CC 14000

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
CC 14000 (SNCF)
CC 14018 du Musée du Chemin de Fer Français
CC 14018 du Musée du Chemin de Fer Français
Identification
Exploitant(s) SNCF
Désignation CC 14001 à 14020
Surnom fers à repasser
Type locomotive électrique
Construction 20 locomotives
Constructeur(s) CGCL-Oerlikon 1955-1959
Retrait 1981
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux Co'Co'
Écartement standard
Captage 2 pantographes
Tension ligne de contact monophasé 25 kV-50 Hz V
Moteurs de traction 6 moteurs FD 680
940 V triphasé
Puissance continue 2640 kW
Longueur HT 18,890 m
Masse totale 125 t
Longueur totale 18,890 m
Empattement 9,510 m
Empattement du bogie 2,335 m
Diamètre des roues Ø1100
Vitesse maximale 60 km/h

Les CC 14000 constituent une série d'anciennes locomotives électriques de la SNCF construites pour l'électrification de la transversale Nord-Est entre Valenciennes et Thionville en 1954 et destinées au trafic des marchandises.

Description[modifier | modifier le code]

Les CC 14001 à CC 14020 ont été construites de 1955 à 1959 par CGC/0erlikon. Surnommées « fers à repasser » du fait de leur cabine de conduite centrale comme les BB 12000, BB 13000 et CC 14100. Destinées uniquement à la traction des trains lourds de marchandises, les CC 14000 ont la particularité d'être équipées d'un équipement mono-triphasé.

La SNCF a demandé à différentes sociétés de développer différents systèmes de motorisation pour ces 4 machines, afin d'évaluer laquelle serait la meilleure. La CC 14000, étudiée par Oerlikon, utilise le procédé suivant. Le courant monophasé 25000 V 50 Hz capté par le pantographe est d'abord abaissé par le transformateur primaire à 1100 V. Le courant alimente une machine tournante convertissant le monophasé en triphasé, puis une seconde machine tournante faisant office de variateur de fréquence. Le courant alimente enfin les 6 moteurs de traction triphasés à cage d'écureuil, dont les pignons moteur attaquent directement les couronnes des essieux. Les CC 14000 ont connu de nombreuses avaries durant leur carrière et leur kilométrage moyen s'établit à 1,5 million de kilomètres. Bien que les moteurs triphasés soient à priori plus fiables du fait de l'absence de collecteur, c'est la complexité de leur alimentation qui a posé problème. Les progrès de l'électronique de puissance ont toutefois permis de valider le modèle, sur l'Eurostar par exemple.

Remarques particulières[modifier | modifier le code]

Une CC 14000 a été présentée à la Maison suisse des Transports de Lucerne (en Suisse) à l'occasion de l'exposition internationale sur les locomotives dites "crocodiles" avec ses sœurs allemande, autrichienne et suisse.

Services effectués[modifier | modifier le code]

Du fait de leur fragilité, les CC 14000 ont des services sur de courtes distances pour limiter les contraintes en cas de pannes[1]. Elles remorquent des trains de minerai sur :

  • Dunkerque - Lens - Somain - Valenciennes - Lumes
  • Lumes - Aulnoye
  • Aulnoye - Haumont
  • Haumont - Lumes
  • Somain - Bobigny
  • Somain - Aniche
  • Somain - Lens
  • Lens - Creil-Petit-Thérain
  • Valenciennes - Hirson - Thionville

(liste non exhaustive)

Dépôts titulaires[modifier | modifier le code]

  • Lens (de 1956 à 1978, puis transfert à Mohon)
  • Mohon (de 1955 à avril 1981)
État du matériel au 1/05/2009
Engin Mise en service Radiation Dépôts
CC 14001 janvier 1955 31 décembre 1981 Mohon
CC 14002 mars 1955 janvier 1978 Mohon
CC 14003 novembre 1955 31 décembre 1981 Mohon
CC 14004 novembre 1956 janvier 1978 Lens
CC 14005 novembre 1956 31 décembre 1981 Mohon
CC 14006 janvier 1957 24 janvier 1973 Lens
CC 14007 mai 1957 21 février 1972 Lens
CC 14008 août 1958 décembre 1975 Lens
CC 14009 12 janvier 1958 31 décembre 1980 Mohon
CC 14010 26 janvier 1958 1er juin 1980 Mohon
CC 14011 15 mars 1958 31 décembre 1981 Mohon
CC 14012 7 avril 1958 janvier 1978 Lens
CC 14013 19 mai 1958 31 décembre 1980 Mohon
CC 14014 23 juin 1958 1er juin 1980 Mohon
CC 14015 20 juillet 1958 31 décembre 1980 Mohon
CC 14016 novembre 1958 31 décembre 1981 Mohon
CC 14017 janvier 1959 janvier 1978 Lens
CC 14018 7 février 1959 31 décembre 1981 Mohon
CC 14019 mars 1959 1er juin 1980 Mohon
CC 14020 mars 1959 1er juin 1980 Mohon

Machines conservées (2010)[modifier | modifier le code]

Modélisme[modifier | modifier le code]

Les CC 14000 (et leurs sœurs 14100) ont été reproduites en HO par les firmes Lima, LEMACO, LOCOSTYL et Jouef (HJ) en septembre 2014. Cette dernière reproduction a été saluée par la qualité de la reproduction, la finesse de gravure et les capacités de traction[1].

A l'échelle O, le Km108 a reproduit ce modèle avec une caisse en bronze dans les années 50.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Aurélien Prévot, "Les CC 14000 et CC 14100 : emblématiques de l'artère Nord-Est", Loco-Revue, n°807, octobre 2014, Auray, LR Presse, pages 28-33.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Roger Kaller, Jean-Marc Allenbach, Traction électrique, volume 2, Presses polytechniques et universitaires romandes, 1995. (ISBN 2-88074-275-7)
  • Olivier Constant, Encyclopédie du matériel moteur SNCF - Tome 5 : Les locomotives et automotrices 25 000 V monophasé, hors série Le Train, 2008.
  • Aurélien Prévot, "les CC 14000 et CC 14100 : emblématiques de l'artère Nord-Est", Loco-Revue, n°807, octobre 2014, Auray, LR Presse, pages 28-33. Document utilisé pour la rédaction de l’article