Intervention alliée pendant la guerre civile russe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Intervention alliée pendant la guerre civile russe
Description de cette image, également commentée ci-après
Troupes alliées (américaines, françaises, britanniques et japonaises) lors d'une parade à Vladivostok en 1918.
Informations générales
Date Juin 1918-mars 1920
Lieu ancien Empire russe, Mongolie
Issue Retraite des Alliés
Victoire des bolcheviks
Belligérants
Forces de l'Entente
Drapeau de la Russie Armées blanches
Drapeau de l'Empire britannique Empire britannique Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la France France
Drapeau du Japon Empire du Japon
Flag of Italy (1861-1946).svg Royaume d'Italie
Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie
Drapeau de la Pologne Pologne
Drapeau de l'Estonie Estonie
Drapeau de la Grèce Grèce
Drapeau du royaume des Serbes, Croates et Slovènes Royaume des Serbes, Croates et Slovènes
Drapeau de Taïwan République de Chine
Drapeau de la Roumanie Roumanie
Drapeau de la république socialiste fédérative soviétique de Russie République socialiste fédérative soviétique de Russie
Flag of Ukrainian SSR (1919-1929).svg RSS d'Ukraine
Flag of Byelorussian SSR (1919-1927).svg RSS biélorusse
Flag of the Far Eastern Republic.svg République d'Extrême-Orient
Red flag.svg République soviétique de Donetsk-Krivoï-Rog
Red flag.svg Communistes mongols
Flag of the Commune of the Working People of Estonia.svg Commune des travailleurs d'Estonie
Darker green and Black flag.svg Armées vertes
RPAU flag.svg Makhnovchtchina
Commandants
Drapeau de la Russie Alexandre Kolchak
Drapeau de la Russie Ievgueni Miller
Drapeau de la Russie Mikhail Dieterichs
Drapeau de la Russie Grigori Semenov
Drapeau de la Tchécoslovaquie Radola Gajda
Drapeau de la Tchécoslovaquie Jan Syrový
Drapeau des États-Unis William S. Graves
Drapeau des États-UnisGeorge Evans Stewart (en)
Drapeau de l'Empire britannique William Edmund Ironside
Drapeau du Japon Yui Mitsue
Drapeau de la RoumanieErnest Broșteanu (en)
Drapeau de la république socialiste fédérative soviétique de Russie Vladimir Ilitch Lénine
Drapeau de la république socialiste fédérative soviétique de Russie Léon Trotski
Drapeau de la république socialiste fédérative soviétique de Russie Jukums Vācietis
Drapeau de la république socialiste fédérative soviétique de Russie Sergey Kamenev
Drapeau de la république socialiste fédérative soviétique de Russie Mikhaïl Toukhatchevski
Drapeau de la république socialiste fédérative soviétique de Russie Fiodor Raskolnikov
Drapeau de la république socialiste fédérative soviétique de Russie Joseph Staline
Drapeau de la république socialiste fédérative soviétique de Russie Pavel Dybenko
Drapeau de la république socialiste fédérative soviétique de RussieDmitry Zhloba
Flag of the Far Eastern Republic.svg Alexander Krasnoshchyokov
Red flag.svg Damdin Sükhbaatar
Forces en présence
~ 260 000 soldats étrangers
2,4 millions d'hommes
5 millions d'hommes

Batailles

Intervention en Sibérie - Intervention en Russie septentrionale - Mutineries de la mer Noire - Incident de Nikolaïevsk

Les zones tenues par les Bolcheviks en 1919 (en gris) et les interventions alliées pour soutenir les contre-révolutionnaires.
Vue d'ensemble de la partie européenne:
  • Frontières de 1921
  • Zone sous le contrôle bolchevik en novembre 1918
  • Avance maximale des armées blanches
La disposition des forces expéditionnaires alliées en 1919.

Le nom d'intervention alliée pendant la guerre civile russe désigne la campagne militaire internationale des Alliés de la Première Guerre mondiale menée en Russie, en 1918-1920, pendant la Guerre civile russe pour porter assistance aux Armées blanches dans leur lutte contre les Bolcheviks, qui pour leur part tenaient l'axe essentiel Petrograd-Moscou-Astrakhan.

Depuis le traité de Brest-Litovsk du signé par les Rouges, qui a permis au Kaiser de transférer ses divisions d'Est en Ouest et ainsi de renforcer la combativité de ses troupes sur le front occidental, les dirigeants occidentaux considéraient Lénine comme un agent des « Boches », d'autant qu'il avait transité par l'Empire allemand pour rejoindre la Russie. L'intervention est conçue comme un prolongement de la lutte contre les Empires centraux et leurs « complices » Bolcheviks, mais surtout, après la fin de la guerre, comme une tentative d'éradication du nouveau régime révolutionnaire et du risque de contagion qu'il représente, notamment en Europe centrale, avec la Révolution allemande de 1918-1919 et la République des Conseils de Hongrie en 1919 (qui est, elle aussi, combattue par une coalition alliée).

Historique des opérations[modifier | modifier le code]

Deux fronts furent principalement ouverts par les Alliés : celui de Sibérie (-) et celui de Russie septentrionale (-).

