X 2200

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
X 2200 / X 92200
Description de cette image, également commentée ci-après
Composition X 2200 en gare de Vieilleville.
Identification
Exploitant(s) SNCF/TER
Désignation X 2201-2257 et X 92201-92203
Motorisation Diesel turbocompressé
Composition 1 motrice
Couplage Jumelage possible avec d'autres autorails
Construction 60 autorails
Constructeur(s) ANF Industrie
Mise en service 1985-1988
Effectif 0 au 29/12/2017
Service commercial TER
Retrait 29 décembre 2017
Places assises
1re cl. 2e cl. PMR
Origine
8 46 -
Modernisés
8 32 1
Caractéristiques techniques
Écartement standard
Carburant gazole
Moteur thermique

1 moteur diesel Saurer S1 DHR 6 cylindres en ligne

Remotorisé : 1 moteur diesel MAN V12 LE602
Puissance

440 kW

Remotorisé : 478 kW
à 1550 tr/min
Transmission hydraulique Voith T 320 R
Puissance continue 412 kW
Capacité en carburant 800 L
Masse en service 43 t
Longueur HT 22,400 m
Largeur 2,870 m
Hauteur 3,810 m
Empattement 15,400 m
Bogies Y 235
Empattement du bogie 2,400 m
Diamètre des roues Ø840
Portes 4 à 1 vantail
Intercirculation 2
Vitesse maximale 140 km/h

[1],[2],[3]

Le X 2200 est un autorail français, anciennement en service pour les dessertes TER des petites lignes non électrifiées. Il est largement inspiré des autorails X 2100 dont il est une version améliorée et un peu plus puissante.

Description[modifier | modifier le code]

Cet automoteur est composé d'une seule caisse. Le plancher est placé assez haut et les 4 portes d'accès voyageurs rappellent celles des voitures Corail.

Les cabines de conduite sont situées en angle à gauche à chaque extrémité, ce qui constitue une particularité pour ce matériel. De l'intérieur, le volume occupé par la loge de conduite correspond aux deux tiers de la largeur de la caisse, sur la gauche. Le tiers, restant à droite offre directement une vue sur la voie pour des voyageurs debout, comme sur les rames Soulé des CFC, ce qui est rare sur du matériel SNCF, et on y trouve généralement des crochets à vélos.

Cet autorail peut être tractant : car il est capable de tirer dans une certaine limite de poids en service commercial, ils peuvent être couplés avec plusieurs remorques de type XR 6000, XR 6100, XR 6200, XR 96000 & XR 96200 ; d'autres éléments automoteurs de type X 2100, X 2200 et X 2800. Il peut tracter jusqu'à 2 remorques (par engin X 2200) pouvant alors porter certaines compositions à un maximum de 6 caisses.

La première livrée fut rouge avec les faces gris anthracite en sortie d'usine, avec un intérieur en sièges de skaï marron-orangé. La quasi-totalité du parc d'X 2200 roulant en service commercial est rénové.

L'X 2250 présente la particularité d'avoir une caisse en "acier inoxydable" au lieu "d'acier de construction mécanique" comme les autres autorails de cette série. Cet élément fut radié en avril 2010 alors qu'il appartenait au dépôt bordelais car il ne roulait plus depuis des mois.

En 1983, le X 2200 sert de base au projet, finalement abandonné, d'automotrice électrique Z1.

Lignes desservies[modifier | modifier le code]

TER Limousin
TER Poitou-Charentes
TER Aquitaine
TER Provence-Alpes-Côte d'Azur

Dépôts titulaires[modifier | modifier le code]

A droite X 2234 avec face avant des X 2100, en gare de Sarlat, remorque XR 6200 à gauche.
  • L'X 2201 fut radié le 15 janvier 2004 après avoir été endommagé dans l'accident du tunnel de Saint-Dalmas-de-Tende, le 27 janvier 2003.
  • L'X 2202 subventionné par le District Urbain du Puy en Velay (d'où sa teinte "bleu sainte vierge") pour assurer une liaison semi-rapide Le Puy - Lyon Part-Dieu pour une correspondance TGV.
  • L'X 2234 a la particularité d'avoir les faces identiques aux X 2100.
  • L'X 2250 avait la particularité de posséder une caisse en acier inoxydable.
  • L'X 92201 fut le seul X 2200 à arborer la livrée vert perroquet.
  • L'X 92202 fut prêté à la région Aquitaine mais retourna à son dépôt d'attache (Toulouse) pour y être radié.
  • L'X 92203 fut le seul X 2200 à arborer la livrée TLR et jaune lithos.

