BB 4200

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
BB 4200 (Midi / SNCF)
alt=BB 4224 a la Gare  de Paris-Lyon, 1992.
BB 4224 a la Gare de Paris-Lyon, 1992.
identification
Exploitant(s) Midi puis SNCF
Désignation E 4201-4250 Midi
puis BB 4201-4250
Surnom BB Midi
Type locomotive électrique
Construction 50 locomotives
Constructeur(s) Constructions Électriques de France (Tarbes)
Mise en service 1934-1935
Retrait 1997
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux Bo'Bo'
Écartement standard
Captage pantographes
Tension ligne de contact 1500 V
 Tension moteurs 1.5 kV
Moteurs de traction 4 moteurs M1 Alsthom
Puissance continue 1211 kW
Masse totale 80 t
Longueur totale 11,850 m
Vitesse maximale 75 km/h

Les BB 4200 sont une série d'anciennes locomotives électriques de la Compagnie du Midi, intégrées aux effectifs de la SNCF à la nationalisation de 1938. Elles sont identiques aux 17 BB 4700 commandées en même temps à l'exception du rapport de réduction de la transmission. Elles ont d'ailleurs fait l'objet de modifications croisées entre les deux séries.

Construites à 50 exemplaires par les Constructions électriques de France à Tarbes et livrées en 1934-1935, elles constituent la cinquième tranche des BB Midi. La totalité de la série a été radiée des effectifs du matériel moteur de la SNCF.

Description[modifier | modifier le code]

Conception[modifier | modifier le code]

Services effectués[modifier | modifier le code]

Dépôts titulaires[modifier | modifier le code]

Les BB 4200 sont d'abord livrées au dépôt de Tarbes. Puis elles sont mutées au dépôt de Béziers. En 1980, elles sont mutées à Bordeaux. En 1983, l’effectif des 4200 se répartit entre huit dépôts : Paris-Sud-Ouest, Toulouse, Montrouge, Les-Aubrais, Tarbes, Bordeaux, Tours et Limoges[1]

Machines conservées (2010)[modifier | modifier le code]

Modélisme[modifier | modifier le code]

Les BB 4200 ont été reproduites en HO par l'artisan Amf87 sous forme de transkit en résine à monter sur une locomotive Roco type BB 4100/4600 ou BB 900.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aurélien Prévot, « BB 900, BB 4200 et BB 4700 : des boîtes à ozone sous la loupe », Ferrovissimo, n°28, Décembre 2008, Auray, LR Presse, pages 2-32

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : source utilisée pour la rédaction de cet article.

  • Jacques Defrance, Le matériel moteur de la SNCF, N.M. La Vie du Rail, 1969 et réédition 1978
  • Aurélien Prévot, « BB 900, BB 4200 et BB 4700 : des boîtes à ozone sous la loupe », Ferrovissimo, n°28, Décembre 2008, Auray, LR Presse, pages 2-32 Document utilisé pour la rédaction de l’article : source utilisée pour la rédaction de cet article.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]