Gare de Tergnier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tergnier
Image illustrative de l’article Gare de Tergnier
Le bâtiment voyageurs et l'entrée de la gare.
Localisation
Pays France
Commune Tergnier
Adresse Place Vaucanson
02700 Tergnier
Coordonnées géographiques 49° 39′ 33″ nord, 3° 17′ 51″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services Intercités, TER Hauts-de-France
Caractéristiques
Ligne(s) Amiens à Laon
Creil à Jeumont
Voies 8
Quais 5 (dont 4 centraux)
Altitude 56 m

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Tergnier

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Tergnier

Géolocalisation sur la carte : Aisne

(Voir situation sur carte : Aisne)
Tergnier

La gare de Tergnier est une gare ferroviaire française des lignes de Creil à Jeumont et d'Amiens à Laon, située sur le territoire de la commune de Tergnier, dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des trains de grandes lignes (Intercités) et des trains régionaux (TER Hauts-de-France).

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 56 m d'altitude, la gare de Tergnier est une gare de bifurcation[1] située au point kilométrique (PK) 130,878 de la ligne de Creil à Jeumont, entre les gares de Viry-Noureuil et de Mennessis. Elle est également située au PK 78,813 de la ligne d'Amiens à Laon entre les gares voyageurs de Mennessis et de La Fère.

Elle dépend de la région ferroviaire d'Amiens. Elle dispose de huit voies à quai (1, 2, 3, 4, 8, 6, 10 et 12) et 5 quais dont 4 centraux d'une « longueur continue maximale » (longueur utile) : de 309 m pour le quai 1 (voie 12), 258 m pour le quai 2 (voies 10 et 12), 373 m pour le quai 3 (voies 6 et 8), 414 m pour le quai 4 (voies 4 et 2) et 343 m pour le quai 5 (voies 1 et 3)[2].

Les quais et voies en direction de Saint-Quentin
Les quais et voies en direction de Saint-Quentin.

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare, le buffet et la passerelle, avant la Première Guerre mondiale
La gare au début du XXe siècle
Intérieur de la gare au début du XXe siècle

En 1867, le rapport[1] du jury de l'exposition universelle, cite la gare de Tergnier comme l'exemple montrant l'importance d'une gare de bifurcation située dans une « localité sans importance ». La gare dispose d'une gare voyageurs avec un grand bâtiment dédié avec buffet et deux quais équipés d'une marquise, une grande gare de transbordement, de nombreuses voies de garages, un dépôt de locomotives avec une remise pouvant recevoir 60 machines et un atelier de réparation.

Le 8 novembre 1918, la délégation allemande[3] prend un train spécial, à 3 h 45 du matin, pour rejoindre, par la gare de Rethondes, l'épi de tir de Rethondes où va être signé, dans un wagon, l'armistice.

En 1921, est créée[4] une « cité-jardin » destinée au logement des 4 300 cheminots employés aux diverses activités ferroviaires présentes sur le site de la gare, notamment le triage et les ateliers de réparation.

En 1944, la gare est la cible[5] des bombardiers américains ; le bombardement du 9 février fait 23 morts et celui du 11 février provoque 40 morts et 140 blessés.

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare[6] SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichet, ouvert tous les jours. Elle est équipée d'automates pour l'achat de titres de transport. C'est une gare « Accès Plus » disposant d'aménagements et de services pour les personnes à la mobilité réduite.

Un souterrain permet l'accès aux quais, le quai 4 est également accessible par une passerelle.

Desserte[modifier | modifier le code]

Tergnier est desservie[6] par des trains Intercités et TER Hauts-de-France (lignes de Laon à Amiens, de Paris-Nord à Saint-Quentin ou Cambrai — les week-ends et jours fériés —, et de Tergnier à Busigny — un aller quotidien, en semaine —). En 2009, la fréquentation de la gare était de 1 721 voyageurs par jour[7].

Par ailleurs, le diocèse de Soissons affrète une rame TGV à l'occasion du pèlerinage annuel à Lourdes.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un parking pour les véhicules est aménagé[6].

Gare de triage[modifier | modifier le code]

Le site de la gare de Tergnier dispose d'un « faisceau de triage[8] ».

Tramway Tergnier Saint-Gobain[modifier | modifier le code]

La ville de Tergnier était reliée[9] par un tramway à Saint-Gobain et à Anizy-le-Château (gare d'Anizy-Pinon).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Michel Chevalier, Exposition universelle de 1867: Rapports du jury international, Volume 9, Dupont, 1868, p. 532 lire en ligne (consulté le 30 juin 2010).
  2. Réseau Ferré de France (RFF), Document de référence du réseau ferré national : annexe 7.2, liste des quais, 2012 p. 80 pour télécharger le document pdf (Consulté le 9 octobre 2011)
  3. Site Rethondes, histoire : armistice lire en ligne (consulté le 30 juin 2010).
  4. Patrick Dieudonné, Villes reconstruites: du dessin au destin : actes du deuxième Colloque international des villes reconstruites, L'Harmattan, 1994 (ISBN 9782738426055) p. 221 « L'ancienne cité-jardin, créée en 1921, abritait les 4 300 cheminots employés à la gare de triage et aux ateliers de réparations générales de la gare de Tergnier »
  5. Régine Torrent, La France américaine: controverses de la libération, Lannoo Uitgeverij, 2004 (ISBN 9782873863784) p. 32 lire en ligne (consulté le 30 juin 2010).
  6. a b et c Site SNCF TER Hauts-de-France, Informations pratiques sur les gares et arrêts : Gare de Tergnier lire (consulté le ).
  7. résumé de la ligne
  8. Site communauté de communes Chauny - Tergnier (CCCT), Plate-Forme Multimodale lire en ligne (consulté le 30 juin 2010).
  9. Site musée de Saint-Gobain, Saint-Gobain : Géographie lire en ligne (consulté le 30 juin 2010).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Cambrai-Ville
ou Saint-Quentin
Saint-Quentin Intercités Chauny Paris-Nord
Saint-Quentin Saint-Quentin TER Hauts-de-France Chauny Paris-Nord
Busigny Montescourt TER Hauts-de-France Terminus Terminus
Saint-Quentin Mennessis TER Hauts-de-France Viry-Noureuil
ou Chauny
Compiègne
Amiens Ham (Somme)
ou Mennessis
TER Hauts-de-France Terminus
ou La Fère
Terminus
ou Laon
Amiens
ou Terminus
Ham (Somme)
ou Mennessis
ou Terminus
TER Hauts-de-France La Fère Laon