Guerre d'Afghanistan (depuis 2015)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guerre d'Afghanistan.
Guerre d'Afghanistan
Description de cette image, également commentée ci-après

Situation en Afghanistan au 19 février 2017
cliquez pour agrandir

Informations générales
Date en cours
(2 ans, 7 mois et 19 jours)
Lieu Afghanistan
Issue En cours
Belligérants
Drapeau de l'Afghanistan République islamique d'Afghanistan

Flag of the Resolute Support Mission.svg Mission Resolute support
Flag of Taliban.svg Taliban
Réseau Haqqani
Flag of Jihad.svg Al-Qaïda
Flag of Hezbi Islami Gulbuddin.svg Hezb-e-Islami Gulbuddin (2015-2016)

Soutiens :
Drapeau du Pakistan Pakistan[1]
Drapeau de la Russie Russie[2],[3],[4]
Drapeau de l'État islamique État islamique
Commandants
Drapeau de l'Afghanistan Ashraf Ghani
Drapeau de l'Afghanistan Abdul Rachid Dostom
Drapeau de l'Afghanistan Abdullah Abdullah
Flag of Taliban.svg Akhtar Mohammad Mansour
Flag of Taliban.svg Haibatullah Akhundzada
Flag of Taliban.svg Seraj Haqqani
Djalâlouddine Haqqani
Flag of Jihad.svg Ayman al-Zaouahiri
Flag of Hezbi Islami Gulbuddin.svg Gulbuddin Hekmatyar
Drapeau de l'État islamique Hafez Saïd Khan †
Drapeau de l'État islamique Abdel Raouf Khadem †
Forces en présence
Afghan National Army emblem.svg Armée nationale afghane :
200 000 hommes

Flag of the Afghan National Police (English).svg Police nationale afghane :
150 000 hommes

Drapeau des États-Unis
12 500 puis 8 400 hommes
(mission de formation)[5]
Flag of Taliban.svg Talibans :
~ 60 000 hommes[6]

Flag of Jihad.svg
100 à 300 hommes[7]
Drapeau de l'État islamique
1 000 à 3 000 hommes[7]
Pertes
Drapeau de l'Afghanistan
12 000 morts (2015 et 2016)[9]

Drapeau des États-Unis
38 morts

Drapeau du Royaume-Uni
2 morts[10]

Drapeau de la Roumanie
2 morts

Drapeau de la Géorgie
1 mort
inconnues
Civils :
3 545 morts
7 457 blessés
(en 2015, selon l'ONU)[8]

Guerre d'Afghanistan

Batailles

Guerre d'Afghanistan (1979-1989)


Guerre d'Afghanistan (1989-1992)


Guerre d'Afghanistan (1992-1996)


Guerre d'Afghanistan (1996-2001)


Guerre d'Afghanistan (2001-2014)


Guerre d'Afghanistan (2015-en cours)

Une phase de la guerre d'Afghanistan commence le avec le retrait des forces de l'ISAF. Le conflit oppose alors les forces de la République islamique d'Afghanistan aux talibans et à d'autres groupes islamistes insurgés.

Déroulement[modifier | modifier le code]

2015[modifier | modifier le code]

En janvier, le tir d'un drone américain à la frontière afghano-pakistanaise tue quatre hommes d'al-Qaïda, mais il cause également par erreur la mort de deux otages occidentaux : l'Américain Warren Weinstein et l'Italien Giovanni Lo Porto, deux travailleurs humanitaires[11],[12].

Le , l'armée nationale afghane (ANA) lance sa première offensive depuis le départ des forces de l'OTAN : l'opération Zolfiqar, qui a lieu dans quatre districts de la province de l'Helmand. Le 17, l'ANA affirme avoir tué 74 talibans[13]. En représailles les talibans tuent le même jour 20 policiers dans un attentat-suicide à Puli Alam, dans la province de Lôgar[14].

