CC 25000

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le chemin de fer
Cet article est une ébauche concernant le chemin de fer.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

CC 25000 (SNCF)
Dessin de CC 25000.

Dessin de CC 25000.

Identification
Exploitant(s) SNCF
Désignation CC 25001 à 25009
Type locomotive électrique
Construction 1955 à 1958
Constructeur(s) Batignolles-Châtillon,Oerlikon
Nombre 9 locomotives
Retrait 1971 à 1979
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux Co'Co'
Écartement standard mm
Alimentation continu 1,5 kV
monophasé 25 kV 50 Hz
Captage 2 pantographes
Moteurs de traction 6 moteurs 16 WB 88 A 250 V monophasé
Puissance continue :
 • sous 1,5 kV :
 • sous 25 kV :

300 kW
3060 kW
Masse totale 106 t
Longueur totale 17,250 m
Vitesse maximale 100 km/h

Les CC 25000, construites en France sous licence suisse SLM, constituent une petite série de neuf locomotives électriques 25001 à 25009 dérivant directement de la CC 20001. À l'origine, elles ont toutes été basées au dépôt d'Annemasse, en Haute-Savoie.

Description[modifier | modifier le code]

Les 25001 à 25004 ont été commandées en 1953, les 25005 à 25007 en 1954 et les 25008 et 25009 en 1955. Les 7 premières furent livrées de décembre 1955 à septembre 1956 et les 2 dernières en août et octobre 1958.

Elles ont circulé sur la ligne Aix-les-Bains - La Roche-sur-Foron et sur la ligne Annemasse - Saint-Gervais.

En 1971, la CC 25002 fut victime d'un tamponnement et radiée. Les 8 autres furent mutées au dépôt de Chambéry au cours de l'hiver 1972/1973. Les 25004 et 25007 furent réformées en 1973, les 25003, 25005 et 25009 le furent en 1975/1976, les 25001 et 25006 en 1977, la dernière la 25008 à la fin de 1979.

Elles ont été pour la plupart ferraillées à Culoz. L'une d'entre elle, la CC 25001 est préservée à Chambéry.

Modélisme[modifier | modifier le code]

Les BB 25000 ont été reproduites en HO par la firme ApocopA sous forme de transkit (caisse en résine à monter sur un châssis de son choix).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger Kaller, Jean-Marc Allenbach, Traction électrique, volume 2, Presses polytechniques et universitaires romandes, 1995. (ISBN 2-88074-275-7)
  • Patricia et Pierre Laederich, André Jacquot et Marc Gayda, Histoire du réseau ferroviaire français, Éditions de l'Ormet à Valignat (03), 2000. (ISBN 2-906575-22-4)
  • Jean-Marc Dupuy, Les électrifications de la SNCF - Tome 1 : Le monophasé des origines à 1962 (Savoie, Nord-Est-Jura), hors série Le train n° 41, janvier 2005.
  • Olivier Constant, « Encyclopédie du matériel moteur, Tome 8 : Les locomotives bicourant, bifréquence et polytension (1ère partie) », (dont CCC 25000 p.22 à 25), hors série Le Train, 2011, (ISSN 1296-5537).


Galerie Photos[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]