BB 1800

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ouest 5000
SNCF BB 1800
Description de cette image, également commentée ci-après
Z 5010.
Identification
Exploitant(s) Ouest puis Etat puis SNCF
Désignation Ouest 5001-5010
État 001-010
SNCF BB 1801-10
Type locomotive-fourgon
Motorisation électrique
Construction 10 locomotives
Constructeur(s) Thomson-Houston-Westinghouse
Livraison 1900
Transformation 1932
Effectif 0
Retrait radiées de 1948 à 1956
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux Bo'Bo'
Écartement standard (1 435 mm)
Alimentation 650 V continu (troisième rail)
Moteurs de traction 4 moteurs DK 80
1500 V continu
Puissance continue 353 kW
Masse en service 51 t
Longueur HT 12,100 m
Largeur 2,813 m
Empattement 7,000 m
Empattement du bogie 2,600 m
Diamètre des roues Ø1,375
Vitesse maximale 80 km/h

Les BB 1800 sont des locomotives-fourgons électriques de la SNCF. Il s'agit des locomoteurs 5000, dits de première série, de la Compagnie de l'Ouest. Ils sont mis en service sous les numéros 5001 à 5010 le sur la ligne Paris-Invalides - Issy-Plaine, prolongée jusqu'à Meudon le puis jusqu'à Versailles R.G. le .

Description[modifier | modifier le code]

Train de banlieue remorqué par un tracteur 5000 en Gare de Viroflay-Rive-Gauche.

Les locomotives possèdent une caisse en bois recouvert de tôle et reposant sur un châssis en acier. Deux grandes cabines de conduite extrêmes qui contiennent également une partie de l'équipement électrique encadrent un vaste fourgon à bagages. Sur chaque face latérale, deux portes permettent d'accéder aux cabines de conduite. Une troisième, roulante, s'ouvre sur le compartiment à bagages[1].

Toutes les unités possèdent quatre moteurs d'une puissance continue de 92 kW mais deux techniques de transmission sont testées : cinq machines disposent d'une transmission à engrenages (société Postel Vinay) et les cinq autres d'une transmission directe (Brown-Boveri). Équipées de frotteurs pour le captage par troisième rail alimenté en 600 V continu, elles n'ont jamais été transformées pour l'alimentation par caténaire 1500 V.

À partir de 1932, les neuf exemplaires restants — la Z 5002, endommagée par un incendie, est radiée dès 1907 — sont modifiés : leurs moteurs sont remplacés par ceux récupérés sur les 18 automotrices de 1re série arrêtées depuis 1927, elles reçoivent un équipement électrique Sprague-Thomson et leur lanterneau de toiture ainsi que les longs marchepieds en bois supprimés[2].

Carrière et services[modifier | modifier le code]

La ligne de Paris-Invalides à Versailles-Rive-Gauche est progressivement électrifiée par troisième rail alimenté en courant continu de 550 puis de 600 V entre le et le [3].

Affectées au dépôt de Paris-Champ-de-Mars dès leur mise en service en 1901[4], les Z 5000 assurent ainsi les premiers services réguliers sur une ligne électrifiée en France[5] et, dès leur mise sen service, leurs performances se montrent très supérieures aux exigences du cahier des charges[1].

Ces machines tractent entre autres de courtes rames de 4 voitures Talbot (3 C et 1 BC pilote) sur la ligne de Puteaux à Issy-Plaine, entre 1937 et au moins 1942.

Immatriculées comme des automotrices Z 5001 à 5010 à leur mise en service, elles sont renumérotées en tant que locomotives BB 001 à 010 en 1932 puis BB 1801 à 1810 en 1950, le numéro deux, correspondant à l'exemplaire prématurément radié n'étant plus attribué[5]. En fin de carrière, leur activité se limite aux manœuvres dans l'enceinte du dépôt et elles sont amorties entre 1948 et 1956. Leurs services en ligne sont repris par des Z 5100.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dupuy 2008, p. 10.
  2. Dupuy 2008, p. 10-11.
  3. Dupuy 2008, p. 7.
  4. Loïc Fieux, « 3e rail Ouest : le premier âge de la banlieu moderne », Correspondances ferroviaires, no 3 hors série « L'art de composer les trains : les automotrices »,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  5. a et b Dupuy 2008, p. 11.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jacques Defrance, Le matériel moteur de la SNCF, La Vie du rail, (1re éd. 1969), 655 p.
  • Jean-Marc Dupuy, Les BB 900/300 : les BB 1800, BB 800, BB 900, BB 301 à 324, BB 325 à 355 : Supplément no 56 à la revue « Le Train », Publitrains, , 98 p. (ISSN 1267-5008). 

Articles connexes[modifier | modifier le code]