Du 10 au 13 avril, 200 talibans et djihadistes étrangers s'emparent provisoirement de points de contrôle dans le district de Jorm, dans la province du Badakhchan. Dix-huit militaires et policiers sont tués dans ces combats, dont huit sont décapités, dix sont blessés et dix autres portés disparus tandis que les islamistes laissent dix-neuf morts, dont onze talibans[15].

Le 26 avril, des centaines de talibans attaquent des postes de la police et de l'armée dans la province et la ville de Kondôz. Au moins 24 insurgés et 8 membres des forces de sécurité ont été tués[16].

Le 25 juillet, les talibans s'emparent de la base de Tirgaran, dans province de Badakhchan. Plus de 100 policiers se rendent et sont ensuite relâchés[17]. Le 26 août, ils s'emparent du district de Musa Qala, dans la province d'Helmand, après plusieurs jours de combats[18].

Article détaillé : Bataille de Kunduz.

Le 28 septembre, les talibans attaquent Kunduz[19]. La ville est prise par les insurgés, puis reprise le 13 octobre par les forces afghanes[20].

Le 12 octobre, 2.000 talibans tentent de s'emparer de Ghazni mais leur offensive est repoussée par les forces gouvernementales[21].

Début novembre, les talibans se déchirent dans deux districts de la province de Zabol entre partisans du mollah Mansour et ceux du mollah Rassoul (en). Les affrontements font au moins des dizaines de morts[22].

Dans cette même province, sept Hazaras chiites — quatre hommes, deux femmes et une enfant — sont retrouvés décapités le 7 ou le 8 novembre. Ils faisait partie d'un groupe de 31 personnes enlevées en février par des talibans ensuite passés à l'État islamique. 24 otages avaient été relâchés, dont 19 en mai contre des prisonniers djihadistes. Le massacre a eu lieu après la conclusion d'un accord entre les talibans du mollah Akhtar Mohammad Mansour et les Hazaras. Le 11 novembre, des milliers de Hazaras manifestent alors à Kaboul pour dénoncer les exactions des talibans et des djihadistes contre leur communauté[23],[24],[25],[26],[27].

En décembre, les talibans progressent dans la province de Helmand, une centaine de soldats sont tués en quelques jours, le vice-gouverneur déclare que « le Helmand est sur le point de tomber »[28]. À Sangin, les troupes afghanes appuyées par des conseillers britanniques sont encerclées par les talibans qui contrôlent presque entièrement le district[29],[30]. Mi-février 2016, l'armée afghane se retire des districts de Musa Qala et Nawzad[31],[32]. Début mars, elle se retire également de plusieurs postes dans la province d'Orozgân[33].

2016[modifier | modifier le code]

Début août 2016, les talibans lancent une importante offensive dans la province du Helmand[34]. Le 23 août, un soldat américain et six soldats afghans sont tués lors d'une opération anti-talibans près de Lashkar Gar[35].

Le 27 août, les insurgés s'emparent du district de Jani Khel, dans la province de Paktiyâ, après cinq jours de combats[36].

Le même jour, les forces afghanes reprennent le district de Jani Khel dans la région de Paktia aux talibans[37].

Le 8 septembre, les talibans entrent dans la ville de Tarin Kot[38].

Le 29 septembre, le Hezb-e-Islami Gulbuddin signe un accord de paix avec le gouvernement afghan[39].

Le 3 octobre, les talibans lancent une attaque contre Kunduz un an près avoir brièvement pris le contrôle de cette ville du nord de l'Afghanistan[40]. Mais elle est repoussée par les forces afghanes et les raids aériens américains. Des opérations de nettoyage ont lieu le 4 octobre[41].

Le 4 octobre, un soldat américain est tué par l'explosion d'un engin explosif au passage de sa patrouille, lors d'opérations contre l'EI dans la province de Nangarhar à la frontière avec le Pakistan[42].

