Powershift à deux rapports sur les deux bogies moteurs. Le comportement dynamique est amélioré grâce à des nouvelles suspensions. Comme les X 2000, les X 5000 sont équipés pour circulation en unité multiple. Ils sont capables de tracter une remorque XR 104 / 105 en service régulier, sur toutes les lignes du réseau[2].

Dépôt titulaire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Denis Redoutey, Le matériel moteur de la SNCF, page 349, La Vie du Rail, 2007 (ISBN 978-2-915034-65-3)
  2. a et b Pascal Bejui, Les chemins de fer de la Corse, Nice, La Regordane, 1re édition 1987, 162 p. (ISBN 2-906984-00-0), p. 157-158.
  3. a et b « Départ des X5001, X5002 et X2001 », sur train-corse.com (consulté le 28 janvier 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]