Y 7400

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Y 7400 (SNCF)
Description de cette image, également commentée ci-après
Le Y 7832 à Neussargues.
Identification
Exploitant(s) SNCF
Désignation Y 7001 et Y 7401-7888
Type locotracteur
Motorisation Diesel
Couplage non
Construction 489 locotracteurs
Constructeur(s) Decauville/De Dietrich et Cie/Moyse
Mise en service 488+1 de 1963 à 1972
Effectif 21 le (21/01/2016)
Service commercial SNCF, Ministère de la Défense
Affectation Infra/Materiel
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux B'
Écartement standard
Carburant gazole
Moteur thermique 1 moteur Poyaud 6 PYT / SG 152 kW (thermique)
Transmission mécanique avec coupleur hydraulique
Puissance continue 152 kW
Capacité en carburant 400 L
Masse en service 32 t
Longueur 8,940 m
Largeur 2,870 m
Hauteur 3,868 m
Empattement 3,685 m
Diamètre des roues Ø1050
Vitesse maximale 60 km/h

[1],[2],[3],[4]

Les Y 7400 constituent l'une des plus importantes série unifiée de locotracteurs de la SNCF, avec 488 exemplaires. Mis en service par la SNCF de 1963 à 1972, les 120 premiers ont été construits par Decauville, 105 par De Dietrich et 263 par Moyse[5]. Ils ont été conçus pour effectuer les manœuvres dans les dépôts et les gares de triages mais aussi pour la desserte de petites lignes à faible trafic.

Ils ont été affectés dans l'ensemble des dépôts répartis sur l'ensemble du territoire national français.

Description technique[modifier | modifier le code]

Le moteur Poyaud offre une puissance utilisable de 152 kW, avec une vitesse nominale à 1 500 tr/min et un ralenti réglé à 550 tr/min. Le refroidissement se fait par circulation d'eau.

Un coupleur hydraulique est fixé sur le volant du moteur, relié par un arbre à cardan à la boîte de vitesse "Asynchro" CFD. Ensuite, un arbre à double cardan et un inverseur-réducteur transmettent l'effort de traction à deux chaînes entraînant les deux essieux.

L'équipement pneumatique (réservoirs principaux et auxiliaires, triple valve...) est situé dans le petit capot arrière.

La réserve à combustible est constituée de deux réservoirs communicant de 200l chacun, totalisant 400l de réserve.

Les locotracteurs Y 7401 à 7703 sont équipés de boîtes d'essieux à coussinets, tandis que les Y 7704 à 7888 sont équipés de boîtes à rouleaux. [6]

Le Y 7001 est le prototype de la série et est issu du Y 7192.

Cabine de conduite[modifier | modifier le code]

La cabine possède deux postes de conduite, à gauche et à droite, un pupitre central sur la paroi avant et une armoire sur la paroi arrière. Le pupitre central se compose :

  • D'un levier d'accélération-freinage indépendant, présent de part et d'autre du pupitre.
  • D'un levier de changement de marche, présent de part et d'autre du pupitre. Le levier de gauche permet aussi l'arrêt ou le lancement du moteur.
  • D'une boite à leviers (de gauche à droite : interrupteur général, chauffage cabine, phare avant gauche, droit, éclairage moteur, cabine, pupitre, phare arrière droit, gauche).
  • D'un bouton-poussoir démarreur.
  • D'un bouton-poussoir d'enclenchement de la boîte de vitesses, présent de part et d'autre du pupitre.
  • D'un interrupteur marche-arrêt de la boîte de vitesses.
  • D'un interrupteur marche-arrêt du ventilateur (celui-ci fonctionne en automatique, l'interrupteur est là pour l'activer manuellement en cas de défaillance)
  • D'indicateurs (pression d'huile moteur, température huile moteur et eau, pression cylindre de frein, température boîte de vitesses, compte-tours, ampèremètre batterie, horomètre)
  • Un levier marche-arrêt de la batterie, situé en bas à gauche du pupitre.

L'indicateur de pression de la conduite principale et de pression des réservoirs principaux se situe soit au dessus du pupitre, au centre, soit sur la paroi avant côté gauche. Les commandes d'avertisseur sonore et des sablières sont placées sur les parois latérales. Un robinet de frein continu est présent au poste de conduite gauche. Le volant de frein à main est situé sur la paroi arrière, côté droit.

Une vue de la cabine du Y7771, préservé par le Chemin de Fer de Vendée.

Le passage des vitesses en montée comme en descente peut se faire soit grâce à un groupe de deux boutons poussoirs (montée-descente) situé de part et d'autre du pupitre, soit en plaçant le levier d'accélération-freinage indépendant à fond vers l'arrière, enclenchant un contacteur et passant les vitesses en montée (moteur à 1 300 tr/min ou plus) ou descente (moteur sous les 1 300 tr/min). Il est bon de noter que la "première vitesse" par défaut est en réalité la deuxième vitesse. La véritable première vitesse étant réservée aux démarrages difficiles par fort tonnage, et s'obtient en appuyant sur le bouton poussoir "descente". Un voyant jaune sur le pupitre signale lorsque le locotracteur est en deuxième vitesse, et lorsque le locotracteur passe sous les 10km/h en "ralentit-débrayé" (levier d'accélération-freinage placé au centre, en position neutre) la boite de vitesse revient automatiquement en deuxième vitesse.[6]

Critique[modifier | modifier le code]

Les Y7400 furent assez décriés pour leur transmission manquant de souplesse, rendant souvent les démarrages brutaux et les changements de vitesses pouvaient donner quelques à-coups désagréables. La plupart des cheminots préféraient les Y7100 à transmission hydraulique beaucoup plus souple et progressive, ce qui a valu à ces derniers d'avoir une carrière un peu plus longue que les Y7400.

Dépôts titulaires[modifier | modifier le code]

  • STF Thionville : 21

Modélisme[modifier | modifier le code]

Ce locotracteur a été reproduit en HO par les artisans Carmina, Atmofer 87, Model Loco et par la firme industrielle LS Models, en N par Transmondia et HFR160, en 0 par AMJL et L'Obsidienne[7].

Engins préservés[modifier | modifier le code]

Le Y 7581 préservé sur le Chemin de fer touristique du Haut Quercy.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Defrance, Le matériel moteur de la SNCF, N.M. La Vie du Rail, 1978
  2. Denis Redoutey, Le matériel moteur de la SNCF, page 267, La Vie du Rail, 2007 (ISBN 978-2-915034-65-3)
  3. Revue bimestrielle Voies Ferrées, Le matériel moteur de la SNCF, en plusieurs articles sur plusieurs numéros par année
  4. Revue mensuelle Rail Passion, État trimestriel du matériel moteur SNCF, un article par trimestre
  5. Loïc Fieux, « Caractéristiques techniques - Y 7100 et 7400 », Ferrovissimo, no 8,‎ , p. 12
  6. a et b SNCF, Locotracteurs Série Y 7400 - Manuel de conduite et d'entretien, , 58 p.
  7. Jean-Paul Quatresous, « Modélisme : indispensables Yoyo », Ferrovissimo, no 8,‎ , p. 47-49

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Defrance, "Le matériel moteur de la SNCF", N.M. La Vie du Rail, 1969 et réédition 1978
  • Denis Redoutey, "Le matériel moteur de la SNCF", La Vie du Rail, (ISBN 978-2-915034-65-3)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]