BB 12000

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
BB 12000 (SNCF)
La BB 12125 aux Champs-Élysées en juillet 2003.
La BB 12125 aux Champs-Élysées en juillet 2003.
Identification
Exploitant(s) SNCF (Fret à la fin)
Désignation BB 12001-12148
Surnom BB Jacquemin fers à repasser
Type locomotive électrique
Construction 1954-1961[1]
Constructeur(s) Voir tableau ci-dessous
Nombre 148 locomotives
Retrait 2000
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux Bo'Bo'
Écartement standard
Captage 2 pantographes
Tension ligne de contact 25 000 V
 Tension moteurs 0,675 kV
Moteurs de traction 4 moteurs SW 435
Puissance continue 2 470 kW
Masse totale 83,4 à 85,6 t
Longueur totale 15,200 m
Vitesse maximale 140 ou 120 km/h

Les BB 12000 sont une série de locomotives électriques à cabine centrale fonctionnant sous courant alternatif monophasé 25 kV-50 Hz selon une technique qui sera reprise par les locomotives de la SNCF.

Origines de la série[modifier | modifier le code]

À la suite de l'expérimentation de la traction par courant à fréquence industrielle (50 Hz) en Haute-Savoie, elles constituent la première génération de machines de ce type, avec les autres séries BB 13000, CC 14000 et CC 14100[2]. La SNCF a demandé à différentes sociétés de développer différents systèmes de motorisation pour ces 4 machines, afin d'évaluer laquelle serait la meilleure. La BB 12000, étudiée par Schneider-Westinghouse, utilise le procédé suivant : le monophasé 25 000 V 50 Hz capté par le pantographe est gradué en tension par un auto-transformateur, avant d'attaquer le transformateur principal qui abaisse la tension jusqu'à 750 V. Le courant est ensuite redressé par un pont à 4 ignitrons, pour enfin alimenter les 4 moteurs de traction à courant continu. Cette chaîne électrique apportait l'avantage supplémentaire d'un anti-patinage : si un essieu venait à patiner, le couple du moteur série concerné baissait, favorisant un retour à l'adhérence. Lors d'essais publics, une BB 12000 a démarré un train de 2 145 tonnes en rampe de 11 pour 1 000. Plus tard, certaines machines ont vu leurs ignitrons remplacés par des redresseurs au silicium, augmentant encore leurs performances déjà excellentes. Chaque machine de la série a effectué en moyenne 5 millions de kilomètres avant la mise à la retraite. Le système d'alimentation a été ensuite utilisé sur les machines monophasées de génération suivantes : BB 16000, BB 16500, CC 21000...

Cabine

Construites à 148 exemplaires[1] pour la SNCF à partir de 1954[1], ces locomotives à monocabine centrale doivent leur surnom de « fers à repasser[1] » à leur profil caractéristique. Certains cheminots les appelaient « coupe-jambon » à cause de leur manipulateur de traction en forme de disque de coupe jambon.

Constructeurs - dates de commande et de livraison[modifier | modifier le code]

Série Nombre Commande Constructeurs Date de livraison
BB-12001 à 12005 5 13/08/1952 SFAC[3] - SW[4] 1954-1955
BB-12006 à 12014 9 23/01/1954 SFAC - SW 1955-1956
BB-12015 à 12034 20 22/04/1955 SFAC - SW 1956-1957
BB-12035 à 12052 18 22/04/1955 Alsthom[5] - SW 1957-1958
BB-12053 à 12064 12 15/12/1955 Alsthom - SW 1958
BB-12065 à 12104 40 15/12/1955 SFAC - SW - Jeumont 1957-1960
BB-12105 à 12113 9 9/05/1956 SFAC - SW - Jeumont 1958
BB-12114 à 12148[6] 35 3/11/1958 SFAC - SW - Jeumont 1960-1961

Service[modifier | modifier le code]

Elles sont entrées en service en premier sur la transversale nord-est[1] (ligne Valenciennes-Thionville) à l'occasion de son électrification en courant industriel (25 kV, 50 Hz), aussi bien sur des trains de voyageurs (omnibus, express) que des trains de marchandises.

Les diverses électrifications du Nord-Est leur ont valu de voir leur domaine s'élargir progressivement ; mais l'arrivée de machines plus modernes et plus aptes à la vitesse (BB 16500 et surtout BB 16000) a restreint leur activité à la traction des trains de marchandises.

