Gare de Beauvais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Beauvais
Image illustrative de l’article Gare de Beauvais
Le bâtiment voyageurs et l'entrée de la gare.
Localisation
Pays France
Commune Beauvais
Adresse Place de la gare
60000 Beauvais
Coordonnées géographiques 49° 25′ 35″ nord, 2° 05′ 20″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services TER Hauts-de-France
Fret SNCF
Caractéristiques
Ligne(s) Épinay-Villetaneuse au Tréport-Mers
Creil à Beauvais
Beauvais à Gisors-Embt
Voies 5 (+ voies de service)
Quais 1 latéral et 2 centraux
Transit annuel 1 333 576 voyageurs (2015)
Altitude 65 m
Historique
Mise en service
Correspondances
Bus Corolis  C1   3    4    5    6  

 Navette Express Hôtels   Navette Plouy Saint-Lucien   Navette Centre Pénitentiaire 

Autocars départementaux voir Réseau interurbain

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Beauvais

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Beauvais

Géolocalisation sur la carte : Oise

(Voir situation sur carte : Oise)
Beauvais

La gare de Beauvais est une gare ferroviaire française de la ligne d'Épinay - Villetaneuse au Tréport - Mers, située à 400 m du centre-ville de Beauvais, préfecture du département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Elle est mise en service en 1857 par la Compagnie des chemins de fer du Nord.

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des trains TER Hauts-de-France.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 65 mètres d'altitude, la gare de Beauvais est située au point kilométrique (PK) 78,575[1] de la ligne d'Épinay - Villetaneuse au Tréport - Mers entre les gares ouvertes de Saint-Sulpice - Auteuil et d'Herchies. Gare de bifurcation, elle est l'aboutissement de la ligne de Creil à Beauvais, après la gare de Rochy-Condé, et l'origine de la ligne de Beauvais à Gisors-Embranchement (fermée et déclassée).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le bâtiment voyageurs vers 1900
La gare au début du XXe siècle.

La gare terminus de Beauvais est mise en service le 1er septembre 1857 par la Compagnie des chemins de fer du Nord, lorsqu'elle ouvre à l'exploitation la ligne de Creil à Beauvais. La Compagnie du Nord n'était pas à l'origine concessionnaire de la ligne ; elle avait pratiqué un échange de la ligne de Laon à Reims contre la ligne de Beauvais, selon le décret du 10 juin 1857, avec la Compagnie des Ardennes et de l'Oise, avant qu'elle ne devienne, le 28 juin, la Compagnie des chemins de fer des Ardennes. Les installations de la gare et son bâtiment provisoire sont installées sur des terrains donnés par la municipalité près de la « barrière de Paris »[2].

Il est prévu trois dessertes quotidiennes dans chaque sens entre Paris et Beauvais. Les voitures seront attachées ou détachées en gare de Creil des trains de la Compagnie du Nord et tractées par des locomotives de la Compagnie des Ardennes qui avait déjà acquis ce matériel avant l'échange. Le trajet par Creil étant nettement plus long que s'il était en ligne directe par Amiens, la compagnie propose en compensation un abonnement annuel ouvrant la possibilité de l'utiliser pour toutes les destinations possibles de son réseau[2].

Le bâtiment voyageurs, de style néo-médiéval, est édifié en 1860[3].

La ligne Paris – Beauvais – Le Tréport ne sera ouverte qu'en 1877, donnant ainsi un accès plus direct à la capitale.

La gare joua un rôle important pour alimenter le front français pendant la Première Guerre mondiale, notamment pendant la bataille de la Somme. Un important faisceaux de voies est construit à Marissel en 1916, à la sortie est de la gare, et, de manière générale, la gare est agrandie en 1916-1917[4].

Jusqu'aux années 1938-1939 , Beauvais était également reliée à Gournay-Ferrières, Gare de Gisors, Clermont-de-l'Oise, Saint-Just-en-Chaussée et Amiens (par emprunt de la ligne de Saint-Omer-en-Chaussée à Vers).

La ligne de Paris est électrifiée depuis le en courant alternatif 25 kV-50 Hz. Les autres lignes sont parcourues en traction diesel.

En 2017, selon les estimations de la SNCF, la fréquentation annuelle de la gare est de 1 388 019 voyageurs[5].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

intérieur de la gare, voie, quai et train
Quai longeant le bâtiment voyageurs.

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare[6] SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichets, ouvert tous les jours. Elle est équipée d'automates pour l'achat de titres de transport. C'est une gare « Accès Plus » proposant des aménagements, équipements et services pour les personnes à mobilité réduite[6].

Un souterrain permet la traversée des voies et le passage d'un quai à l'autre. Depuis 2015, des ascenseurs ont été installés sur les quais et dans le souterrain pour faciliter l'accès des personnes en fauteuil roulant.