Les opérations impliquèrent les forces de 14 nations en vue de soutenir les Armées blanches tzaristes et les indépendantistes des nations non-russes de l'ex-Empire dans leur lutte contre les bolchéviques. Toutefois, les efforts des Alliés seront marqués par la lassitude de leurs troupes, le déficit de coordination et le manque de soutien de l'opinion publique dans les pays occidentaux (y compris parmi les soldants, dont beaucoup furent sympathisants de la cause bolchevique). Dans les dernières semaines de 1918, Clemenceau décide d'une importante intervention en mer Noire pour soutenir les armées blanches dans le sud[2]. Mais les moyens engagés fondent avec la démobilisation de l'armée française, et les troupes ne comprennent pas les motifs de cette guerre lointaine. Au printemps 1919, l'échec de l'expédition est consommé et la flotte française est secouée par une importante mutinerie. En , les Alliés se retirent de Russie à l'exception de l'Empire du Japon qui continua de soutenir les Russes blancs jusqu'en , date du retrait de l'Armée impériale japonaise.

La Royal Navy, dans le cadre de la guerre d'indépendance de l'Estonie, mena une brève campagne contre la Flotte de la Baltique (basée à Kronstadt) dans la Baltique sans parvenir à assurer le contrôle de Petrograd par les Russes anti-bolchéviques, qui était l'un des principaux objectifs de cette campagne[3]. Des attaques risquées sont conduites par les vedettes lance-torpilles côtières (HM Coastal Motor Boat 4) basées à Koivisto Sound, en Finlande, à 50 km, soutenu par des raids de bombardement de la Royal Air Force, contre les navires amarrés dans le port intérieur de Petrograd après avoir passé l'écran de destroyers de la défense bolchevique. Les champs de mines bolcheviques provoquent la majorité des pertes britanniques.

De nombreux massacres ont émaillé les combats.

Par exemple, à Odessa en février 1918, en Ukraine, alors que les Armées blanches se regroupaient et en appelaient aux Alliés pour lutter contre le Milrevkom bolchévik, le président de la république soviétique d'Odessa, Vladimir Ioudovskiy (ru) ordonna de déchaîner la terreur rouge contre quatre cents officiers de marine, exécutés à bord du croiseur Almaz[4], transformés en blocs de glace sur le pont à force de jets d'eau, ou jetés vivants dans la chaudière[5] ; en ville, leurs quatre cents familles, accusées d'être « bourgeoises », furent aussi massacrées par une foule en colère rassemblée par le Milrevkom[5].

Deux ans plus tard, à Nikolaïevsk-sur-l'Amour dans l'Extrême-Orient russe, entre février et , plusieurs centaines d'expatriés civils japonais, de militaires japonais et la plupart des habitants russes de la ville furent également massacrés[6] par une troupe dirigée par le leader bolchevik local Yakov Triapitsyne. Les protestations japonaises amenèrent la Russie soviétique à renier, condamner et exécuter celui-ci en juillet 1920[7].

Forces alliées déployées en Russie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Scientia Militaria, South African Journal of Military Studies, Vol 15, Nr 4, 1985, pp. 46-48, consulté le 12 août 2018.
  2. Martine Acerra, Jean Meyer, Histoire de la marine française, éditions Ouest-France, 1994, p.331 à 338.
  3. (en) Robert Jackson, Battle of the Baltic. Barnsley: Pen & Sword Maritime, 2007. (ISBN 978-1-84415-422-7)
  4. (ru) S. Volkoff (ru), Трагедия русского офицерства: Офицерский корпус России в революции, Гражданской войне и на чужбине, p. 60, Centrepolygraphe (ru), Moscou, 2002 (ISBN 5-227-01562-7).
  5. a et b (ru) М. А. Elizarov, Левый экстремизм на флоте в период революции 1917 года и гражданской войны: февраль 1917 — март 1921 гг. - thèse de doctorat, Faculté d’histoire de l'université d’État, Saint-Pétersbourg, 2007.
  6. The destruction of Nikolayevks-on-Amur: An episode in the Russian civil war in the Far East, book review in the Cambridge University Press.
  7. Anatoly Gutman, Ella Lury Wiswell (trd.), Richard A. Pierce (dir.), The Destruction of Nikolaevsk-on-Amur, An Episode in the Russian Civil War in the Far East, 1920, Limestone Press 1993, (ISBN 0-919642-35-7).
  8. (en) Robert L. Willett, Russian Sideshow: America's Undeclared War, 1918–1920. Washington D.C: Brassey's, p.23. (ISBN 1-57488-429-8).
  9. a b et c (en) A History of Russia, 7th Edition, Nichlas V. Riasanovsky & Mark D. Steinberg, Oxford University Press, 2005
  10. (en) Guarding the Railroad, Taming the Cossacks The U.S. Army in Russia, 1918 - 1920, consulté le 2 mai 2012
  11. (el) Commandant Ioannis Gemenetzis, « Expédition en Russie méridionale, 1919 » [« Εκστρατεία στη Μεσημβρινή Ρωσία 1919 »], Revue de l'Armée (Στρατιωτική Επιθεώρηση), État-major général,‎ , p. 122–137 (lire en ligne)
  12. (ekk) Jaan Maide, Ülevaade Eesti vabadussõjast. Estonian Defence League, Tallinn, 1933
  13. (en) Joana Breidenbach, Pál Nyíri, Joana Breidenbach. ed. China inside out: contemporary Chinese nationalism and transnationalism, Central European University Press. p. 90. (ISBN 963-7326-14-6).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-David Avenel, Interventions alliées pendant la guerre civile russe (1918-1920), Économica, 2010, 230 pages.
  • Marie-Noëlle Snider-Giovannone, Les Forces alliées et associées en Extrême-Orient, 1918-1920. Les soldats austro-hongrois (thèse), Poitiers, Université de Poitiers, (lire en ligne).