BB 1002-1003

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
BB 1002-1003 (SNCF)
Description de l'image Defaut 2.svg.
Identification
Exploitant(s) SNCF
Désignation BB 1002-1003
Type locomotive électrique
Motorisation électrique
Construction 2 locomotives
Constructeur(s) AEG
Livraison 1941 1954 (modification SNCF)
Effectif 0
Retrait radiées en 1969
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux Bo'Bo'
Écartement standard
Alimentation continu 1,5 kV
Pantographes 1
Moteurs de traction 4 moteurs
Puissance continue 680 kW
Masse en service 75 t
Longueur HT 13,300 m
Empattement 5,010 m
Empattement du bogie 2,400 m
Diamètre des roues Ø1,250
Vitesse maximale 60 puis 50 km/h

Les BB 1002 et 1003 sont deux locomotives électriques de manœuvre de la SNCF.

Construites en 1941 par AEG pour une entreprise japonaise mais confisquées par la France au titre des prises de guerre, elles sont utilisées de 1954 à 1969, après transformation, sur les chantiers de la gare d'Austerlitz.

Histoire et carrière[modifier | modifier le code]

Les deux locomotives sont construites par AEG en 1941, pendant la Seconde Guerre mondiale et destinées à la société japonaise Okura & Compagnie. Bloquées dans le port de Bordeaux comme prises de guerre, elles restent sans utilisation jusqu'en 1954, date à laquelle s'achève, dans les ateliers de Vitry-sur-Seine, leur transformation pour la circulation sur le réseau français[1].

Elles servent durant toute leur carrière sur le réseau Sud-Ouest en banlieue parisienne, aux ateliers de Paris-Sud-Ouest, principalement affectées à la manœuvre des rames de voyageurs et des trains de marchandises autour de la gare d'Austerlitz[2].

La BB 1002 et la BB 1003 sont radiées respectivement le et le [2].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Un châssis supporte une cabine de conduite unique en position centrale encadrée de deux capots renfermant l'appareillage électrique et pneumatique. Sur le toit de la cabine est fixé un pantographe servant au captage du courant[3].

Leur vitesse maximale, initialement fixée à 60 km/h, est ensuite ramenée à 50 km/h[4].

Modélisme[modifier | modifier le code]

La BB 1002 a fait l'objet d'une reproduction à l'échelle HO sous forme de kit (en laiton à monter) par l'artisan Locoset Loisir (Artmetal-LSL).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Constant 2006, p. 10.
  2. a et b Constant 2006, p. 11.
  3. Constant 2001, p. 10.
  4. Constant 2001, p. 11.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Olivier Constant, « Encyclopédie du matériel moteur SNCF », Le Train, Publitrains, t. 1 « Les locomotives à courant continu 1 500 V »,‎ (ISSN 1296-5537)

Articles connexes[modifier | modifier le code]