262 BD 1

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
PLM 262 BD 1
SNCF 262 DB 1
Description de cette image, également commentée ci-après
Prototype PLM 262 BD 1
Identification
Exploitant(s) PLM puis SNCF
Désignation PLM 262 BD 1 puis
SNCF 262 DB 1
Type locomotive
Motorisation Diesel-électrique
Construction 1 locomotive
Mise en service 1937
Effectif 0 (2005)
Retrait radiées
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux 2'Co2'+2'Co2'
Écartement standard
Carburant gazole
Moteur thermique 2 moteurs diesel à 12 cylindres Sulzer
Masse en service 2x112,8 t
Masse adhérente 2x54 t
Longueur HT 33,05 m
 Capacité en eau 3,25 m3
Empattement rigide 2*4,80 m
Diamètre des roues Ø1500
Vitesse maximale 130 km/h

La 262 BD 1 est une locomotive Diesel-électrique (double articulée) du type 2'Co2'+2'Co2' pour trains de vitesse, construite en France en 1937.

Deux locomotives ayant la même disposition d'essieux mais différentes dans leur motorisation diesel furent commandées en 1935 par les Chemins de Fer PLM : la 262 AD 1 (4 diesel de 6 cylindres M.A.N.) et la 262 BD 1 (2 diesel de 12 cylindres Sulzer).

Elles étaient prévues pour remorquer des trains de voyageurs entre Paris et Menton sans ravitaillement en carburant en cours de route et dans les deux sens, un train rapide de 450 à 600 tonnes à la vitesse commerciale de 100 km/h, dans le cadre des horaires en vigueur à cette époque, avec une vitesse limite portée à 130 km/h sur la majeure partie du parcours.

Ces deux locomotives ont été considérées un temps (entre autres par les autorités militaires) comme une alternative à l'électrification de la ligne de Paris à Lyon.

Leur service, interrompu par la guerre en 1940 (locos remisées à Clermont-Ferrand), s'effectuera finalement entre Paris et Lyon de 1945 à 1950 puis entre Avignon, Marseille et Nice de 1950 à leur retrait du service en 1955.

La sobriété de leur ligne, l'élégance de leur carrosserie réhaussée par une teinte gris clair pour la partie supérieure et bleu roi pour la caisse, furent très remarquées à l'époque. C'était en outre les deux premières machines diesel de route étudiées pour longs parcours en France. L'équipement électrique, la caisse et le châssis provenaient de la Compagnie de Fives-Lille et de la Compagnie des Forges et Aciéries de la Marine et d'Homécourt, entrepreneurs généraux pour la construction. Les deux moteurs diesel ont été construits sous licence Sulzer par la CCM dans ses usines de Mantes.

Signalons la célèbre locomotive (à double caisse) avec 2 moteurs Sulzer à 12 cylindres, construite en 1938 pour les chemins de fer roumains. Par contre elle était de type 2D1+1D2, d'un poids de 230 tonnes et avait une vitesse maximale de 100 km/h.

Plan des 262 AD 1 et BD 1

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

  • Capacité en combustible : 7 t
  • Huile : 1,44 t
  • Vitesse limite : 130 km/h (rapport d'engrenage 1=2.81)
  • 2 moteurs Sulzer type 12-LDA-31 à 12 cylindres (2 rangées de 6 cylindres verticaux de 310x390 et deux vilebrequin couplés par engrenages) suralimentés par turbo-soufflante Rateau à 4 régimes de marche et fournissant chacun une puissance variable de 750 à 2200 ch (puissance continue 1900 ch x 2).

Modélisme[modifier | modifier le code]

La 262 DB 1 a été reproduite à l'échelle HO par l'artisan Locoset Loisir (Artmetal-LSL) sous forme de kit à monter.

Source[modifier | modifier le code]

  • Vauquesal-Papin, Locomotives d'hier et d'aujourd'hui Éditions des Arts et Manufactures - Paris 1958.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]