CC 20002

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
SNCF CC 6052
SNCF CC 20002
Description de cette image, également commentée ci-après
La CC 6052. Derrière elle, la BB 8051, future BB 20006.
Identification
Exploitant(s) SNCF
Désignation CC 6052 puis CC 20002
Type locomotive électrique
Transformation CC 20002 : 1954
Constructeur(s) Alsthom
Mise en service CC 6052 : 13 septembre 1951
Retrait radiée en 1971
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux Co'Co'
Écartement standard
Captage 2 pantographes GM
Tension ligne de contact continu 1,5
monophasé 25 kV 50 Hz V
Moteurs de traction 6 moteurs TDM 627
Puissance continue (sous 1,5 kV) 310
(sous 25 kV) 2 980 kW
Ø roues motrices 1250 mm
Masse totale 118 t
Longueur totale 18,742 m
Empattement 9,228 m
Empattement du bogie 4,700 m
Vitesse maximale 100 km/h

La CC 6052 est un prototype de locomotive électrique de la SNCF.

Cet engin est, avec la CC 6051 et la BBB 6053, l'une des trois locomotives prototypes commandées par la SNCF pour tester les technologies adaptées à l'alimentation en courant alternatif monophasé 20 kV - 50 Hz (porté par la suite à 25 kV - 50 Hz). Elle est renumérotée CC 20002 peu de temps après sa mise en service.

Description[modifier | modifier le code]

Esthétique[modifier | modifier le code]

La locomotive ressemble aux prototypes CC 7001 et 7002, construits eux aussi par Alsthom, dont elle est dérivée. Comme pour ces deux locomotives, son design est dû à Paul Arzens[1]. Esthétiquement, elle s'en distingue par la présence de grilles de ventilation apposées sur les faces latérales en remplacement du lanterneau de toiture, supprimé pour des raisons de gabarit[2].

La caisse est de couleur « bleu monophasé », teinte plus tard remplacée par le « vert celtique », ceinturée par un bandeau en alliage d'aluminium ; les bogies sont « gris ardoise »[3].

Équipement électrique et mécanique[modifier | modifier le code]

La particularité de cette locomotive réside dans ses six moteurs de traction (un par essieu), directement alimentés en courant alternatif 50 Hz par le transformateur principal, sous une tension variant de 260 à 944 V. Un moteur compound entraînant une génératrice principale assure l'alimentation en 1,5 kV continu[4]. L'équipement électrique permet le chauffage des rames de voyageurs[5].

Son équipement mécanique, et notamment ses bogies, sont par contre identiques à ceux des CC 7001 et 7002[6], avec un entraînement unilatéral des essieux[7].

Conçue pour circuler en priorité sous courant alternatif monophasé, sa faible puissance sous régime continu (310 kW) paraît toutefois suffisante pour permettre la traction de trains à vitesse réduite[5]. De même, les pantographes de type monophasé permettent, dans les conditions normales d'exploitation de la machine, le captage du courant sous régime continu[4].

Service[modifier | modifier le code]

Mise en service le sous le nom de CC 6052, elle est affectée au dépôt de Chambéry puis à celui d’Annemasse le  ; elle a été entretemps renumérotée CC 20002. Elle remorque des trains de fret ou de voyageurs comme ceux qui desservent les stations de sports d'hiver savoyardes mais son comportement est décevant et elle n'a plus d'activité en mai 1968, date à laquelle elle est mise en attente d'amortissement[7] ; sa radiation intervient le [5]. La CC 20001, servant de base à la série des CC 25000, se montre bien plus performante.

En 1971, son équipement de traction est démonté. Sa caisse abrite de nouveaux hacheurs[Note 1], en cours d'expérimentation, qui alimentent les moteurs de la BB 9252 avec laquelle elle est accouplée en permanence. Ses persiennes sont modifiées et elle reçoit, dans l'une de ses cabines, un nouveau pupitre de conduite analogue à celui des BB 9200. L'ensemble circule en 1971 et 1972 sur la ligne de Brétigny-sur-Orge à Dourdan[6]. Présentée lors d'une exposition en juin 1972, la CC 20002 est démolie par la suite[8].

Modélisme[modifier | modifier le code]

La CC 20002 a été reproduite par ApocopA, sous forme de transkit (caisse en résine) à monter sur un châssis de son choix.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ces hacheurs équiperont les BB 7200 et BB 22200[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Loïc Fieux, « CC 7000 : la cathédrale d'Arzens », Correspondances ferroviaires, no 3,‎ , p. 40.
  2. Dupuy 2007, p. 80.
  3. Dupuy 2007, p. 80-81.
  4. a et b Dupuy 2007, p. 81.
  5. a b et c Dupuy 2005.
  6. a b et c Constant 2011, p. 18.
  7. a et b Dupuy 2007, p. 82.
  8. Dupuy 2007, p. 83.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Olivier Constant, « La CC 20002 - Prototypes à moteurs directs 50 Hz », Le Train « Encyclopédie du matériel moteur SNCF, Tome 8 : Les locomotives bicourant, bifréquence et polytension (1re partie) »,‎ , p. 16-20 (ISSN 1296-5537).
  • Jean-Marc Dupuy, « Le choix de la ligne de Savoie », Le Train, no 41 « Les électrifications SNCF, Tome 1 : Le monophasé des origines à 1962 - Savoie - Nord-Est - Jura »,‎ , p. 22-23 (ISSN 1267-5008).
  • Jean-Marc Dupuy, « La CC 20002, l'unique machine dérivée en monophasé 50 Hz », Le Train, no 49 « Les CC 7100 : les CC 7001 et 7002, CC 7101 à 7158, CC 20002 et les engins dérivés à l'export »,‎ , p. 80-83 (ISSN 1267-5008).

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :