Deobandi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’islam
Cet article est une ébauche concernant l’islam.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le deobandi (en ourdou دیو بندی) ou deobandisme est une école de pensée musulmane sunnite, très présente en Asie du sud (Pakistan, Inde et Afghanistan). Apparue dans les Indes britanniques en 1867 en réaction à la colonisation, elle tire son nom de la ville de Deoband, dans l'État de l'Uttar Pradesh dans le nord de l'Inde, qui a vu naître sa première école[1]. Se revendiquant de Abu Hanifa, juriste musulman du VIIIe siècle fondateur de l'école hanafite, elle prône un islam traditionaliste et apolitique ainsi qu'une lecture littéraliste des textes.

L'école deobandi a aussi bien été l'une des sources de pensée des talibans afghans[2] que du Tablighi Jamaat. Le nombre d'étudiants inscrits au Pakistan dans des madrasas déobandi seraient en croissance rapide (multiplication par deux en 2007[3]).

En février 2008, le Darul Uloom (en) (séminaire) d'Uttar Pradesh réunissait plusieurs courants musulmans distincts dans le cadre d'une conférence contre le terrorisme, à l'issue de laquelle une déclaration dénonçant l'usage du terrorisme comme « non islamique » a été publiée[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Abdel-Rahman Ghandour, Jihad humanitaire: enquête sur les ONG islamiques, éd. Flammarion, 2002, p. 336
  2. Pamela Constable, Cleric's Slaying Signifies a Shift. Taliban Widens Its Targets in Pakistan, Washington Post, 17 juin 2009.
  3. La Croix: Le général Moucharraf à quitte ou double
  4. Muslim clerics declare terror 'un-Islamic', The Times of India, 25 février 2008

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ajai Sahni, « Pakistan » in Barry A. Rubin (dir.), Guide to Islamist Movements, éd. M.E. Sharpe, pp. 347-349