Leur remarquable conception, ainsi que la bonne tenue du fret à la fin des années 1990 leur a permis de voir leur carrière allongée. Les dernières machines de cette série ont en effet été radiées en janvier 2000.

Remarques particulières[modifier | modifier le code]

  • Les BB-12001 à 12005 ont été livrées avec un réducteur dont le rapport de réduction permettait le 140 km/h. Cette sous-série s'est vue munie d'un réducteur standard lors d'opérations d'entretien ultérieures ce qui a ramené leur vitesse maximale à 120 km/h comme le reste de la série (augmentant ainsi l'effort au crochet).
  • Au début de leur carrière, les BB 12000 de l'Est et du Nord furent détachées à Annemasse pour renfort en Savoie durant deux décennies (dont 1961).
  • Les BB 12131 er BB 12141 du dépôt de Thionville furent loués aux chemins de fer Roumains (CFR) du 30/04/1963 au 30/06/1963.

Lignes assurées[modifier | modifier le code]

  • La quasi-totalité des lignes électrifiées en 25 kV des réseaux Nord et Est à l'exception des lignes de la banlieue Nord ou Est.
  • La Roche-sur-Foron - Saint-Gervais (voyageurs et marchandises)
  • Aix-les-Bains - Annecy - La Roche-sur-Foron - Annemasse (voyageurs et marchandises)
  • Annemasse - Evian à partir de 1972 (marchandises)
  • Dole - Belfort
  • Dole - Vallorbe
  • Frasne - Pontarlier
  • Achères - Le-Havre
  • Amiens - Sotteville
  • Achères - Creil
  • Bréauté-Beuzeville - Gravenchon-Port-Jérôme
  • Grande ceinture Nord-Est de Paris.

(liste non exhaustive)

Dépôts titulaires[modifier | modifier le code]

  • Aulnoye (BB 12093 séjour exceptionnel de 1972 à 1973, machine accidentée) Aulnoye a été titulaire de 12000 (mutées de Lens) de 1970 à 1979
  • Annemasse (détachement de locomotives de l'Est et du Nord, durant 2 décennies dont 1961)
  • Dole (BB 12035 à BB 12047 de 1958 à 1963, puis transfert en 1963 à Thionville)
  • La Chapelle (deux unités dont la BB 12113 en provenance de Lens, puis transfert en 1963 l'une à Thionville, l'autre à Lens)
  • Lens (de 1956 à 1970 et de 1979 à 1999, dernier dépôt à posséder ce type de locomotive)
  • Mohon (de 1954 à 1994, 1er dépôt à recevoir ce type de locomotive[1])
  • Strasbourg (de 1956 à 1959, puis transfert à Thionville)
  • Thionville (de 1956 à 1991)
  • Valenciennes (BB 12071 à BB 12078 en 1956)

Machines conservées (2013)[modifier | modifier le code]

BB 12004 à Ascq

Modélisme[modifier | modifier le code]

La locomotive reproduite par Meccano Hornby-Acho en HO sous la référence 6390 (en 1963) s'agissait de la locomotive BB 12.061 'Valenciennes-Thionville', livrée bleue, puis en livrée verte sous la référence 6391. La marque Meccano Hornby-Acho n'existe plus depuis 1973 (environ), mais avait été reprise par Triang.

Galerie Photos[modifier | modifier le code]

Loco Hornby HO SNCF BB 12061

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f André Papazian, Encyclopédie du train, volume 1, locomotives & automotrices, éditions E.T.A.I.
  2. Georges Mathieu, Le matériel moteur de la SNCF, Éditions La Vie du Rail.
  3. Société des Forges et Ateliers du Creusot
  4. Schneider - Westinghouse
  5. Devenu Alstom aujourd'hui
  6. La 12147 a été construite par le consortium MTE réunissant SFAC, SW et Jeumont.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pascal Dumont, Les locomotives électriques monophasées de l'artère nord-est, Éditions du Cabri, 1994. (ISBN 2-908816-15-6)
  • Roger Kaller, Jean-Marc Allenbach, Traction électrique, volume 2, Presses polytechniques et universitaires romandes, 1995. (ISBN 2-88074-275-7)
  • Olivier Constant, Encyclopédie du matériel moteur SNCF - Tome 5 : Les locomotives et automotrices 25 000 V monophasé, hors série Le Train, 2008.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :