Litre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Litre funéraire.
Litre
Cube d'un litre.
Cube d'un litre.
Informations
Système Unités dérivées du Système international
Unité de… Volume
Symbole l et L
Conversions
1 l et L en... est égal à...
  Unités SI de base   10−3 m3

Le litre (dérivé de litron[1], ancienne mesure de capacité) est une unité de mesure de volume égale à un décimètre cube. Cette définition du Bureau international des poids et mesures (BIPM) date de 1964. Bien qu’en dehors du Système international d'unités, l'usage du litre est accepté par le BIPM. Les symboles reconnus par ce dernier sont les caractères l (lettre l minuscule) et L (lettre l majuscule)[2].

Définition[modifier | modifier le code]

Le litre est défini comme étant un nom spécial pour le décimètre cube[3]. Cette définition est la seule acceptée par le Bureau international des poids et mesures[4]. En première approximation, un litre peut également être défini comme le volume occupé par une masse d'un kilogramme d'eau pure à la pression atmosphérique normale (760 mmHg)[1]. Cependant, cette deuxième définition est moins précise de 28 millionièmes[5].

Le litre n'appartient pas au Système international d'unités, contrairement au mètre cube qui dérive directement du mètre (à la puissance trois) et ne nécessite donc pas de conversion. Ce n'est pas le cas du litre qui correspond à un millième de mètre cube. Le Bureau international des poids et mesures accepte toutefois l'usage du litre car il est couramment utilisé au niveau mondial[2].

Historique[modifier | modifier le code]

En 1790 l'Assemblée constituante se prononce, face aux diverses unités de mesures alors en cours en France, en faveur d'un système d'unités unifié[6]. La loi du 18 germinal an III (7 avril 1795)[7] définit le mètre comme « la mesure de longueur égale à la 10 millionième partie de l'arc du méridien terrestre compris entre le pôle boréal et l'équateur » et le litre comme « la mesure de capacité, tant pour les liquides que pour les matières sèches, dont la contenance sera celle du cube de la dixième partie du mètre ». Autrement dit, dès 1795 le litre est défini comme étant égal au décimètre cube.

Avant d'être définitivement dénommée litre, l'unité de mesure du volume a été provisoirement appelée pinte, puis cadil[8],[9],[10]. Un étalon de cadil est visible au musée des arts et métiers à Paris[11].

En 1901, le Bureau international des poids et mesures définit le litre comme « le volume occupé par la masse de 1 kilogramme d'eau pure, à son maximum de densité et sous la pression atmosphérique normale »[12]. Cette définition fut abrogée en 1964[13] à la suite de la constatation en 1960 d'une différence avec le décimètre cube de 28 millionièmes[5]. Le litre est désormais défini comme un nom spécial du décimètre cube.

Symbole[modifier | modifier le code]

Double décalitre (20 litres).

Les symboles l (minuscule) et L (majuscule) sont les deux symboles acceptés par le Comité international des poids et mesures pour représenter le litre[2].

D'une façon générale, l'usage veut qu'une majuscule ne soit utilisée qu'avec le symbole d'une unité issue d'un nom propre[14] (par exemple Pa pour le pascal en l'honneur de Blaise Pascal, ou K pour le kelvin en l'honneur de Lord Kelvin), ce qui n'est pas le cas du litre. Aussi le symbole l est-il adopté en 1879 par le Comité international des poids et mesures[2]. Néanmoins, le chiffre 1 (un) et la lettre l minuscule sont rarement distingués, sinon mal distingués, dans les écritures dactylographiées, et plusieurs pays ont pris l'habitude d'utiliser la majuscule L pour éviter toute confusion[15]. En 1979, le Comité international des poids et mesures a donc, exceptionnellement et face à l'habitude rencontrée, retenu les deux symboles pour cette unité, mais considère « que dans l'avenir un seul des deux symboles devrait être retenu »[16]. En 1990, le Comité international des poids et mesures a jugé encore prématuré d'éliminer l'un des deux symboles[17].

L'approbation par le BIPM du symbole L pour le litre, en parallèle du symbole l, constitue donc une exception à la règle sur les majuscules[14]. Pour l'anecdote, un scientifique canadien a inventé en 1980 un personnage fictif, Claude Émile Jean-Baptiste Litre, sous forme de canular[18].

L'Office québécois de la langue française au Canada conseille d'utiliser la minuscule l chaque fois que possible par défaut, ou la majuscule L s'il y a risque de confusion avec le chiffre 1[3].

La typographie est un symbole du litre non mentionné par les recommandations du Bureau international des poids et mesures[19]. Ce ℓ cursif serait utilisé dans certains pays[20]. Il permet d'éviter la confusion avec le chiffe 1, tout comme la lettre L[21].

Les sous-multiples sont couramment utilisés : le décilitre (dl), le centilitre (cl) et le millilitre (ml), plus rarement le microlitre (µl). Les multiples sont rarement utilisés, au profit du mètre cube (m3), à l'exception de l'hectolitre (hl) utilisé en agroalimentaire.

Conversion[modifier | modifier le code]

Verre doseur avec équivalence entre litre (marqué « Ltr ») et millilitres (« ml »).

Les noms en gras désignent les multiples et sous-multiples couramment utilisés.

Multiple Nom Symbole Correspondance Sous-
multiple
Nom Symbole Correspondance
100 litre l dm3
101 décalitre dal 10–1 décilitre dl
102 hectolitre hl 10–2 centilitre cl
103 kilolitre kl m3 10–3 millilitre ml cm3
106 mégalitre Ml dam3 10–6 microlitre µl mm3
109 gigalitre Gl hm3 10–9 nanolitre nl
1012 téralitre Tl km3 10–12 picolitre pl
1015 pétalitre Pl 10–15 femtolitre fl µm3
1018 exalitre El 10–18 attolitre al
1021 zettalitre Zl Mm3 10–21 zeptolitre zl
1024 yottalitre Yl 10–24 yoctolitre yl nm3

Particularités[modifier | modifier le code]

Mass de bière, d'une contenance d'un litre.

Pour les coffres d'automobile, le volume est quelquefois exprimé en litres selon la norme VDA (Verband der Automobilindustrie ; « union de l'industrie automobile », un organisme allemand). Cette unité se base sur des pavés normalisés de dimensions 50 mm × 200 mm × 100 mm, soit 1 litre de volume. Le volume utilisable ainsi obtenu est inférieur au volume total réel du coffre mais plus réaliste dans le contexte d'une utilisation normale.

Autrefois, le vin était parfois quantifié au poids, ce qui se fait encore de nos jours pour la vente au détail. D'où l'expression familière kil, signifiant un kilogramme de vin, pour désigner un litre[22],[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Définitions lexicographiques et étymologiques de « litre » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales.
  2. a, b, c et d Bureau international des poids et mesures, Le Système international d'unités (SI), Sèvres, Bureau international des poids et mesures, , 8e éd., 92 p. (ISBN 92-822-2213-6, lire en ligne [PDF]), p. 35.
  3. a et b « Litre », sur Grand dictionnaire terminologique, Office québécois de la langue française, (consulté le 16 mai 2015).
  4. Magdeleine Moureau, Guide pratique pour le Système international d'unités (SI), Technip, 1996, 46 p. (ISBN 9782710806950), p. 21.
  5. a et b « Résolution 13 de la 11e CGPM (1960) », sur le site du Bureau international des poids et mesures.
  6. Histoire du Système métrique [PDF] par Thierry Thomasset, Université de technologie de Compiègne
  7. Article 5 de la loi du 18 germinal an III (7 avril 1795), dans Bulletins des lois 1re série, IVe trimestre. Lire en ligne.
  8. Instruction sur les poids et mesures républicaines, déduites de la grandeur de la Terre, uniformes pour toute la République, par la Commission temporaire des Poids et Mesures républicaines, p. 5, Paris, Imprimerie du dépôt des lois, An II de la République
  9. SYSTÈME MÉTRIQUE (repères chronologiques) sur le site de l'Encyclopédie universalis.
  10. Cadil dans le Dictionnaire de la langue française d'Émile Littré
  11. Cadil de l'an II sur le site du Musée des arts et métiers
  12. Bureau international des poids et mesuresConférence générale des poids et mesures, Comptes rendus des séances de la troisième conférence générale des poids et mesures réunie à Paris en 1901, Paris, Gauthier Villars, 1901, 104 p., p. 38-39 [texte intégral] [PDF], [extrait].
  13. « Résolution 6 de la 12e CGPM (1964) », sur le site du Bureau international des poids et mesures.
  14. a et b Bureau international des poids et mesures, Le Système international d'unités (SI), Sèvres, Bureau international des poids et mesures, , 8e éd., 92 p. (ISBN 92-822-2213-6), p. 41.
  15. Par exemple aux États-Unis seul le symbole L est recommandé par le NIST selon (en)The NIST Reference on Constants, Units and Uncertainty
  16. « Résolution 6 de la 16e CGPM (1979) », sur le site du Bureau international des poids et mesures.
  17. Bureau international des poids et mesures, Le Système international d'unités (SI), Sèvres, Bureau international des poids et mesures, , 8e éd., 92 p. (ISBN 92-822-2213-6), p. 70.
  18. (en) « Ariadne », New Scientist, vol. 104, no 1424, 4 octobre 1984, p. 80 [lire en ligne].
  19. « Symboles de type lettre », Unicode 5.0, 2007, p. 3, sur le site Unicode consortium [PDF].
  20. Michel Dubesset, Le Manuel du Système international d'unités : lexique et conversions, Paris, éditions Technip, 2000, 169 p. (ISBN 978-2710807629), p. 82.
  21. Louis Jourdan, La Grande métrication, Nice, France Europe éditions, 2002, 211 p. (ISBN 978-2913197749), p. 110.
  22. Le Petit Larousse 2008, éd. Larousse, Paris (ISBN 978-2-03-582503-2), p. 569.
  23. Définitions lexicographiques et étymologiques de « Kil » (sens B) du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales, consulté le 6 février 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]