X 52100

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
X 52100
Description de cette image, également commentée ci-après
X 52103 du Musée du Chemin de Fer Français à Mulhouse.
Identification
Exploitant(s) PLM > SNCF
Désignation PLM ZZ P 10 à 19
SNCF X 52101 à 52110
Surnom Nez de Cochon
Type autorail
Motorisation Diesel
Composition M
Conception SNCF
Construction 1945
Constructeur(s) Decauville
Nombre 10 autorails
Effectif 0
Caractéristiques techniques
Écartement standard
Carburant gazole
Moteur thermique deux moteurs Saurer de 300 ch
Transmission électrique
Bogies 2

Les autorails X 52100 de la SNCF sont des autorails construits par Decauville, commandés par la SNCF qui s'est inspiré des ZZ P 1 à 9 du PLM (futurs X 52000), premiers autorails diesels-électriques de France. Immatriculés dans la série XDC 2101 à 2110, ils seront modifiés et deviendront X 52101 à 52110 en 1952 et feront toute leur carrière au dépôt de Grenoble.

Description[modifier | modifier le code]

Construits par les Établissements Decauville, ils sont dotés d'une transmission électrique et de deux moteurs Saurer de 320 CV chacun, placés transversalement aux extrémités, derrière les cabines de conduite, entraînant une génératrice. Ils sont livrés à la SNCF en 1945 et reçoivent la livrée rouge et le toit crème de la SNCF, puis voient leur toiture peinte en rouge à la fin des années 1960.

Ils seront reformés en 1973, le dernier trajet ayant lieu le 10 juin entre Grenoble et Vif aller/retour, pour un voyage d'adieu organisé par l'Association des Modélistes Ferroviaires de Grenoble (AMFG) avec les XABDP 52006 et XABDP 52101 encadrant deux remorques Decauville[réf. nécessaire]. L'X 52101 aura parcouru 1,320 859 km au cours de sa carrière, selon les archives du dépôt de Grenoble[réf. nécessaire].

Deux séries d'autorails seront construites :

  • X 52001 à 52008 (46 t, 320 ch, 2 moteurs Saurer BZDS-B V 12) ;
  • X 52101 à 52110 (41 t, 300 ch, 2 moteurs, 65 places, soute à bagages 1,5 t, vitesse 110 km/h).

Services effectués[modifier | modifier le code]

Dépôt d'attache[modifier | modifier le code]

Ces autorails ont effectué toute leur carrière au Centre Autorails de Grenoble (annexe du dépôt de Grenoble) de 1945 à 1973.

Conditions d'exploitation[modifier | modifier le code]

  • Ces autorails pouvaient tracter 1 à 3 remorques. Ils ont circulé sous le régime de marche à vue en train mixte voyageurs-marchandises avec de un à cinq wagons de marchandises.
  • Ils pouvaient circuler en jumelage avec les X 52000, les X 2400 ou les X 4200, chaque engin conservant son conducteur.

Matériel préservé[modifier | modifier le code]

Rénové par les Ateliers de Bordeaux, l'autorail X 52103 est préservé au Musée français du chemin de fer à Mulhouse[1]. Il a été présenté également lors d'une exposition de matériel ferroviaire en gare de Lyon-Perrache en 2009.

Modélisme[modifier | modifier le code]

Ces autorails ont été reproduits en HO par les artisans DutDut productions et Apocopa (kits résine à monter et à peindre), par RPI/Sésam Rail (kit laiton/résine pré-peint à monter), ainsi que par les Éditions Atlas (reproduction statique) dans le cadre de la collection "Michelines et Autorails".

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Livre : Le matériel moteur de la SNCF, par Jacques Defrance, Éditions N.M. à Paris, paru en 1969.
  • Revue : "Voies Ferrées", "La saga des Nez de cochon" sur Les Autorails Decauville des séries X 52000 et X 52100 du Centre Autorails de Grenoble, avec article de William Lachenal paru pages 6 à 16 dans le n° 1 de septembre-octobre 1980.
  • Livre : L'Etoile de Veynes, Presses et Éditions Ferroviaires à Grenoble, en 2002.
  • Revue : "Connaissance du Rail", Autorails : les Decauville diesel-électriques sur Les Autorails Decauville des séries X 52000 et X 52100 du Centre Autorails de Grenoble, avec article de William Lachenal paru pages 26 à 33 dans le n° 364-365 de juillet-août 2011.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Olivier Constant, Encyclopédie du matériel moteur SNCF : Supplément à la revue « Le Train », vol. 3 : Les autorails depuis 1938 (1re partie), Publitrains, , 98 p. (ISSN 1267-5008), p. 59.

Galerie photos[modifier | modifier le code]