BB 8100

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
BB 8100
Description de cette image, également commentée ci-après
La BB 8130 en livrée verte
Identification
Exploitant(s) SNCF
Désignation BB 8101 à 8271
Type locomotive électrique
Couplage oui
Construction 172 (8001 et 8101 à 8271).
Constructeur(s) Alstom-Jeumont-Schneider-OC Oerlikon
Livraison 1948-1955
Effectif 0 au 22/12/2011
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux B'B'
Écartement standard (1 435 mm)
Alimentation 1,5 kV continu
Pantographes 2 pantographes type G
Moteurs de traction 4 moteurs M1 TC
750 V ventil. forcée
Puissance continue 2 100 kW
Masse en service 92 t
Longueur 12,93 m
Largeur 2,988 m
Hauteur 3,700 m
Empattement 6,00 m
Empattement du bogie 2,950 m
Diamètre des roues Ø1400
Vitesse maximale 105 km/h

[1],[2],[3],[4]

Les BB 8100 sont des locomotives électriques mixtes de la SNCF conçues à la suite de l'électrification de la ligne Paris-Lyon.

Origine de la série[modifier | modifier le code]

Issues de la grande famille des BB Midi (compagnie des chemins de fer du Midi), des BB 300 (compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans) et des BB 900 (administration des chemins de fer de l'État), ces locomotives à courant continu sont conçues pour optimiser les qualités de toutes ces séries dans les domaines de la polyvalence et de la souplesse d'emploi, de la réduction des temps et des charges de maintenance, de la diminution des coûts de fabrication grâce à l'élaboration d'une importante série[5]. Après la mise au point du prototype BB 8001, contemporaines des dernières machines à vapeur, qu'elles remplacent au fil des électrifications, les BB 8100 sont visibles sur la plupart des lignes électrifiées en 1,5 kV continu.

Description[modifier | modifier le code]

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

La robustesse de ces machines vaut à quelques unités d'être sélectionnées pour être transformées en locomotive de manœuvre BB 80000. Du fait de leur faible longueur (12,92 m), ces machines sont très appréciées pour les manœuvres de refoulement (marche arrière) en tête de train. Toutefois, seuls douze exemplaires sont modifiés en raison de la transformation de BB 8500 en BB 88500 qui remplissent le même rôle.

Les BB 8100 connaissent du succès à l'exportation : des locomotives dérivées sont vendues aux Pays-Bas (NS classe 1100) et au Maroc.

Livrées[modifier | modifier le code]

La livrée d'origine des BB 8100 combine une caisse vert celtique, avec les encadrements des baies frontales et des hublots latéraux rouge vermillon, et des bogies gris clair avec des traverses de tamponnement peintes en rouge. Au fil des révisions, le rouge disparaît de l'encadrement des baies et des hublots ainsi que des traverses dont la couleur générale passe au gris foncé.

Durant les années 1980, à l'occasion d'une opération de grand entretien, les locomotives traitées sont peintes dans la livrée grise dite « béton », avec une bande à mi-hauteur des caisses et des moustaches frontales orange TGV[C 1].

Services effectués[modifier | modifier le code]

De 1948 à 1960 environ, les BB 8100 sont de véritables machines mixtes : on les voit en tête de trains de voyageurs (vitesse limitée à 105 km/h) autant que de marchandises.

À partir de 1960, l'arrivée des BB Jacquemin (BB 9200, BB 9300) plus rapides provoque la réorganisation des BB 8100 et leur affectation aux seuls trains de marchandises. Grâce à leur possibilité de marche en unité multiple (UM) à partir du début des années 1970, après l'installation d'un lestage de 12 tonnes de fonte dans les couloirs, les BB 8100 se voient confier les trains lourds (jusqu'à 3 200 tonnes) circulant en vallée du Rhône (rive droite) dont les fameux trains d'hydrocarbure de 3 200 tonnes. Ce sont les seules machines à être "tournées sur plaque" en rotonde en UM.

Locomotives BB 8100 en attente de leur démolition à Culoz en 2018.

Les premières radiations de la série ont lieu en 1988, alors que certaines unités sont transformées en BB 80000 afin d'effectuer un service de manœuvres.

