Gare de Dieppe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Gare de Dieppe-Maritime.
Dieppe
Image illustrative de l'article Gare de Dieppe
Le bâtiment voyageurs et l'entrée de la gare.
Localisation
Pays France
Ville Dieppe
Adresse Boulevard Clemenceau
76200 Dieppe
Coordonnées géographiques 49° 55′ 16″ nord, 1° 04′ 52″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services TER Haute-Normandie
Caractéristiques
Ligne(s) Malaunay - Dieppe
Voies 4
Quais 2 latéraux et 1 central
Transit annuel 502 116 voyageurs (2015)
Altitude 9 m
Historique
Mise en service 1er août 1848
Correspondances
Bus et cars voir Intermodalité
Schéma de ligne

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Dieppe

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

(Voir situation sur carte : Seine-Maritime)
Dieppe

La gare de Dieppe est une gare ferroviaire française terminus de la ligne de Malaunay à Dieppe, située sur le territoire de la commune de Dieppe, dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie.

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) desservie par des trains TER Haute-Normandie qui effectuent des missions entre Dieppe et Rouen-Rive-Droite.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

L'intérieur de la gare terminus avec le quai A
L'intérieur de la gare terminus avec le quai A.

Établie à 9 mètres d'altitude, la gare de Dieppe est située au point kilométrique (PK) 167,685 de la ligne de Malaunay - Le Houlme à Dieppe dont elle est le terminus après la gare de Saint-Aubin-sur-Scie. Elle était également le terminus de la ligne de Saint-Denis à Dieppe, aujourd'hui fermée et déferrée depuis la gare de Serqueux, et de la ligne d'Eu à Dieppe, ouverte en 1885, actuellement exploitée partiellement en trafic restreint pour les besoins de la centrale nucléaire de Penly et pour le reste elle aussi déferrée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les projets de desserte de Dieppe apparaissent au début des années 1830 dans le cadre d'un chemin de fer de Paris à la mer. C'est finalement la Compagnie des chemins de fer de Dieppe et de Fécamp qui obtient, le 18 septembre 1845[1], la concession de la ligne de Malaunay - Le Houlme à Dieppe. Les travaux prennent du retard du fait de problèmes financiers et ce n'est que le qu'un premier train parcourt la ligne qui est officiellement mise en service le [2]. Toujours en difficulté, la compagnie partage l'exploitation avec la Compagnie du chemins de fer de Paris à Rouen, puis la lui confie en fermage le [1]. En permettant une liaison rapide avec Rouen et Paris, elle est à l'origine du développement touristique de la ville, avec les trains de plaisir.

Le , une seconde ligne relie la ville plus directement à Paris via le pays de Bray, la ligne de Saint-Denis à Dieppe. Elle met la capitale à 168 km du port normand.

Un train quitte la gare de Dieppe par l'ancienne voie menant à la gare de Dieppe-Maritime, en septembre 1986.

Quelques années plus tard, une loi du 17 juillet 1879 déclare d'utilité publique la construction d'une ligne partant d'Eu, « pour rejoindre le chemin de fer de Pontoise à Dieppe, à 2,587 km en avant du heurtoir de la gare de Dieppe»[3]. En réalité, la jonction des deux lignes aura lieu à Rouxmesnil-Bouteilles, à une distance supérieure à celle initialement prévue.

En 1883, sera également autorisée la construction d'une ligne de Dieppe à Fécamp, s'embranchant sur la ligne de Rouen à la sortie ouest du tunnel de Saint-Pierre en gare du Petit-Appeville.

De longue date, Dieppe n'a plus de liaison directe par fer avec Fécamp et Eu. De même a été supprimée celle existant avec Paris-Saint-Lazare par Serqueux du fait de la fermeture[4] de la section de Serqueux à Dieppe.

De la gare de Dieppe-ville partait jusqu'en 1994 une voie unique établie sur les quais du port, desservant une autre gare nommée Dieppe-Maritime, située le long du bassin Jehan Ango, à l'époque lieu d'accostage des navires pour l'Angleterre. Elle était le terminus des trains permettant d'effectuer la liaison entre Paris et Londres.

De même, depuis 1915[5], existait entre la sortie est du tunnel de Saint-Pierre et la ligne se dirigeant vers Rouxmesnil-Bouteilles un raccordement direct à voie unique, utilisé notamment pour le retournement des locomotives à vapeur, qui, lui aussi, a été supprimé.

En 2015, selon les estimations de la SNCF, la fréquentation annuelle de la gare est de 502 116 voyageurs[6].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

C'est une gare SNCF qui dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichet, ouvert tous les jours et d'un automate pour l'achat des titres de transport. Dans le hall, on trouve une salle d'attente, des toilettes et divers services notamment un buffet et une boutique de presse. La gare dispose du label Gare Accès Plus du fait d'aménagements et d'un service d'accompagnement, pour les personnes à la mobilité réduite[7].

Desserte[modifier | modifier le code]

Dieppe est desservie[7] par des trains TER Haute-Normandie qui effectuent des missions entre Rouen-Rive-Droite et Dieppe.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un parc à vélo, qui a néanmoins fermé faute de subvention de la part de la communauté d'agglomération de Dieppe-Maritime[réf. nécessaire], et un parking pour les véhicules sont aménagés à ses abords[7]. Une gare routière permet des correspondances avec les lignes d'autobus du réseau urbain (lignes nos 1, 2, 3, 4, 5, 10 et 14), ainsi que par des autocars TER Haute-Normandie de la ligne de Dieppe à Serqueux et à Gisors-Embranchement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b François Caron, Les grandes compagnies de chemin de fer en France : 1823-1937, Librairie Droz, 2005 (ISBN 9782600009423) p. 62 extrait (consulté le 25 mai 2011).
  2. A. de Laveleye, Histoire financière des chemins de fer français, E. Lacroix, Paris, 1860, p. 35 intégral (consulté le 25 mai 2011).
  3. Selon l'exposé des motifs du projet de loi.
  4. jugée illégale par le Conseil d'État dans un arrêt du 4 août 2006
  5. Pour les besoins de la guerre (voir Le Hénaff et Bornecque: Les chemins de fer français et la guerre, Paris, 1922, p. 226.
  6. « Fréquentation en gares – Dieppe », sur SNCF Open Data, traitement du (onglet informations) (consulté le 16 juillet 2017).
  7. a, b et c « Services & Gares / Gare Dieppe », sur http://www.sncf.com/fr/trains/ter, (consulté le 16 juillet 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Terminus Terminus TER Normandie Saint-Aubin-sur-Scie
ou Auffay
Rouen-Rive-Droite