Z 4000

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Z 4000 (PO / SNCF)
Description de cette image, également commentée ci-après
Automotrice PO Z 23021 à 23027, future SNCF Z 4000.
Identification
Exploitant(s) PO puis SNCF
Désignation PO AE 1-7
PO Z 23021 à Z 23027
SNCF Z 4001 à Z 4007
Type Automotrice
Motorisation Électrique
Composition 1 caisse
Couplage UM possible
Construction 1904-1905
Transformation 1934
Constructeur(s) Ateliers PO, SACM, CEM, Westinghouse, Oerlikon
Nombre 7
Retrait 1971
Caractéristiques techniques
Écartement standard
Captage pantographes
Tension ligne de contact 1500 V
Moteurs de traction 2 moteurs Schneider puis Westinghouse
Puissance continue 368 puis 167 kW
Masse totale 41,4 t
Longueur totale 21,250 m
Vitesse maximale 65 km/h

Les Z 4000 sont une série d'anciennes automotrices électriques de la SNCF héritées du PO.

Automotrice PO AE 1 à l'époque du 3e rail.

Les automotrices PO AE 1 à 5 ont été mises en service en 1904 pour l'électrification en 600 V par 3e rail de la ligne de Paris-Austerlitz à Juvisy. Les AE 6 et 7 les ont renforcées en 1907. Comme les E 1 à 13, elles disposaient d'un petiot pantographe pour la ligne de contact en haut de tunnel de la liaison Quai d'Orsay - Paris-Austerlitz. Elles remorquaient des trains de banlieue composés de voitures à essieux et portières latérales, une en tête, une en queue, ce qui faisait 3 rames plus une automotrice en réserve.

Lors de l'électrification en 1 500 V par caténaire en 1926, elles ont été démotorisées et ont servi de remorques aux navettes voyageurs Tours - Saint-Pierre-des-Corps et Orléans - Les Aubrais.

Elles ont été équipées de pantographes et remotorisées dans les années 1930 pour être affectées aux mêmes services aux navettes Tours - Saint-Pierre-des-Corps et Orléans - Les Aubrais, en remorquant à leur tour d'anciennes automotrices Purrey à vapeur démotorisées (AV 1 à 7)[1].

L'une d'elles a été détruite pendant la guerre. Les 6 autres ont continué ce service avec des voitures à 2 essieux modernisées ou non. Elles ont reçu une livrée bicolore[Quand ?] et perdu leur lanterneau[Quand ?]. Chassées par l'arrivée des Z 4300 (en 1966 ?), elles seront affectées à des navettes ouvrières à Tours et Toulouse avec des voitures à essieux marquées MT.

Elles seront réformées de 1967 à 1971. Les Z 4001 et 2 ont été utilisées pour tester la technologie des thyristors sur la liaison Brétigny - Dourdan en 1971.

La Z 4001, d'abord préservée pour la cité du train de Mulhouse, sera finalement détruite en 1995.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]