Le 10 octobre, les talibans déclenchent une offensive sur Lashkar Gah, capitale du Helmand. Le bilan est de 21 morts dont 7 talibans et 10 policiers selon diverses sources de l'AFP et du gouvernement afghan[43]. Le 11 octobre, l'armée afghane reprend le contrôle de la ville[44].

Le 19 octobre, un homme vêtu d'un uniforme militaire afghan tue 1 soldat de l'OTAN et fait 5 autres blessés en ouvrant le feu près de la base militaire de Rishkhor[45].

Le 25 octobre, des djihadistes de l'État islamique attaquent les villages de Ghalmin et de Murghab, dans la province de Ghôr, et massacrent une quarantaine de civils[46].

En novembre, le Sigar, l'organisme du Congrès américain chargé du contrôle des dépenses américaines en Afghanistan, affirme que sur les 407 districts du pays, 8 sont contrôlés par les talibans, 25 sous leur influence et 116 contestés. Le gouvernement afghan n'exerce sa pleine autorité que sur 63,4 % du territoire[47].

À la fin de l'année la situation s'et encore aggravée pour le gouvernement afghan, les taliban contrôlent alors 57% du pays[9].

2017[modifier | modifier le code]

Le 16 février, dix-huit soldats afghans sont tués par des djihadistes de l'EI dans l'attaque d'un poste militaire de la province orientale de Nangarhar, frontalière du Pakistan. Par ailleurs, des opérations de l'armée et des forces internationales font 25 morts du côté de l'EI.[48]

Le 28 février, les forces américaines confirment avoir tué dans un raid aérien le mollah Salam, commandant des talibans à Kunduz[49]. Par ailleurs, un policier afghan, gagné à la cause des talibans, retourne son arme contre ses collègues, tuant ainsi onze d'entre eux à un point de contrôle dans le Helmand. Cette attaque est revendiquée par les Talibans[50].

Le 23 mars, les talibans enregistrent une nouvelle avancée en capturant la ville de Sangin dans la province du Helmand, dans le sud de l'Afghanistan[51].

Le 26 mars, le secrétaire américain à la Défense Jim Mattis annonce la mort de l'un des responsables d'al-Qaïda, le pakistanais Qari Yasin, dans une frappe de drone de l'armée américaine, le 19 mars, dans la province de Paktika, à la frontière du Pakistan[52].

Le 8 avril, un soldat américain est tué au cours d'opérations contre l'EI dans la province de Nangarhar[53]. Les autorités américaines estiment alors que 700 djihadistes se revendiquant de l'EI opèrent en Afghanistan alors que le gouvernement afghan estime que c'est le double[54].

Le , un Lockheed MC-130 des forces américaines largue une MOAB contre une position de l'État islamique dans le district d'Achin de la province du Nangarhâr, une région frontalière du Pakistan ; c'est le premier usage connu de cette arme, la plus puissante de leurs bombes non nucléaires[55],[56]. Selon le gouvernement afghan, la bombe a détruit un réseau de tunnels utilisés par l'EI et tué au moins 36 de ses combattants, sans faire de victimes civiles[57]. Le bilan est élevé, le lendemain, il est à 92 morts selon les autorités provinciales[58]. L'État islamique affirme de son côté ne déplorer ni mort ni blessé[59].

Article détaillé : Attaque de camp Shaheen.

Le 22 avril, un commando de dix talibans vêtus d'uniformes militaires parvient à s'infiltrer dans la base militaire de Mazar-è-Charif à l'heure de la prière. Les talibans ouvrent le feu sur les soldats désarmés à la mosquée et au réfectoire. Le bilan reste flou dans les jours qui suivent : les autorités indiquent plus de « 100 tués et blessés » (certaines sources[évasif] parlent de 140 tués, ce qui en ferait l'attaque la plus meurtrière menée par les talibans depuis 2001) tandis que les talibans revendiquent « 500 tués »[60]. L'attaque pose de sérieuses questions quant à la sûreté de la base, le commando ayant traversé 7 barrages successifs. Un porte-parole des talibans a précisé que quatre des dix assaillants étaient infiltrés au sein des forces armées afghanes. Le 24 avril, le ministre de la défense afghan et le chef d’état-major des armées, Qadam Shah Sharif, démissionnent[61].

