030 DC

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
030 DC
Description de cette image, également commentée ci-après
Plan du 030 DC 2.
Identification
Exploitant(s) SNCF
Désignation 030 DC 1 à 2 puis
C 60002
Type Locotracteur
Motorisation Diesel
Construction 1 locomotive
Constructeur(s) SNCF, atelier de Quatre-Mares
Mise en service 1950
Retrait 030 DC 1 :1957
C 60002 : 1963
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux C
Écartement standard
Carburant gazole
Transmission hydromécanique
Longueur 9,440 m
Largeur 3,124 m
Hauteur 4,225 m
Empattement 4,200 m
Diamètre des roues Ø1400
Vitesse maximale 60 km/h
30 DC 1
Moteur thermique 1 moteur Renault suralimenté
Puissance continue 280 kW
380 ch
30 DC 2
Moteur thermique 2 moteurs Renault
de 300 ch
Puissance continue 440 kW
600 ch
Masse en service 51 t

Les 030 DC sont deux locotracteurs prototypes de la SNCF, à trois essieux moteurs, numérotés 1 et 2, construits en 1950 et retirés du service en 1957 et 1963. Le second engin fut renuméroté C 60002.

Description[modifier | modifier le code]

Construits à l'époque de la diésélisation par l'atelier de Sotteville Quatre-Mares, ces locotracteurs étaient conçus pour être les plus économiques possible.

Dans cet objectif, leur châssis et leur caisse ne comprennent aucune pièce de fonderie importante. De plus, ces engins comportaient des moteurs Diesel rapides (1 500 tr/min), moins chers que les moteurs ferroviaires lents utilisés jusque-là. Enfin, la transmission innovait elle aussi avec pour la première fois un embrayage fluide construit par les ateliers sur la base de coupleurs hydrauliques Ferrodo[1] La suite de la chaine de transmission mérite d'être citée : après la boîte de vitesses, une vis sans fin entraine une roue montée en faux essieu. Cette roue entraine l'essieu central par parallélogramme de biellettes, en bout d'essieu. Les deux essieux extrêmes sont entrainés par chaines.

Deux prototypes ont été construits :

  • le 030 DC 1 ne disposait que d'un seul moteur Renault suralimenté de 380 ch. Ce locotracteur a effectué sa carrière à Dijon, mais son manque de puissance a précipité son retrait dès 1957[2].
  • le 030 DC 2 disposait de deux moteurs Renault de 300 ch. Sa carrière s'est déroulée jusqu'en 1963 autour de la gare d'Alençon. Il a été renommé C 60002 en 1962.

Modélisme[modifier | modifier le code]

Le C 60002 a été reproduit en HO par les artisans suivants :

  • Socrate, sous forme de kit à monter en arcap,
  • l'Obsidienne, sous forme de transkit en résine à monter sur un châssis de C 61000 Jouef.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notre Métier
  2. Trains Europe : 030 DC 1 & 2 (et non 030 DA)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]