Les dernières unités ont été radiées en 2003, à l'exception de trois : les BB 8120, 8216 et 8229 conservées pour l'activité infrastructure au dépôt d'Avignon et équipées de pantographes racleurs de givre. Toutefois ces dernières machines ont été radiées huit ans plus tard en .

Lignes desservies[modifier | modifier le code]

  • Mâcon - Bourg-en-Bresse - Genève (en service international)
  • Lyon - Ambérieu - Culoz - Genève (en service international)
  • Ambérieu - Culoz - Aix-les-Bains - Chambéry - Montmélian - Modane (marchandises)
  • Paris - Le Mans
  • Paris - Dijon
  • Dijon - Lyon - Avignon - Miramas
  • Dijon - Dole (quand la gare de Dole était gare commutable 1500 V continu/ 25000 V alternatif)
  • Lyon - Ambérieu - Culoz - Chambéry
  • Lyon - Saint-Étienne
  • Lyon - Valence - Montélimar - Avignon
  • Saint-Jory - Sibelin (gare "marchandises" de Feyzin-Lyon)
  • Avignon - Champfleury - Juvisy (marchandises)
  • Béziers - Narbonne
  • Narbonne - Gevrey-Chambertin (marchandises)
  • Villeneuve-Saint-Georges - Lyon - Tournon - Nîmes (marchandises)

(liste non exhaustive)

Dépôts titulaires[modifier | modifier le code]

  • Avignon
  • Béziers
  • Chambéry
  • Dijon-Perrigny
  • Laroche-Migennes
  • Les Aubrais
  • Lyon-Mouche
  • Montrouge
  • Paris-Lyon
  • Paris-Sud-Ouest
  • Tours-Saint-Pierre
  • Villeneuve
  • BB 8195 radiée en raison d'une prise en écharpe le à Melun.

Machines conservées[modifier | modifier le code]

En 2011, trois machines sont conservées[réf. nécessaire] :

Modélisme[modifier | modifier le code]

Miniature Hornby à l'échelle 0.
  • Cette locomotive a été reproduite en HO par les firmes Hornby-acHO (la 8144 en livrée verte d'origine), Rivarossi, Piko[6] et Roco.
  • En 0 par GMP, LR (Louis Roussy), Jucsie, JEP, Hornby , LEMACO et AMJL.
  • Elle a aussi été produite à l'échelle N par Minitrix.
  • Elles sont aussi présentes en trois livrées sur simulateur ferroviaire TS 2018.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • BB 8100 : une robustesse à toute épreuve, Le Train, 2003 :
  1. Constant, p. 41.
  • Autres références  :
  1. Jacques Defrance, Le matériel moteur de la SNCF, N.M. La Vie du Rail, 1978
  2. Denis Redoutey, Le matériel moteur de la SNCF, page 55, La Vie du Rail, 2007 (ISBN 978-2-915034-65-3)
  3. Revue bimestrielle Voies Ferrées, Le matériel moteur de la SNCF, en plusieurs articles sur plusieurs numéros par année
  4. Revue mensuelle Rail Passion, État trimestriel du matériel moteur SNCF, un article par trimestre
  5. Olivier Constant, « Préambule - les dernières machines d'une longue lignée », Le Train, no 36 spécial « Les BB 8100 »,‎ , p. 6-9.
  6. Bernard Ciry, "La BB 8238 de PIKO et T2M", Rail Miniature Flash, no 652, Paris, Rigel Editions, janvier-février 2021, pages 80-81.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « les locomotives à courant continu 1.500 V », par Olivier Constant, dans Encyclopédie du matériel moteur SNCF, revue Le Train, n° hors série, 2004.
  • Olivier Constant, « BB 8100 : une robustesse à toute épreuve », Le Train, no 36 spécial « Les BB 8100 »,‎ , p. 10-59. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • André Papazian, "Les BB 8100", Rail Miniature Flash, no 538, Paris, Rigel Editions, mai 2010, pages 54-57. (ISSN 0033-8737)
  • Jacques Defrance, Le matériel moteur de la SNCF, N.M. La Vie du Rail, 1969 et réédition 1978
  • Denis Redoutey, Le matériel moteur de la SNCF, Paris, La Vie du Rail, , 399 p. (ISBN 978-2-915034-65-3)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]