Le 27 avril, deux soldats américaines sont morts et un autre blessé durant un raid contre des membres de l'EI dans la province du Nangarhar[62]. Durant cette opération, le chef de l'EI en Afghanistan, Abdul Hasib, aurait été tué ainsi que 35 autres combattants selon le Pentagone[63]. La mort du chef de l'EI est confirmée le 7 mai[64]. Le 29 avril, une trentaine de Marines rejoignent une base militaire dans le Helmand, 300 autres sont attendus en renfort[65].

Le 28 avril, les talibans annoncent le début de leur "offensive de printemps", nommée "opération Mansouri" en référence au mollah Mansour. Ils la décrivent en ces termes « Le principal objectif de l’opération Mansouri sera les forces étrangères, leurs infrastructures militaires et de renseignement, et l’élimination de leurs mercenaires locaux. L’ennemi sera visé, harcelé, tué ou capturé jusqu’à ce qu’il abandonne ses derniers postes » [66].

Selon les autorités afghanes, l'État islamique attaque les taliban fin avril dans la province de Djôzdjân et s'empare de deux districts. Au moins 76 taliban et 15 hommes de l'EI sont tués dans ces combats[67].

Le 6 mai, les taliban s'emparent du district de Qala-i-Zal, à l'ouest de la ville de Kunduz. Plusieurs policiers et soldats sont morts durant les combats[68]. Le district est repris par les forces afghanes le 16 mai[69].

Le 21 mai, les taliban attaquent des barrages de police du district de Shah Joy, dans la province de Zabul faisant au moins 20 morts et une quinzaine de blessés[70]. Le 23 mai, une attaque menée par des insurgés contre une base militaire de la province de Kandahar tue au moins dix soldats afghans[71]. Le 26 mai, une nouvelle attaque des talibans contre une base afghane fait au moins 15 soldats morts et 16 blessés dans le district de Shah Wali Kot, dans la province de Kandahar dans le sud de l'Afghanistan. Les talibans se sont saisis de quatre véhicules Humwee selon un responsable afghans[72]. Le 27 mai, l'explosion d'une voiture piégée à une station de bus à Khost, dans l'est de l'Afghanistan fait au moins 18 morts et 6 blessés[73]. Les talibans auraient visé des membres des Forces de Protection de Khost (KPF), milices encadrée par la CIA et à la réputation sinistre suite à des accusations de tortures, de séquestrations et de détentions arbitraires [74].

Le 14 juin, après un bref combat contre les talibans, l'État islamique s'empare de Tora Bora, l'ancienne base d'Oussama ben Laden[75].

La situation se stabilise militairement lors des six premiers mois de l'année 2017, les talibans ne progressent pas de manière significative et les forces gouvernementales tiennent toujours 59,7% des 407 districts du pays selon le SIGAR[76]. Néanmoins, les attentats à répétition dégradent la situation sécuritaire fragile du pays.

Le 14 juillet, le Pentagone affirme avoir tué Abou Sayed, nouveau chef du groupe Etat Islamique en Afghanistan suite à un bombardement dans la province de Kunar, au nord-est du pays. Il est le troisième "émir" de l'organisation abattu par les Etats-Unis après Hafiz Sayed Khan l'année précédente et Abdul Hasib en avril [77].

Le 21 juillet, 16 policiers afghans, dont "deux commandants", sont tués dans un bombardement américain dans la province du Helmand. D'après le porte-parole de la police: "Les policiers avaient fini de nettoyer le village de Pachava dans le district de Gereshk et de chasser les talibans quand les Américains ont bombardé [...] Une demi-heure avant, les talibans étaient bien présents mais les forces afghanes avaient repris le contrôle de la zone quand ils ont essuyé le bombardement. Ce n’était pas délibéré, les policiers ont été visés par erreur". La mission de l'OTAN annonce l'ouverture d'une enquête [78].

Le 6 août, les talibans s'emparent du district de Sayad, dans la province de Sar-é Pol, revendiquant la mort de 28 membres de l'ALP, la police auxiliaire. Cependant les autorités afghanes accusent les talibans d'avoir mené une opération conjointe avec l'État islamique et d'avoir massacré 50 personnes dans le village chiite de Mirza Olong, dont 44 civils et six membres de l'ALP. Pour leur part, les talibans démentent « fermement » avoir coopéré avec l'EI et avoir massacré des civils[79],[80],[81].

Bilan humain[modifier | modifier le code]

En 2015, l'armée et la police afghane déplore près de 5 000 tués et 15 000 blessés[46]. En 2016, les pertes sont de 6 800 morts[9]. Pour le seul mois de juillet 2016, les combats font 900 morts dans les rangs de la police et de l'armée selon le général américain John Nicholson[82].

Selon la Mission d'assistance des Nations unies en Afghanistan (MANUA), 2 562 civils ont été tués, dont 639 enfants, et 5 835 blessés entre le 1er janvier au 30 septembre 2016. Les groupes insurgés sont responsables de 61% de ces violences, contre 34% pour les forces gouvernementales afghanes et les forces aériennes américaines. Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) comptabilise également au moins 323 500 civils déplacés depuis le début de l’année[46].

De plus, selon l'ONU en 2016, 11 500 civils sont tués, soit une augmentation de 3% par rapport à 2015[83].

Selon des rapports du Special Inspector General for Afghanistan (SIGAR), un organisme du Congrès américain, 6 785 membres des forces de sécurité afghanes ont été tués lors de dix premiers mois de l'année 2016 ; 2 531 autres sont morts et 4 238 ont été blessés entre le 1er janvier et le 8 mai 2017. Ces bilans ont été fournis aux autorités militaires américaines par le gouvernement afghan[76]. L'agence Reuters indique que « les autorités et les gradés américains ont estimé à maintes reprises que les forces afghanes subissaient des pertes intenables face aux taliban, en partie à cause de leur stratégie qui repose fortement sur l'existence de postes de contrôle statiques et particulièrement vulnérable. [...] Selon les autorités américaines, l'armée afghane, lorsqu'elle défend des postes de contrôle, subit dix fois plus de pertes que lorsqu'elle mène des opérations offensives »[76].

Lors des deux premiers mois de l'année 2017, 36 membres des forces de sécurité ont en moyenne été tuées ou blessées chaque jour [84].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sonia Ghezali, Afghanistan: les talibans sèment la mort dans un camp militaire, RFI, 22 avril 2017.
  2. Julien Bouissou, Washington et Moscou divergent sur l’Afghanistan, Le Monde, 19 avril 2017.
  3. Julien Bouissou, Washington dénonce l’aide de Moscou aux talibans en Afghanistan, Le Monde, 25 avril 2017.
  4. Wassim Nasr, Face à la résistance croissante de l’EI en Afghanistan, Washington frappe fort, France 24, 14 avril 2017.
  5. [1]
  6. VOA : Despite Massive Taliban Death Toll No Drop in Insurgency
  7. a et b Recul de l’État islamique en Afghanistan, Le Figaro avec AFP, 15 avril 2016.
  8. http://www.lepoint.fr/monde/afghanistan-plus-de-11-000-civils-tues-ou-blesses-en-2015-14-02-2016-2017783_24.php Afghanistan: plus de 11.000 civils tués ou blessés en 2015, AFP, 14 février 2016.
  9. a, b et c Lutte contre les talibans: les forces afghanes ont payé un lourd tribut en 2016, RFI, 1er février 2017.
  10. [2]
  11. AFP : Warren Weinstein et Giovanni Lo Porto, deux humanitaires expérimentés
  12. RFI : les États-Unis avouent avoir tué par erreur deux otages d’al-Qaïda
  13. L'Expression : L’armée afghane tue plus de 70 talibans
  14. RFI : Afghanistan: meurtrière offensive des talibans contre des policiers
  15. Reuters : Opération des taliban dans le Nord-Est afghan, 18 soldats tués
  16. Reuters : Les talibans attaquent Kunduz dans le nord de l'Afghanistan
  17. Afghanistan: plus de 100 policiers se rendent aux talibans, AFP, 26 juillet 2015.
  18. Les taliban s'emparent d'un district du Sud afghan, Reuters, 26 août 2015.
  19. Offensive de talibans contre Kunduz, verrou stratégique du nord de l’Afghanistan, Le Monde avec Reuters et AFP, 28 septembre 2015.
  20. Afghanistan: retour au calme précaire a Kunduz, hausse du bilan MSF, AFP, 14 octobre 2015.
  21. « Afghanistan:les talibans aux portes de Ghazni », sur Le Figaro (consulté le 12 octobre 2015)
  22. En Afghanistan, affrontements entre factions talibanes rivales, RFI, 9 novembre 2015.
  23. Mohammad Radmanesh, Égorgement de femmes et d’enfants, la surenchère barbare des Taliban, France 24, 10 novembre 2015.
  24. Afghanistan: les Hazaras manifestent leur colère à Kaboul, RFI, 11 novembre 2015.
  25. Afghanistan: manifestation à Kaboul après la décapitation de sept Hazaras, AFP, 11 novembre 2015.
  26. En Afghanistan, une trentaine de chiites hazaras enlevés, Le Monde.fr avec AFP, AP et Reuters, 24 février 2015.
  27. Afghanistan: 8 otages chiites libérés, Le Figaro avec AFP, 10 novembre 2015.
  28. Afghanistan: la province du Helmand menacée par les talibans, RFI, 20 décembre 2015.
  29. Afghanistan: l'armée afghane assiégée par les talibans à Sangin, RFI, 22 décembre 2015.
  30. Bataille du Helmand: l’armée afghane envoie des renforts à Sangin, RFI, 24 décembre 2015.
  31. Afghanistan: l’armée se retire de la base stratégique de Musa Qala, RFI, 20 février 2016.
  32. Laurent Lagneau, Afghanistan : L’armée afghane abandonne ses positions dans le sud du pays, Opex360, 2 mars 2016
  33. Afghanistan: nouveau retrait de l’armée dans une province du Sud, RFI, 6 mars 2016.
  34. Mélanie Kominek, Afghanistan: offensive des talibans dans le Helmand, RFI, 10 août 2016.
  35. lefigaro.fr, « Un soldat américain tué en Afghanistan » (consulté le 24 août 2016)
  36. Afghanistan. Les taliban s'emparent d'un district dans l'Est, Ouest-France, 27 août 2016.
  37. lefigaro.fr, « Les forces afghanes reprennent un district aux talibans » (consulté le 5 septembre 2016)
  38. lefigaro.fr, « Afghanistan: les talibans entrent à Tarin Kot » (consulté le 8 septembre 2016)
  39. Sonia Ghezali, Afghanistan: les Nations unies lèvent les sanctions contre Gulbuddin Hekmatyar, RFI, 4 février 2017.
  40. « Afghanistan: Kunduz (nord) de nouveau attaquée par les talibans », (consulté le 3 octobre 2016)
  41. « Afghanistan: opérations de "nettoyage" en cours à Kunduz », (consulté le 4 octobre 2016)
  42. « Afghanistan: un soldat américain tué par un engin explosif », (consulté le 4 octobre 2016)
  43. « Afghanistan : offensive des talibans sur la capitale du Helmand », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  44. « Afghanistan : la capitale du Helmand sous contrôle après l'envoi de renforts (armée) », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  45. « Afghanistan: un soldat de l'Otan tué par un homme vêtu d'un uniforme militaire afghan », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  46. a, b et c Jacques Follorou, Une quarantaine de villageois assassinés en Afghanistan, Le Monde, 26 octobre 2016.