Desserte[modifier | modifier le code]

Beauvais est desservie par des trains régionaux TER Hauts-de-France, sur les relations Paris – Beauvais, Beauvais – Abancourt – Le Tréport / Serqueux et Creil – Beauvais. Les dimanches, notamment en été, s'ajoutent des liaisons TER Paris – Le Tréport[6].

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Une station de taxis, un parking pour les véhicules et les vélos sont disponibles à proximité de la gare[6].

Réseaux urbains[modifier | modifier le code]

La gare est desservie par les lignes C1, 3, 4, 5 et 6 du réseau Corolis. Une navette routière fait le lien entre les principaux hôtels de la ville et l'aéroport de Beauvais-Tillé[3]. Deux autres navettes à destination du centre pénitencier et du Plouy-Saint-Lucien sont également disponibles.

Réseau interurbain[modifier | modifier le code]

La gare routière interurbaine de Beauvais est distante de 300 mètres du bâtiment voyageurs. Elle est desservie par les lignes 17, 30R, 31, 32, 33A, 33E, 35, 35B, 35C, 38, 38R, 40, 40R, 41, 41C, 43, 43B, 43C, 43D, 4445 du conseil départemental ainsi que par ligne 42 du réseau TER Hauts-de-France.

Service des marchandises[modifier | modifier le code]

Détail de la façade (côté rue).

Cette gare est ouverte au service du fret[7].

Patrimoine ferroviaire[modifier | modifier le code]

Le bâtiment voyageurs, construit en 1860[Par qui ?], toujours utilisé par la SNCF, est de style néo-médiéval ; il est édifié en briques avec des chaînages de coin en pierre[3]. Le style de ce bâtiment est identique à celui des autres gares (Hermes - Berthecourt, Mouy - Bury, Cires-lès-Mello), construites à la même époque sur la ligne de Creil à Beauvais, mais celui de la gare de Beauvais est plus grand et doté d'ailes latérales. La disposition est la suivante :

  • la façade est en briques avec un usage de la pierre pour le soubassement, les linteaux, les chaînages harpés, les corniches (celles des pignons étant également harpées) ainsi que pour les cheminées et quelques éléments décoratifs ;
  • le corps central se compose d'un volume à étage de cinq travées sous bâtière longitudinale, les deux travées extrêmes, faisant saillie vers l'avant, sont surmontés de pignons sous bâtière transversale tandis que la travée médiane est surmontée d'un pignon plus petit, faisant office de fronton, et muni d'une horloge ;
  • deux ailes latérales asymétriques flanquent la partie centrale. Elles sont composées d'une partie sans étage sous bâtière longitudinale (cinq travées), d'une partie surmontée d'un grand pignon (trois travées) et, uniquement pour l'aile de gauche, d'un prolongement de deux travées ;
  • côté rue, une avancée, sans étage, augmente la largeur du bâtiment. Elle est composée d'une aile de cinq travées à toit plat (dotée à l'origine d'une balustrade de pierre aux percements à arcs trilobés), flanquée de part et d'autre de deux tours sous toit à pente d'angle important. Ces tours, qui masquent la première travée des ailes latérales, servent de cage d'escalier et donnent accès à l'étage supérieur. Elles étaient à l’origine dotées de parapets à arcs trilobés, surplombant la corniche ;
  • côté quai, une marquise métallique court sur la quasi-totalité de la façade. La toiture des tours et du corps central une pente importante et les pignons du corps central sont dotées de meurtrières. Certains bâtiments annexes, construits ultérieurement, s'harmonisent avec le style ou les matériaux du bâtiment de la gare.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fascicule Gares et lignes du Nord édité par le COPEF en 1985.
  2. a et b François et Maguy Palau, « 2.41. Creil-Beauvais : 1er septembre 1857 », dans Le rail en France : le Second Empire (1852-1857), Palau, 1998 (ISBN 2-950-94211-3), p. 153.
  3. a b et c Site voyage.sncf.com : Gare de Beauvais - en savoir plus sur la gare de Beauvais lire (consulté le 26 août 2012).
  4. Colonel Le Hénaff et capitaine Henri Bornecque (préf. général Gassouin), Les chemins de fer français et la guerre, Paris, Librairie Chapelot, , 276 p. (lire en ligne), p. 156-159 sur Gallica.
  5. « Fréquentation en gares », sur ressources.data.sncf.com (consulté le 23 juin 2019)
  6. a b c et d Site SNCF Ter Picardie, Informations pratiques sur les gares et arrêts : Gare de Beauvais lire (consulté le 7 janvier 2012).
  7. Site Fret SNCF : la gare de Beauvais.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Paris-Nord Saint-Sulpice - Auteuil TER Hauts-de-France Terminus
ou Herchies
ou Milly-sur-Thérain
Terminus
ou Le Tréport - Mers
Terminus Terminus TER Hauts-de-France Herchies
ou Milly-sur-Thérain
Abancourt
ou Le Tréport - Mers
Terminus Terminus TER Hauts-de-France Herchies Serqueux
Creil Hermes - Berthecourt
ou Rochy-Condé
TER Hauts-de-France Terminus Terminus