Z 3800

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Z 3800
Description de cette image, également commentée ci-après
Automotrice de ramassage Z 3800.
Identification
Exploitant(s) État puis SNCF
Désignation État Z 23801-805
SNCF Z 3801-3805
Surnom les rouges
Type Automotrice électrique
Motorisation Électrique
Composition 1 caisses (M)
Couplage UM entre elles
Construction 5 automotrices
Constructeur(s) Somua-Alsthom-Oerlikon 1937
1938
Effectif 0 (01/01/2010)
Retrait radiées en 1975
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux Bo'Bo'
Écartement standard mm
Alimentation continu 1,5 kV
Moteurs de traction 4 moteurs EM3C Oerlikon 750 V
Puissance continue 750 kW
Masse en service 39,4 t
Longueur HT 23,760 m
Capacité 112 p.
Places assises 2e seul.: 78 pl.
Vitesse maximale 140 km/h

Les Z 3800 sont des automotrices électriques construites en cinq exemplaires par le réseau de l'État. Elles servaient comme « automotrice de ramassage », assurant une collecte locale de passagers avant le passage d'un Express ou d'un Rapide, sur la ligne Paris-Le Mans, nouvellement électrifiée.

Conception[modifier | modifier le code]

Le concept même de ces automotrices, inspiré par Raoul Dautry, était de permettre l'insertion de circulations omnibus sur une ligne au trafic très chargé. Leurs capacités d'accélération (1,1 m/s2) leur permettaient de passer de 0 à 140 km/h en 72 s.

Afin de pouvoir répondre aux pointes de fréquentation, les « Rouges » (puisque tel est leur surnom) étaient couplables par trois. Une quatrième automotrice pouvait même être ajoutée (en remorque pour limiter les appels de courant dans la caténaire lors du démarrage).

Plan de la Z 3800.

Dépôts titulaires[modifier | modifier le code]

Lors de sa carrière, la série a d'abord été rattachée au dépôt de Montrouge, à celui de Chartres puis enfin au Mans. Aucun exemplaire de la série n'a été sauvegardé.

Modélisme[modifier | modifier le code]

Les Z 3800 ont été reproduites à l'échelle HO par l'artisan ApocopA sous forme de transkit (caisse en résine à monter sur un châssis de son choix) et par les Éditions Atlas (modèle statique en plastique), n°2 de la collection "Automotrices des réseaux français".

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Defrance, "Le matériel moteur de la SNCF", N.M. La Vie du Rail, 1969 et réédition 1978

Voir aussi[modifier | modifier le code]