  47. Esther Jean, La nouvelle propagande des talibans, Le Figaro, 13 novembre 2016.
  48. « Dix-huit soldats afghans tués par l'EI dans l'Est », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  49. « Afghanistan: les Américains confirment avoir tué un commandant taliban », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  50. « Onze policiers afghans tués par un collègue lié aux talibans », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  51. « Afghanistan: les talibans capturent un district-clé au sud », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  52. « Afghanistan: un responsable d'el-Qaëda tué par une frappe américaine », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  53. « Un soldat américain tué lors d'opérations contre l'EI en Afghanistan », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  54. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées :1.
  55. (en) Barbara Starr et Ryan Browne, « US drops largest non-nuclear bomb in Afghanistan », sur CNN.com, (consulté le 13 avril 2017)
  56. « Les États-Unis larguent la "mère de toutes les bombes" en Afghanistan », Etienne Jacob avec Agences, Le Figaro.fr, 13 avril 2017.
  57. Afghanistan : La "mère de toutes les bombes" larguée par les États-Unis aurait tué 36 combattants de l'EI, , 20 minutes.fr avec AFP, 14 avril 2017.
  58. La méga-bombe américaine a tué au moins 90 jihadistes en Afghanistan, selon les autorités locales, Franceinfo, 15 avril 2017.
  59. Daesh dément avoir perdu des hommes dans le bombardement américain en Afghanistan, BFM TV avec AFP, 14 avril 2017.
  60. « Les Afghans demandent des comptes à la suite du carnage dans une base militaire », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  61. « Afghanistan : démission du ministre de la défense, visite de son homologue américain », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  62. « Deux soldats américains tués en Afghanistan dans des combats contre l'EI », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  63. « Le chef de l'EI en Afghanistan probablement tué (Pentagone) », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  64. « L'armée américaine confirme la mort du chef de l'EI en Afghanistan », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  65. « Afghanistan: les Marines américains de retour dans le Helmand », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  66. « Afghanistan : les talibans lancent leur « offensive de printemps » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  67. ISIS in Afghanistan is attacking the Taliban, killing dozens, AP, 26 avril 2017.
  68. « Afghanistan : les talibans s'emparent d'un district du nord du pays », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  69. « L'armée afghane regagne le terrain perdu dans le nord », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  70. « Vingt policiers afghans tués dans une attaque des talibans », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  71. « Dix soldats afghans tués dans l'assaut d'une base par des insurgés », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  72. « Nouvelle attaque des talibans contre une base afghane, 15 soldats tués », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  73. « Afghanistan: 18 morts dans l'explosion d'une voiture piégée à Khost », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  74. « Afghanistan : un attentat à la voiture piégée fait plusieurs morts dans l’est du pays », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  75. Afghanistan: l'État islamique a repris une ancienne forteresse de Ben Laden, L'Express avec AFP, 15 juin 2017.
  76. a, b et c Les forces afghanes ont perdu plus de 2.500 hommes en quatre mois, Reuters, 1er août 2017.
  77. « Les Etats-Unis annoncent avoir tué le chef de l’Etat islamique en Afghanistan », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  78. « Afghanistan : seize policiers afghans tués dans un bombardement américain », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  79. Afghanistan: coopération talibans/EI autour d'un massacre dans le nord, AFP, 7 août 2017.
  80. Afghanistan: "L'EI nous a empêchés de fuir", AFP, 9 août 2017.
  81. Hamid Fahim, Afghanistan: 235 civils otages libérés par les talibans dans le nord, AFP, 8 août 2017.
  82. Afghanistan : des dizaines de milliers de déplacés après des offensives talibanes, AFP, 17 octobre 2016.
  83. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées :0.
  84. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées bouissou.

Liens externes[modifier | modifier le code]