Engins préservés[modifier | modifier le code]

  • X 2204 : Préservé en service par l'Association du Train Touristique du Centre Var[4]
  • X 2208 : Préservé au Train des mouettes
  • X 2210 : Préservé à Montluçon, gérée par l'« AAATV » (« Amicale des Anciens et Amis de la Traction à Vapeur », section Montluçon)
  • X 2215 : Préservé à l’Écomusée de Breil/Roya
  • X 2217 : Préservé à l’Écomusée de Breil/Roya[5]
  • X 2224 : Préservé à Montluçon, gérée par l'« AAATV » (« Amicale des Anciens et Amis de la Traction à Vapeur », section Montluçon)
  • X 2230 : Préservé à Montluçon, gérée par l'« AAATV » (« Amicale des Anciens et Amis de la Traction à Vapeur », section Montluçon)
  • X 2232 : Préservé à Montluçon, gérée par l'« AAATV » (« Amicale des Anciens et Amis de la Traction à Vapeur », section Montluçon)
  • X 2233 : Préservé à Bort-les-Orgues , géré par le Chemins de Fer de la Haute Auvergne ; utilisation depuis l'été 2017 sur Riom - Lugarde (train touristique Gentiane-Express)
  • X 2235 : Préservé à la Cité du train à Mulhouse (entré le 16 décembre 2015)
  • X 2238 : Préservé à Bort-les-Orgues , géré par le Chemins de Fer de la Haute Auvergne, utilisation depuis l'été 2017 sur Riom - Lugarde (train touristique Gentiane-Express)
  • X 2251 : Préservé au Train des mouettes

Modélisme[modifier | modifier le code]

  • La firme Lima a produit cet autorail en H0.
  • Le modèle Lima a ensuite été repris par Jouef en 2013. La motorisation, la transmission et l'électronique ont été revus[6]. Depuis, la firme Jouef décline son modèle et sort régulièrement de nouvelles versions[7]
  • À l'échelle N, les firmes Mikadotrain et l'artisan Rémois Stéphane Levaux sous le nom de Mistral ont commercialisé ce modèle[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Denis Redoutey, Le matériel moteur de la SNCF, La Vie du Rail, (ISBN 978-2-915034-65-3), p. 275
  2. Revue bimestrielle Voies Ferrées, Le matériel moteur de la SNCF, en plusieurs articles sur plusieurs numéros par année
  3. Revue mensuelle Rail Passion, État trimestriel du matériel moteur SNCF, un article par trimestre
  4. http://attcv.fr
  5. http://trainsso.pagesperso-orange.fr/X2200.pdf
  6. Aurélien Prévot, « X 2100-2200 Jouef en H0 », Loco-Revue, no 796, novembre 2013, Auray, LR Presse, pages 32-33.
  7. Aurélien Prévot, "Le retour des X 2100 et X 2200", Loco-Revue, no 812, mars 2015, Auray, LR Presse, page 11.
  8. Vincent Burgun, "Test de l'X 2200 Mikadotrain", Loco-Revue, no 781, août 2012, Auray, LR Presse.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Les X 2200: des autorails simples et fiables », Rail Passion, N° 118, août 2007.
  • Denis Redoutey, Le matériel moteur de la SNCF, La Vie du Rail, (ISBN 978-2-915034-65-3)
  • Olivier Constant, « Encyclopédie du matériel moteur SNCF », t. 4 : « Les autorails des années 1950 à nos jours (2) », Le Train
  • « État annuel du matériel moteur SNCF », Rail Passion, no 139, mai 2009.
  • Aurélien Prévot, « X 2100-2200 Jouef en H0 », Loco-Revue, no 796, novembre 2013, Auray, LR Presse, pages 32-33.
  • Alain Blot, « X2100, X2200 et leurs remorques XR6000 », 2016 (ISBN 978-2-7466-9133-9)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]